La rentrée littéraire de FonteGaiaBlog. Wordstar(s) de Vitaliano Trevisan

Wordstar(s)Que se cache-t-il derrière ce titre des plus mystérieux ? Wordstar(s), c’est tout d’abord une référence au logiciel de traitement de texte le plus populaire au monde : créé au début des années 80, il a ensuite été supplanté par Microsoft Word et a peu à peu disparu. C’est aussi ainsi que Vitaliano Trevisan a intitulé la dernière pièce de sa « Trilogie de la mémoire » : l’auteur entend rendre hommage, de manière métaphorique, à un écrivain qui est, lui aussi, en train de se mourir : Samuel Beckett. Plus exactement, Vitaliano Trevisan s’attache à dépeindre les derniers jours de la vie du brillant dramaturge irlandais, français d’adoption.

Avec cette pièce biographique, Vitaliano Trevisan s’engage dans une méditation sur la parole et l’écriture auxquelles Samuel Beckett a voué toute son existence. Mais au-delà de son caractère métathéâtral, l’intérêt de cette œuvre consiste à faire émerger l’humain derrière le mythe beckettien : c’est la vie de l’écrivain dans sa quotidienneté que Trevisan donne à voir au lecteur, avec comme question centrale le sens de la condition humaine. Grâce à la mémoire, Vitaliano Trevisan donne à Beckett l’occasion de revenir sur sa présence au monde et sur l’essence de sa propre vie.

Le protagoniste développe ses réflexions dans de longs monologues qui sont toutefois interrompus par le dialogue avec Suzanne, sa femme disparue quelques mois avant lui, et Billie, sa maîtresse. Aux voix de ces deux femmes s’ajoute celle du journaliste James Knowlson qui a signé une biographie de Beckett, commencée quelques années avant la disparition de l’auteur. Le lien privilégié de Knowlson et de Beckett, dont il est l’ami et le disciple, rend possible cet ambitieux projet de biographie qui fourmille de détails sur la vie de l’auteur. La réminiscence des deux figures féminines – toutes deux mortes – ainsi que les interventions de Knowson ne semblent pas avoir comme seul but de retracer la vie de l’auteur : la présence de ces personnages relève plutôt de la stratégie adoptée par Vitaliano Trevisan pour la composition de son texte. Aussi ce dernier est-il parvenu à créer un texte théâtral qui respecte la liberté d’imagination, tout en observant les règles du récit autobiographique. Le fait de concevoir un texte théâtral biographique sur Beckett nous a paru particulièrement intéressant du fait qu’il existe chez cet écrivain une réelle tension entre le récit et le théâtre.

            Wordstar(s) n’est pas non plus sans rappeler le court roman Cap au pire, écrit Samuel Beckett en 1982 et d’abord paru en anglais sous le titre Worstward Ho. A travers ce jeu de mots et la référence à ce livre où l’auteur décrit sa méthode pour créer la pire des œuvres, Vitaliano Trevisan réaffirme le caractère métathéâtral de sa pièce qui présente également une intertextualité intéressante. Le lecteur pourra partir à la recherche des allusions à l’œuvre de Bechett, dispersées çà et là, la pièce commençant précisément par une citation tirée de la nouvelle Le calmant. Mais nul besoin d’être un connaisseur endurci de l’œuvre de Beckett pour apprécier la pièce de Vitaliano Trevisan : ce dernier rappelle d’ailleurs dans une interview que « per quanto riguarda il problema della conoscenza o meno di Beckett da parte del fruitore è un problema che mi pongo sempre : vorrei che i miei testi richiedessero solo di saper leggere, o, nel caso del teatro, di essere visti. E sentiti. » (www.samuelbeckett.it) Cette brève pièce de Vitaliano Trevisan saura donc éveiller l’intérêt d’un vaste lectorat qui ne pourra être que sensible à cette profonde réflexion sur l’écriture et le langage.

Vitaliano TREVISAN, Wordstar(s). Trilogia della memoria, Milano, Sironi editore, 2004, 160 p.  [Trilogie comprenant les pièces Scandisk, Defrag et Wordstar(s)].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *