Critique génétique et philologie d’auteur : rencontres méthodologiques

Comme nous l’avions anticipé ici, le groupe Manuscrits italiens du Settecento de l’ITEM (piloté par Christian Del Vento dans le cadre des travaux de l’équipe Manuscrits du XVIIIe dirigée par Nathalie Ferrand) vient de commencer ses activités de recherche. Avant de feuilleter les manuscrits et de se plonger dans la production des auteurs italiens, nous proposons d’aborder une réflexion méthodologique autour du débat entre la « critique génétique » et la « filologia d’autore » : c’est le sujet du séminaire Critique génétique et philologie d’auteur. Rencontre(s) méthodologique(s) / 2015 – 2016, dont les deux premières séances ont eu lieu le 9 et le 23 Novembre derniers.

Cette série de rencontres à été ouverte par Daniel Ferrer, qui nous a décrit le point de vue d’un généticien ; la deuxième séance a été consacrée à la philologie d’auteur, dont Paola Italia a mis en relief la démarche et les enjeux.

Une démarche partagée

Daniel Ferrer, après avoir reconnu que – comme le disait Cesare Segre – la philologie d’auteur et la critique génétique sont des méthodologies très proches, nous a présenté à l’aide d’exemples ciblés les principales différences entre ces deux démarches. Son intervention, intitulée Nous autres généticiens en hommage à Nous autres philologues de Nietzsche, a abordé surtout la notion de la variation comme processus et comme création. Cette perspective éloigne aussi bien la critique génétique que la philologie d’auteur de la « philologie de la copie » : cette dernière, en effet, se situe « après » le texte et vise, à travers l’étude des différents témoins manuscrits, à reconstituer un original perdu en corrigeant des fautes et en épurant les innovations apportées aux diverses traditions du texte au fil des siècles. La critique génétique et la philologie d’auteur, au contraire, s’intéressent davantage aux innovations et aux modifications : elles se situent « avant le texte », au moment de la fluidité de l’écriture1. Une démarche partagée qui, pourtant, est conduite depuis des angles différents et avec des pratiques d’édition tout à fait divergentes.

Qu’est-ce que la philologie d’auteur ?

L’intervention de Paola Italia (Stratigraphies et variantes : nouvelles perspectives sur la philologie d’auteur) a éclairci la méthode et les enjeux de la philologie d’auteur2 : ce qui caractérise la pratique philologique italienne est la détermination d’un texte de référence et la représentation des variantes en utilisant un appareil. Des notes d’auteur (postille, qui ne font pas partie du texte rédigé et qui ont un statut « méta-textuel ») et des commentaires du philologue (note filologiche, où l’on explique de façon analytique le processus de correction) sont placés à part. Les documents d’appui qui ont précédé ou accompagné la rédaction d’un texte (plans, listes de mots ou personnages, et bien d’autres) sont publiés après le texte. En Italie on appelle ces documents avantesti (avant-textes), ce qui engage un débat aussi bien terminologique que méthodologique : dans la perspective génétique les avant-textes sont tous les documents qui font partie du dossier génétique d’un ouvrage, placés dans l’ordre chronologique. La dislocation des documents d’appui par rapport aux rédactions d’un texte est liée, dans la philologie d’auteur, à la nécessité de traiter des objets qui soient comparables, afin de mesurer la variation stylistique et linguistique à l’aide de l’appareil de variantes, conçu comme un outil synthétique.

Le regard d’un généticien sur la philologie d’auteur

Du point de vue d’un généticien, la philologie d’auteur nivellerait la mobilité du processus d’écriture en produisant des « cimetières de variantes, les appareils » (Ferrer) et en fixant un texte stable, au détriment du dynamisme de la créativité littéraire. Les philologues italiens ont publié, au fil des années, plusieurs éditions de textes ; cependant l’étude du processus d’écriture demeurerait, chez eux, inexploitée (en raison surtout de la complexité des appareils de variantes, souvent indéchiffrables). De plus, la publication d’un texte avec son appareil de variantes trahirait l’idée que chaque intervention sur un texte (ajout, correction, déplacement, suppression) donne lieu à un texte nouveau, en produisant un nouvel équilibre (l’écriture comme succession « d’équilibres dynamiques », comme disait Gianfranco Contini). Le choix d’un texte de référence à partir duquel mesurer la variation, enfin, serait potentiellement arbitraire et, qui plus est, ne tiendrait pas compte du fait que l’on devrait pouvoir établir plusieurs parcours de genèse, afin de préserver la richesse du travail d’écriture.

Le regard d’un philologue italien sur la critique génétique

D’après la philologie d’auteur, les généticiens ont surtout reproduit les manuscrits à l’aide d’éditions fac-similés et de transcriptions diplomatiques, où seraient reproduites de façon simultanée des couches de corrections qui sont chronologiquement stratifiées. Cette représentation de la topographie du texte permet d’étudier le manuscrit original, ce qui est une étape incontournable de l’analyse ; la philologie d’auteur, en établissant un texte de référence (un choix qui entraîne une interprétation, mais qui est bien loin d’être arbitraire) vise plutôt à démêler le processus de correction de façon à pouvoir déclencher la critica delle varianti (« critique des variantes »), voire l’étude de la stratigraphie des corrections.

La pratique éditoriale italienne cherche donc à suivre l’évolution d’un texte à travers de multiples réécritures et, en même temps, à afficher des interventions simultanées sur un texte : ces dernières peuvent être rassemblées en « campagnes d’écriture / correction » qui sont indiquées comme « phases » représentées avec un exposant numérique dans l’appareil.

Quelques réflexions personnelles

Aussi bien Daniel Ferrer que Paola Italia ont commencé leurs interventions en soulignant l’importance de la diachronie, voire la nécessité de représenter l’évolution d’un texte (et de son auteur) au fil du temps. En effet à la surface d’une page on est confronté de façon simultanée (et statique) à un processus dynamique et chronologiquement stratifié : aussi bien les études de genèse que les éditions critiques « à l’italienne » ont pour objectif la représentation de la temporalité ; et pourtant, au fil de ces dernières années, chacune a reproché à l’autre de ne pas accomplir de manière satisfaisante cette tâche.

Ce malentendu reposait, peut-être, sur une circulation partielle des études philologiques et génétiques d’un côté et de l’autre des Alpes. De fait, les deux méthodologies sont très proches en ce qui concerne l’étude des textes et du processus d’écriture si nous confrontons la critique génétique et la « critique des variantes » (c’est à dire : l’exploitation critique des résultats de la philologie d’auteur) ; sur le plan des choix d’édition, au contraire, les deux approches s’éloignent l’une de l’autre, tout en gardant pourtant une complémentarité potentielle.

Critique génétique et philologie d’auteur à l’époque du numérique

De fait, les différences entre philologie d’auteur et critique génétique ont trait principalement à la pratique d’édition, qui à son tour n’est pas indépendante des outils techniques. La fixité du support imprimé, la séquentialité du livre et, surtout, une disponibilité réduite d’espace pour l’édition, ont affecté, jusqu’à présent, l’optimisation de la représentation des brouillons des écrivains. En simplifiant une situation plus complexe, on a été obligé de choisir entre représenter un manuscrit ou bien le(s) texte(s) qu’il véhicule.

Grâce à la disponibilité presque illimitée d’espace sur le web et grâce surtout à la souplesse du support électronique (qui, virtuellement, permet d’afficher de multiples visualisations d’un texte, et de parcourir un manuscrit en suivant des itinéraires à la fois thématiques, chronologiques, etc), une édition savante numérique permet, au contraire, d’exploiter toute la richesse du processus d’écriture d’un texte.

Post scriptum. Nouvelles technologies pour l’étude des manuscrits : le projet Thesma

La dernière séance s’est terminée par la présentation d’un projet réalisé à l’Université de Rome 1 – La Sapienza, dans le cadre d’une collaboration entre le Département de Physique et le Département d’études greco-latini, italiani, scenico-musicali. Il s’agit du projet THESMA (Tera HErtz & Spectrometry Manuscript Analysis), qui nous a été présenté par Claudia Bonsi et qui a crée une nouvelle technologie pour accéder à des manuscrits abîmés, qui demeureraient autrement illisibles. Les physiciens et les littéraires de l’Université de Rome la Sapienza ont réalisé un outil qui permet de lire un livre (ou bien un manuscrit) sans l’ouvrir, grâce à l’utilisation des tera-hertz. Il s’agit d’une machine transportable, et dont le fonctionnement est plutôt simple : on place l’objet qu’on veut étudier sur un plan au dessus duquel il y a une machine qui émet des ondes tera-hertz ; sur la base de la typologie d’encre ou de support à analyser, on peut choisir parmi plusieurs filtres, afin d’obtenir une visualisation optimale ; on peut régler la mise à feu, en choisissant la profondeur du niveau de l’objet que l’on veut afficher ; la machine produit enfin une scansion qui est envoyée en format numérique à l’ordinateur. Ainsi, grâce au projet Thesma, on peut lire au dessous des papiers collés sur les pages d’un manuscrit sans devoir les décoller (ce qui pourrait abîmer le support) ; on peut aussi récupérer des palimpsestes ou des traces d’écriture qui seraient illisibles avec les rayons ultraviolets (lampe de Wood), par exemple dans le cas de manuscrits fragiles qui ont été restaurés en utilisant le papier japonais (qui reflète les rayons ultraviolets) ; ou, encore, on peut lire au dessous des griffonnages en choisissant des filtres qui nous permettent d’isoler l’une des encres éventuellement stratifiées sur la même page…

Une technologie qui permet de préserver les documents existants (on peut lire un manuscrit sans besoin de le feuilleter) et qui va permettre l’étude de documents qui autrement seraient perdus. Il y aura donc de nouveaux manuscrits à étudier, à partir desquels la philologie d’auteur et la critique génétique pourront travailler en synergie pour produire des éditions savantes numériques…

Le défi est lancé : on attend la suite !

Pour ceux qui souhaiteraient suivre le séminaire Critique génétique et philologie d’auteur. Rencontre(s) méthodologique(s) / 2015 – 2016, nous vous rappelons que la prochaine séance aura lieu le 7 Décembre 2015, à Paris (École Normale Supérieure, salle 235b, 15h). Elena Pierazzo (Université Stendhal Grenoble 3) nous parlera de Éditions numériques : de Platon à Héraclite.

  1. Daniel Ferrer, Logiques du brouillon. Modèles pour une critique génétique, Paris, Seuils, 2011. []
  2. Paola Italia, Giulia Raboni, Che cos’è la filologia d’autore, Roma, Carocci, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *