La Bibliothèque Universitaire de Grenoble achète 19 manuscrits italiens

Billet original du 30.11.2015 par Elena Pierazzo

Traduction de l’italien au français de Claire Mouraby

Le projet Fonte Gaia est basé à la Bibliothèque Universitaire de Grenoble, qui jouit du statut particulier de CADIST d’Italien. Cette année, la décision a été prise d’enrichir son patrimoine par l’acquisition exceptionnelle d’un lot de manuscrits italiens aux sujets, genres et époques variés. L’optique didactique a été privilégiée lors de la sélection des pièces : nous souhaitions que notre petite collection témoigne de genres littéraires et de thématiques très différents, et qu’elle couvre une vaste période historique. L’arrivée des 19 manuscrits à la bibliothèque, après de nombreuses tractations, a été un moment d’émotion très particulier !

mss

Le manuscrit le plus précieux est sans aucun doute un exemplaire de la seconde moitié du XVe siècle du Specchio di Coscienza (titre latin : Omnis mortalis cura) de S. Antonio da Firenze. Il s’agit d’un volume de poche en parchemin, calligraphié en écriture mi-humanistique, régulière et plaisante ; la première page est ornée d’une lettrine enluminée.

antonino-web

Moins précieux mais néanmoins intéressant : un traité scolaire de géographie de la fin du XVIIIe intitulé Geografia sacra e profana con alre relazioni apparenenti ad essa, ovvero insegnamenti geografici del molo R. R. P. Ricciotti genovese. Il s’agit d’un volume de petites dimensions, enrichi de dessins, et qui, outre des représentations variées de cartes astronomiques, ne s’interdit pas une représentation géocentrique du monde aux accents dantesques. A la fin du volume se trouvent les instructions pour la construction d’un cadran solaire et un traité de géométrie.

ricciotti-web

Un manuel universitaire de 1788 comporte des points communs avec le précédent, tout en s’en distinguant nettement : Elementi di matematica de Luigi Fatini, professeur de géométrie à l’université de Modène (parmi ses élèves on compte la grand mathématicien Paolo Ruffini). Le manuscrit comporte des tables de belle facture, où l’on trouve les illustrations et figures géométriques évoquées dans le texte. En réalité, l’ensemble du volume est parfaitement soigné et graphiquement plaisant : il s’agit clairement du travail d’un copiste professionnel, contrairement à la production dilettante qui caractérise le texte de Ricciotti. En effet, la production professionnelle de manuscrits ne prend pas fin avec l’avènement de l’imprimé, comme le démontre parfaitement ce manuel. De nombreux manuels universitaires et scolaires, en particulier, ont circulé sous forme manuscrite durant tout le XVIIIe siècle, et au delà : le nombre restreint de lecteurs et l’enseignement, alors encore très personnalisé, faisaient de l’usage de l’imprimé un luxe trop coûteux et inadapté. Le manuscrit est mutilé: il manque environ une trentaine de feuillets à la fin du volume.

fantini-web

Le manuscrit le plus mystérieux et fascinant est un petit cahier d’ébauches anonymes du début du XVIe siècle. Il contient le début d’un dialogue en tercets entre trois personnages aux noms évocateurs : Ersilia, Deifero et G(e)roldo (si quelqu’un avait une idée ou une hypothèse de lecture concernant ce nom peu commun, nous serions très heureux de la connaître!).

uroldo
Le volume contient ensuite une série de fragments de composition en tercets. Comme on le voit sur la photo, le format est long et étroit, typique des manuscrits ‘privés’ de cette époque, couvert d’une écriture « mercantesca » nerveuse et rapide, difficile à lire. (La « mercantesca », ou « mercantile », ou « fiorentina » est l’écriture cursive typique des XIII°-XV° siècle italiens dont on trouve les exemples les plus notables dans la correspondance des marchands florentins et dans les livres de comptes de l’administration financière de Bologne. NdT, source Vocabolario Treccani).

geroldo-web

La Gesuiteide, de Filippo Buttari Caccianemici (procuratore di collegio au Vatican, originaire de Gênes, connu sous le nom de plume de Ergistro Balirio dans l’académie Arcadia), est un autre manuscrit d’un intérêt notable, en un volume de papier, relié en carton et demi-parchemin d’environ 140 feuillets non numérotés. Il contient une série de sonnets satiriques. Le manuscrit est probablement de la fin des années 1720 ; il est en parfait état de conservation, couvert d’une écriture calligraphiée très large et facile à déchiffrer. Les sonnets sont très plaisants, animés de sarcasme dirigé contre les jésuites et favorables aux frères de l’ordre du Carmel : un texte qui n’attends qu’un curateur ! Plusieurs sonnets, rédigés en dialecte génois, augmentent l’intérêt de ce manuscrit.

gesuiteide-web

Nous n’en sommes qu’au début de nos recherches sur ces manuscrits. D’ici peu, les volumes seront numérisés dans leur intégralité et catalogués, puis diffusés en libre accès sur la plateforme Fonte Gaia Bib, qui verra le jour fin décembre 2015. Ce premier travail fera l’objet du stage d’un étudiant de master de l’université Grenoble Alpes en 2016. Nous avons aussi pour objectif d’encourager la recherche sur ces manuscrits : si vous êtes intéressé, nous serions heureux de coopérer et de les mettre à votre disposition.

Ce qui suit est une liste (ne nous hasardons pas à l’appeler catalogue) des autres manuscrits du lot :
SPADA, SIGISMONDO – Del Sacramento della penitenza, e del modo di recitare l’Hore canoniche, trattati spirituali dove si risolvono varij dubij spettanti a queste materie […] posti in ordine per privato profitto, e proposti all’edificatione di tutta la casa Spada […].Italia, 1684.
Ms. sur papier., grand in4to (266 mm x 200mm ), parchemin original, exemplaire en parfait état, 2 parties; pp. 580 + 220.
Précieux manuscrit de la main de Leonido Maria Spada, homme d’église et poète de l’Arcadia sous le nom de plume d’ Elmiro Miceneo, neveu de Sigismondo (prélat attaché au Pape, lui-même neveu du cardinal Bernardino Spada). Leonido transcrit les deux traités sur le ‘Sacramento della penitenza’ et sur le ‘Modo di recitare l’Hore’ écrits par son illustre parent. Toutefois, il pourrait aussi s’agir d’autographes de Sigismondo, que son neveu aurait seulement réordonnés, reliés et numérotés : en effet, les fascicules dont il est composé sont de dimensions variables, la graphie change de façon très perceptible et les encres sont différentes : autant d’éléments qui pourraient laisser penser à une série de notes prises par Sigismondo sur plusieurs années.
POZZOLO, GIACOMO – Avvertimenti semplici e ricordi che li scrivo ai miei successori […]:
Italia (Vicenza?) premère moitié du XVIIIe.
Ms. sur papier., petit in 4to (mm 200 x 140), sans reliure, écriture d’une main unique à l’encre brune, calligraphie soignée et propre; 8 feuillets avec double numérotation au crayon en haut et en bas.
Recueil de préceptes pour une vie de bon chrétien, qui évoque la dévotion et le respect pour l’Église, les règles d’hygiène et de régime, mais aussi la soumission à la République Sérénissime de Venise. De nombreuses références internes situent le manuscrit dans les environs de Vincenza et Schio, et la date (1677) renvoie à une charge assumée par l’auteur, qui apportait probablement son aide dans une paroisse comme assistant du prêtre.
ANONIMO – Dialogo fra san Domenico e sant’Ignazio sul probabilismo.
Italia, première moitié du XVIIIe siècle.
Ms. sur papier, in4to (270 mm x 195mm ), sans reliure, main unique à l’encre brune foncée, brunissures légères causées par l’encre. 4 feuillets.
Composition poétique singulière en pentasyllabes sur le thème du probabilisme, en forme de dialogue entre Saint Dominique et Saint Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre des jésuites. Le probabilisme fut en effet une théorie soutenue par l’ordre des jésuites à partir du XVIIe siècle : selon cette théorie, lorsque se présente un problème moral, il serait légitime de retenir l’opinion la plus favorable à la liberté, même si elle n’est pas la plus probable. Les jésuites furent accusés d’adopter une morale relâchée, comme la définit par la suite De Sanctis.
ACCADEMIA SEGRADA – Componimenti in lode di Ss. Fermo e Rustico.
Italie, Bergame, 1751.
Ms. sur papier., in4to (260 mm x 178mm ), carton rustique d’époque, pp. 96.
Le manuscrit contient des compositions poétiques (stances, élégies, sonnets, psaumes, épigrammes) en l’honneur des saints Fermo et Rustico : ce sont des exercices scolaires réalisés par les élèves d’Otavio Bolgeni, enseignant de rhétorique à Bergame. Bolgeni, curé de Carvico et maître de rhétorique du célèbre mathématicien Lorenzo Mascheroni, qui lui succéda en chaire, est l’auteur d’écrits théologiques et juridiques. Les reliques des saints martyrs objets des exercices de rhétorique sont conservés dans l’église qui leur est consacrée à Vérone ; à la moitié du XVIIIe siècle, la ville de Bergame était encore sous domination vénitienne.
BORGO, CARLO (1731-1794)
–  Memoria cattolica da presentarsi a Sua Santità opera postuma […] Cosmopoli (Roma ?), 1780.
Italia (Probablement Rome), 1780.
Ms. sur papier, in4to (232 mm x 172mm ), carton rustique d’époque, bel exemplaire bien conservé. 69 feuillets + 3 blancs + 25, dans une calligraphie cursive de différentes mains.
– Miscellanea poetica. Italie, sec. moitié du xviii.
Ms. sur papier, in4to (255mm ), non relié. Quelques trous de vers et brunissures mais globalement en bon état, 182 feuillets numérotés, 2b, 8 non num. (index).
Recueil d’œuvres poétiques en italien et latin probablement du même auteur, comprenant des chansons, élégies, odes, madrigaux, sonnets, épigrammes. Le style, la métrique et les contenus de la composition (et quelques références sporadiques à des personnages comme Frugoni) font penser qu’ils pourraient remonter à la fin du XVIIIe : autant les poèmes que les lettres rappellent en effet l’ambiance de l’Arcadia. Il s’agit probablement d’un cahier d’exercices littéraires, qui contient également des traductions et des classiques latins.
DOTTI, BARTOLOMEO – Sonetti e rime del K[avalier] Bartolameo Dotti.
Italie, première moitié du XVIIIe siècle.
Ms. sur papier, petit in 4to (190mm), carton rustique d’origine, petit sceau en cire rouge sur la page de garde, beau frontispice dessiné avec titre en rouge entre festons, 97 pages, (11), 8 blanches avec un second titre entre festons pour les derniers feuillets non numérotés : « Ode del K. Bartolameo Dotti ».
Élégante copie des Rime de Bartolomeo Dotti (1651-1713), l’un des représentants les plus importants du Baroque de la seconde moitié du XVIIe siècle. La production poétique est divisée en deux parties : les compositions de jeunesse -des sonnets, pour la plupart élogieux, des odes -qui reflètent l’adhésion au modèle de Marino-, alors que les poésies successives ont une dimension « arcadica » (l’auteur intégra l’académie vénitienne fondée par Apostolo Zeno sous le nom de Viburno Megario). Ses poèmes les plus connus sont satiriques, ils lui valurent de nombreuses antipathies et ont probablement causé sa mort, survenue dans un guet-apens nocturne à Venise, dont on n’identifia jamais ni les auteurs ni les commanditaires. Ce manuscrit comporte une sélection de sonnets et l’Ode à Cremuzio Cordo. Cette dernière n’a été imprimée que dans une édition vénitienne de 1689 des Rime où l’on trouvait également les Sonetti. ; de ces derniers, qui ne connurent aucun succès à l’époque, il existe de nombreux manuscrits, mais peu sont postérieurs à l’édition imprimée (cf. B. Dotti, ‘Odi e altre rime inedite’, edizione critica a cura di W. Boggione, Brescia, Biblioteca Queriniana, 1997) : ceux qui sont présentés dans ce volume puisent sans doute leur source tant dans l’unique version imprimée que dans divers manuscrits (il s’en trouve à la bibliothèque Queriniana de Brescia et à la Marciana de Venise).

dotti-web
AZZOLINI, LORENZO – MARINO, GIAMBATTISTA et alii [Satire e poesie giocose].
Italie, seconde moitié du XVIIIe siècle
Ms. sur papier., mm 321 x 192, 21 Écrit par une main unique, non relié, intérieur propre et marges larges, mais l’encre passe à travers le papier en raison de son acidité. 51 feuillets numérotés, dont 9 blancs.
Recueil de poèmes satiriques et burlesques de poètes du XVIIe siècle italien. Outre la « Satira in biasmo dell’invidia » et la composition intitulée « Superbia, overo Lucifero Biastemmante » (dans laquelle Lucifer fait lui-même son propre panégyrique), on trouve également la célèbre « Satira contra la lussuria » de Lorenzo Azzolini. Écrite en forme de dialogue entre l’auteur et Apollon, elle fut publiée pour la première fois dans l’anthologie éditée par Baglioni à Venise en 1686 (puis à nouveau dans la « Raccolta dei poeti satirici italiani […] », Turin 1853). Lorenzo Azzolini, originaire de Fermo était le neveu d’un cardinal et fut choisi comme secrétaire et conseiller d’État du Pape Urbain VIII, mais il fut également un poète très apprécié de ses contemporains. Il est mort à Rome en 1632. De ses nombreuses compositions poétiques, cette satire est sans doute la plus connue. Ce recueil est clos par la « Lettera del Cavalier Marino. L’inamorato Pupulo alla sua dil[et]ta Pupula », composition qui fait partie des lettres burlesques de G. B. Marino, le plus important poète baroque italien. Dans cette lettre, le personnage de Pupulo s’adresse à son aimée en lui déclarant son amour. Le ton burlesque et chansonnier provient d’un usage permanent de jeux de mots construits en écorchant les noms d’auteurs célèbres et de personnages historiques et mythiques (il sont mis en évidence par le copiste qui les souligne).
GALLETTI, GIACINTO MARIA – Poesie liriche sagre e profane composte da fra Jacinto Maria Galletti dell’Ordine de Predicatori, zio del Cav.re Domenico Galletti.
Ms. sur papier, XVIIIeme siècle (double datation, 1742 et 1772 au frontispice).
130 mm x 185 mm env., mediam. 15-20 lignes par page, 60 feuillets non numérotés au total, avec renvoi au premier mot de la page suivante en bas de chaque feuillet. Graphie d’une main unique, encre brunie, ligne au crayon dans les marges. Reliure en parchemin d’époque, entailles, titre manuscrit au dos et reste de tampon de bibliothèque, léger halo dans la marge supérieure de certains feuillets, brunissures dues à l’acidité de l’encre mais exemplaire globalement propre. Ex libris Paolo Gino Galletti 1772.
[second volume:] Gerusalemme compianta dal profeta Geremia. Poema lirico del padre fra Giacinto Maria Galletti del sagro Ordine de Predicatori. Parte prima. [relié avec] Poesie / Liriche sagre / Parte seconda.
Italia, XVIIIeme siècle (ex libris daté de 1772 au frontispice).
Ms. sur papier, 145mm x 205mm env., 58 feuillets non numérotés (dont 29 blancs) avec renvoi au premier mot de la page suivante en bas de chaque feuillet. Graphie d’une main unique, encre brunie.
Les manuscrits ont été compilés à la fin du XVIIIeme par Paolo Gino Galletti, qui a transcrit les poésies de son prédécesseur Giacinto Mariaen deux volumes distincts – elles sont inédites – . Les ex libris datés de 1772 semblent confirmer que les deux volumes datent de la même période et sont attribuables à la même personne, tant au vu de la graphie que de l’encre utilisée.
Istoria degli amori pudichi di Sigismondo conte d’Arco.
Italia, 1786.
Ms. sur papier, petit in 4to (200mm), carton léger rusique d’époque, texte dans une belle graphie nette, en italien, daté à la fin du volume : “Ex alio MS fideliter die sexta februarii 1786 GB”. 27 feuillets, 7 blancs.
Manuscrit d’usage privé. Sur le catalogue italien SBN, on peut trouver deux ouvrages imprimés portant des titres proches (‘Gli amori innocenti di Sigismondo conte d’Arco con la principessa Claudia Felice d’Inspruck’ et ‘Le strane ed innocenti corrispondenze del conte Sigismondo D’Arco colla principessa Claudia Felice d’Inspruck’, 1765-1766). Il s’agit du récit à la première personne de l’amour innocent et malheureux entre Sigismondo Conte D’Arco et Claudia Felicita d’Austria-Tirol, seconde épouse de Leopold I Habsbourg (1640-1705). Sigismondo, ami d’enfance de Claudia en tombe amoureux, amour secrètement partagé par la noble dame, jusqu’au dernier jour de sa vie. A la mort de Claudia, Sigismondo se retire à l’ermitage du monastère de Monte Rua, sur les collines proches de Padoue.
PLANES, BARTOLOMEO et al. – Poesie di Bartolomeo Planes.
Italia, 1790-1792.
Ms. sur papier in4to (210mm), bel exemplaire parfaitement conservé, 88 feuillets non numérotés + quelques feuillets de format différent ajoutés en fin de volume, comportant d’autres compositions.
Intéressant reccueil de miscellanées contenant les vers de différents auteurs. Entre les compositions variées, on remarque en particulier les sonnets de l’abbé Vincenzo Carvana conre la révolution française e celui écrit à l’occasion de l’anniversaire du cardinal de Rohan (impliqué comme il est de notoriété publique dans le scandale de l’ « Affaire du Collier », qui eut également comme protagoniste l’italien Cagliostro). Le poème de 40 strophes de Cristoforo Frendo est également singulier : il compose une histoire littéraire de l’Italie en vers dans laquelle figurent les claissiques latins, les poètes médiévaux, dont Dante, les poètes du XVIeme siècle et Chiabrera, Arioste et Tasse et enfin nombre de ses contemporains, de Maffei à Parini, jusqu’à Monti et Apostolo Zeno, que les lettrés de l’Europe tentent vainement d’égaler. Des traductions de l’espagnol, de l’allemand et du français indiquent que le copiste devait avoir une solide culture, ouverte aux littératures européennes.
GESSNER e PAGANI, GIUS. URBANO – Gl’idilli del Sig. Gessner tradotti dal sig. Giuseppe Urbano Pagani Cesa con altre opere del traduttore.
Italia, 1794.
Ms. sur papier, in4to (200mm), carton léger, rustique, exemplaire en bon état dans une graphie cursive nete et lisible. 224 p. numérotées et 3 feuillets blancs.
D’après le catalogue italien SBN, aucune traduction de Pagani Cesa des Idylles de Salomon Gessner n’est éditée. Il pourrait donc s’agir d’un original inédit.Il s’agit en tout cas d’une belle copie dédicacée et d’un exemple de l’utilité du manuscrit dans les cas où une version imprimée est difficilement repérable (ou en cours de publication) : le transcripteur -qui signe avec les initiales MB, datant de 1794 à Trévise- écrit qu’il adresse cette copie manuscrite à un ami qui lui en avait fait la demande, « étant dans l’impossibilité de lui faire parvenir la version imprimée ». Giuseppe Urbano Pagani Cesa (1757-1835) était un lettré, traducteur et auteur de tragédies. Salomon Gessner (1730-1788) était un important poète suisse, admiré de Goethe et de Lessing pour ses Idylles, dont un premier recueil parut en 1756.
CREBILLON, PROSPER JOLYOT DE – Il Silfo ossia sogno di Mad. De R…. scritta da lei a madama de S…
Italia, dernière décennie du XVIIIeme siècle
Ms. sur papier, in4to (250mm), conservé entre cartons en papier ancien, titre manuscrit au crayon, 2 pages blanches, 16 feuillets + 6 blancs.
Intéressant manuscrit portant des corrections du texte, auquel est joint l’opuscule éponyme imprimé à la même époque et comportant des différences textuelles. L’œuvre originale appartient à un groupe de textes de Crébillon centrés sur le thème de l’initiaion par l’érotisme. Le texte traduit n’est pas repérable sur le caalogue italien SBN. L’oppuscule imprimé contient également une nouvelle de Marmontel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *