Dans la famille DH, je voudrais… (en direct de la ESSHC 2016)

Tous les deux ans, l’European Social Science History Conference réunit des chercheurs ayant en commun le fait d’être des « scholars who explain historical phenomena using the methods of the social sciences »  (https://esshc.socialhistory.org). Il s’agit d’un rendez-vous aux proportions colossales: plus de 1500 interventions réparties sur quatre intenses journées (chacune étant divisée en quatre plages de 2h où prennent place jusqu’à 26 sections parallèles!).  Etant donnée la place occupée par les méthodes quantitatives en Histoire et en Sciences Sociales, l’intérêt de l’outil informatique (pour ses capacités de calcul en particulier) n’est plus à démontrer depuis longtemps. Or si l’informatique fut utilisée avant tout pour la constitution et l’analyse statistique de bases de données, à l’heure du « numérique »,  bien d’autres utilisations de cet outil se sont fait jour : analyse des réseaux sociaux, système d’information géographique,… Rien d’étonnant donc à ce que l’un des « Networks »  de la Conférence – c’est-à-dire l’un des centres d’intérêts structurants de l’événement – soit intitulé « Spatial and Digital History » et que douze sessions s’y rattachent, prévoyant en moyenne quatre interventions chacune (https://esshc.socialhistory.org/esshc-user/programme?network=370&textsearch=) . N’ayant pas le don d’ubiquité, je n’ai assisté qu’à deux de ces sessions, mais comme il y était question de fouille et d’analyse de données textuelles et du traitement archivistique de larges collections manuscrites – ce qui rejoint les préoccupations de ce Blog – je me suis proposée d’en faire un bref compte rendu,  qui a fini par prendre la forme d’une galerie de portraits (impressionnistes) tant les figures rencontrées m’ont paru archétypiques.

Le Technicien, la Chercheuse et le Novice

Le premier intervenant (Albert Meroño-Peñuela) de la première session (Text and Digital Spatial History) s’est d’emblée présenté comme un computational scientist, ajoutant qu’il allait présenter des outils d’un point de vue technique. L’archétype du Technicien, en somme. Les outils en question (CEDAR-project/Integrator: https://github.com/CEDAR-project) se focalisent sur les problèmes associés à la variété des données inhérente à l’Open Data on the Web. Pour que les chercheurs exploitent ces données, il faut  les « préparer », c’est-à-dire les sélectionner et les transformer pour les rendre exploitables (ce qui représente jusqu’à 60% du temps de travail sur le projet de recherche). L’enjeu du projet est donc de fournir des outils pour harmoniser ces données, au moyen de règles, en permettant aussi de préciser la qualité des données en question (Linked Data), sans perturber toutefois les requêtes SPARQL. Evidemment, la présentation était beaucoup plus riche que ce que ces quelques lignes n’en donnent à voir (pour en comprendre les subtilités, on se reportera à l’ouvrage de l’intervenant, Refining Statistical Data on the Web, 2016). Ces lignes elliptiques sont en effet  à mon sens l’une des manifestations des défauts du dualisme Technicien/Chercheur, qui se traduit dans les difficultés rencontrées par les  « non-Techniciens », qui ne disposent pas de tous les pré-requis techniques, pour bien comprendre le fonctionnement des outils présentés.

Vint ensuite la Chercheuse (Jane Seymour), qui a commencé par remercier les techniciens avec qui elle a travaillé, en précisant qu’en tant que chercheuse, elle allait présenter les résultats de l’enquête dans le cadre de laquelle des outils numériques (de Text Mining) ont été employés. Son corpus de travail (les rapports des Officiers de la Santé publique de Londres, de 1848 à 1972) est vaste (plus de 5000 documents, soit plus de 81 millions de mots, entièrement numérisés) mais de nature relativement homogène, ce qui se prête bien aux analyses textométriques. Le questionnement de la chercheuse concernait le langage des officiers (en fonction de l’époque et des orientations politiques de la mairie), et il ressort de l’étude que le critère politique n’est pas aussi déterminant qu’il paraissait en première analyse: le langage des médecins est avant tout influencé par le profil de la population qui vient se faire soigner dans les différents quartiers (plus ou moins défavorisés). Des résultats qu’il aurait été impossible d’obtenir tout court avant l’ère numérique, mais auxquels la chercheuse n’aurait pas non plus pu arriver sans le concours de techniciens travaillant sur le projet (ce qui multiplie le temps et l’argent consacrés à cette enquête).

Le troisième intervenant (Ilari Taskinen) m’est apparu comme une incarnation vivante du jeune chercheur à l’heure des Humanités numérique. Le doctorant l’a dit d’emblée: il ne connaît pas grand chose aux ordinateurs – entendez par là que comme à peu près tous les jeunes de sa génération il sait faire un tableau Excel, mais pas coder. Son projet de recherche (qui entend adopter une approche comparatiste sur plusieurs ensembles de lettres et de journaux de guerre manuscrits du XXe siècle) prévoit donc une collaboration avec un technicien de l’information. Mais pour l’heure, le doctorant semble se tenir devant l’entrée une caverne dont il commence à soupçonner l’étendue (les archives finlandaises contiennent plus de 40000 lettres de guerre pour les années 39-45…), et la possibilité que des bêtes sauvages s’y tapissent (sous la forme, en l’occurrence, de descriptions des collections d’archives tout sauf uniformes). Cependant, le jeune homme semble encore espérer qu’il s’agisse de la caverne magique d’Ali Baba, rêvant d’y trouver non seulement des logiciels de reconnaissance automatique de caractères manuscrits (en écriture cursive, s’il-vous-plaît) performants et autonomes , mais aussi des outils permettant de compléter et d’harmoniser (automatiquement, dans l’idéal, si j’ai bien compris) toutes les métadonnées, de réaliser (automatiquement, notamment en comparant les fréquences des mots contenus dans les collections) un profil de ces collections afin de déterminer celles qui seraient comparables (s’il y en a, finit-il d’ailleurs par s’interroger). Autant d’espoirs qui me semblent refléter l’état de littératie numérique moyen des jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales d’aujourd’hui : le numérique est suffisamment prégnant dans la société pour que tous imaginent qu’il existe quelque part des outils pouvant les aider dans leurs recherches, mais ils n’imaginent pas forcément le degré d’investissement qu’il faut pour les utiliser à bon escient (car pour demander à une machine de calculer ou de représenter quelque chose, il faut disposer des données de base sous une forme interrogeable, ce qui suppose souvent de rentrer ou de nettoyer ces données, et ensuite être capable de formuler précisément sa requête). 

Cerner une problématique, définir la méthodologie qui paraît le plus à même de fournir des éléments de réponse à cette problématique: jusque là rien de nouveau pour les chercheurs; sauf que la question du Comment paraît, à l’heure des humanités numériques, s’externaliser toujours plus, des Chercheurs aux Techniciens. Mais est-on condamnés à ce dualisme? Dans le meilleur des cas, la communication entre les deux passe bien  et de beaux résultats naissent d’une – souvent longue, itérative et donc coûteuse – entreprise de collaboration. Mais cela signifie-t-il que tous les chercheurs de l’ère numérique doivent partir à la recherche de leur âme soeur technicienne?  Ou bien devenir des chimères? Et quelles implications cela a-t-il sur la place des Digital Humanities à l’Université? Autant de questions pour lesquelles les figures rencontrées durant la deuxième session (Visualizing Modernity: Using Digital Techniques to Trace the Rise of Modernity in Europe) ont fourni matière à réflexion. 

Le Professeur, l’Expert et le Dilettante

Le premier intervenant (Joris van Eijnatten) est Professeur d’Histoire culturelle, d’Histoire des idées et des médias et de Digital Humanities à l’Université d’Utrecht. Bien qu’il ait répété à plusieurs reprises que pour comprendre toutes les subtilités des outils qu’il allait présenter il fallait s’adresser à d’autres personnes présentes (plus « techniques » que lui), il m’a semblé incarner une première forme de figure sortant du dualisme Technicien/Chercheur, dans la mesure où il dispose manifestement d’une maîtrise certaine des outils évoqués, sans pour autant adopter le point de vue du Technicien. En effet, la préoccupation qui sous-tend le projet qu’il a présenté est avant tout pédagogique: il s’agit d’obtenir une boîte à outils qui permette de faire entre des étudiants dans le monde des Digital Humanities (et de la Digital History en particulier). A partir d’une question d’histoire culturelle et des idées (« qu’est-ce qui était associé au terme « Europe » dans les journaux du XXe siècle, et qu’est-ce que cela nous apprend de l’évolution de ce concept au fil des décennies? »), il a montré comment différents outils pouvaient être employés  (nGram vieller,  TextcavatorAntconc vs. 3.4.4, Mallet, SPSS Modeler 17, Google fusion tables, Artemis, ShiCo). Je ne rentrerai pas dans les détails, car ce qui m’a semblé notable est sa démarche: trouver des outils simples et robustes, pour la plupart déjà existants, que les étudiant-e-s puissent relativement aisément prendre en main. Evidemment, comme l’intervenant l’a signalé, cela ne règle pas tous les problèmes: encore faut-il disposer d’un corpus déjà complètement numérisé (avec les problèmes inhérents à l’Océrisation) et la comparaison de données dans des langues différentes reste encore une pierre d’achoppement (deux points qui résonnent par ailleurs tout particulièrement à mes oreilles d’italianiste française spécialiste des XIVe et XVe siècles: n’avons-nous pas un rôle à jouer pour rendre accessible sous forme numérique le patrimoine culturel italien, mais aussi permettre, par le biais de traductions, des recherches qui permettraient de replacer ces productions dans un contexte – au moins – européen?)

Le deuxième intervenant (Tim Hitchcock), est lui aussi Professeur (de Digital History « seulement », à l’Université du Sussex). Il m’a semblé correspondre à une figure légèrement différente du précédent: une figure que j’appellerais l’Expert – sinon la Chimère – dans la mesure où, de par son investissement personnel (dès les années 1980) dans le domaine des sciences humaines assistées par ordinateur (Humanities computing), il cumule aujourd’hui les compétences du technicien et du chercheur en Humanités. Les « Proceedings of the Old Bailey online (1674-1913) » (http://www.oldbaileyonline.org) en sont une remarquable illustration. Comme l’a montré son intervention, la vie scientifique du projet ne s’arrête pas avec la publication d’un site (entre autres produits de cette recherche): le fait que ces sources primaires aient été rendues « numériquement » accessibles au public, ainsi que l’énorme travail d’encodage effectué sur les documents (en particulier pour les métadonnées) a donné lieu à de nouvelles investigations sur ce corpus. De nouvelles strates d’encodage (notamment linguistiques) ont été ajoutées, ouvrant la voie pour d’autres travaux de recherche encore (http://www.oldbaileyonline.org/static/Project.jsp), et d’autres résultats (dont ceux présentés par l’intervenant sur les différences entre les discours tenus lors d’un procès pour un acte violent ou non-violent).  Un cercle vertueux donc, qui fait rêver. Mais la liste des personnes qui composent l’équipe du projet ainsi que les fonds divers qui lui ont été alloués au cours des ans laisse elle aussi songeur: un chercheur isolé, quelle que soit son expertise, pourrait difficilement se lancer dans une entreprise de ce type. Hors les équipes compétentes et fournies dotées d’importants (et longs) financements, point de salut?

Le troisième intervenant (Martin Düring) a milité  en faveur d’une autre figure encore – à défaut de l’incarner : le Dilettante, à savoir celui qui cultive un domaine d’intérêt sans véritable engagement ni connaissances de sa part. Partant du constat qu’au moins une discipline est associée à chacune des phases de tout projet en Digital History (saisie des données, exploration et analyse, cartographie, visualisation…) et qu’il est donc difficile pour une seule personne d’être formé à tout cela, il a soulevé l’interrogation suivante: est-il nécessaire que tous les chercheurs (ou futurs chercheurs) soient vraiment compétents dans tous ces domaines? Les résultats seront-ils à la hauteur de l’investissement que cela représente? La position défendue par l’intervenant est que dans la grande majorité des cas, être des Dilettantes en la matière suffirait. Cette posture se fonde sur des expériences faites avec des Historiens lors de formations à l’Analyse des réseaux sociaux: il s’avère que pour eux, une formation rapide sur un outil facile à prendre en main comme Palladio, suffit à répondre à leurs besoins. Les cours plus avancés, faisant appel à des outils plus pointus, n’ont pas rencontré le même succès. Si utiliser Palladio ne signifie pas faire de l’Analyse de réseaux sociaux, de même qu’utiliser StoryMapJS ne signifie pas faire de l’analyse et de la représentation des données géographiques (SIG), tout comme utiliser VoyantTools n’est pas faire de l’analyse textuelle, ces outils simples de visualisation peuvent permettre  d’aiguiller les chercheurs vers des hypothèses qu’ils testeront et valideront par d’autres moyens. La position du « Digital Dilettante« , qui n’a qu’une connaissance basique et utilitaire de ce que les outils font, serait ainsi optimale en terme de rapport temps/ressources/projet. Mais elle ne saurait se substituer aux Experts, auquel le Dilettante devrait faire appel quand il souhaiterait pousser davantage l’analyse. Cependant, si l’intervenant a évoqué la figure de l’Expert Autodidacte (qui par un énorme investissement personnel parvient à d’excellents résultats), comme niveau « au-dessus » du Dilettante, ce modèle ne lui paraît pas forcément généralisable, contrairement au Joueur en Equipe, qui nous ramène à la dimension collective qui semble inhérente aux DH. L’enjeu est alors d’identifier les Experts, les leviers pouvant motiver l’ensemble des joueurs de l’équipe, et de communiquer ensuite tous ensemble efficacement, tout au long de la réalisation du projet.

Une chose semble faire consensus auprès des intervenants et des participants: il est bien difficile d’être Expert dans plus d’un domaine. Sous-estimer comme sur-estimer ses compétences est nuisible : mais quelle doit alors être la place des DH dans la formation initiale des chercheurs ? Certains estiment qu’il devrait s’agir d’une science auxiliaire de l’Histoire, comme la Paléographie, dont l’apprentissage devrait faire partie du cursus de tout étudiant. Mais quelles méthodes et quels outils communément associés aux DH constitueraient alors cette « science auxiliaire »? Leur variété même – qui fait du reste que la Paléographie numérique existe, achevant de brouiller les cartes – semble exclure la possibilité de faire d’un-e étudiant-e un Expert de l’ensemble de ces déclinaisons. S’il convient de penser les DH comme une transdiscipline, alors peut-être convient-il aussi de penser la formation aux Humanités numériques de façon transversale, comme l’est du reste en France, depuis longtemps, la formation aux outils informatiques de base (tels les logiciels de traitement de texte et de données) ? En prévoyant une spécialisation progressive de l’Etudiant-e dans le domaine numérique, qui accompagnerait sa spécialisation au sein de sa discipline principale? On ne peut en tout cas que se réjouir de voir de plus en plus de modules de formation DH dans l’enseignement supérieur, car, à mi-chemin entre le Dilettante et l’Expert, l’Etudiant pourrait peut-être permettre de sortir, à terme, du schéma Technicien/Chercheur?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *