Fonte Gaia, un espace ouvert de réflexions : Retour sur l’atelier du 4 décembre 2015

Présentation de la journée

Dans le cadre du projet Fonte Gaia et du développement de sa bibliothèque numérique, Fonte Gaia Bib (FGBib), a été organisé le 4 décembre 2015, par Elena Pierazzo et avec le soutien de la MSH-Alpes, un atelier autour des interfaces numériques. Intitulé « Interfaces pour les éditions numériques : technologies, chercheurs et usagers », cet atelier, pensé comme un espace ouvert de réflexion, a permis de réfléchir aux rapports entre ces trois entités que sont les technologies, les chercheurs et les usagers, dont les tenants et les aboutissants ne sont pas toujours clairement définis. Pour mener à bien ces discussions, ont été réunis des chercheurs versés en Humanités Numériques, des ingénieurs d’étude, des développeurs Web et des bibliothécaires. La présence de participants aussi divers reflète la grande hétérogénéité des Humanités Numériques, ainsi que leur aspect pluridisciplinaire et collaboratif.

Les problématiques au cœur de cette journée se sont concentrées sur les rapports entre l’homme et la machine : quelles infrastructures choisir ? Comment s’engager avec les technologies ? Qu’en est-il des utilisateurs finaux : est-ce nous, quelqu’un comme nous ou des personnes externes au monde de la recherche ? À chaque début de projet, nous pensons savoir ce qu’ils veulent. Mais comment savoir ce qu’ils veulent réellement ? Faut-il adopter la technique du bottom-up et demander directement aux utilisateurs potentiels ce qu’ils souhaitent ? Ou bien faut-il adopter la technique du top-down et proposer aux utilisateurs des usages ? Entre ces deux extrêmes, quelle est la méthode la plus adaptée aux projets d’éditions numériques ?

Cette journée s’est déroulée autour de trois sessions, chacune consacrée à un thème précis et au cours desquelles ont été présentés plusieurs projets :

  • Les infrastructures:
    • DigiPal, présenté par Geoffroy Noël (King’s College London) : un projet de paléographie numérique sur les écritures médiévales de l’Angleterre du XIe siècle.
    • IG Louvre, présenté par Emmanuelle Morlock (UMR HiSoMA/MOM, Lyon) : un projet d’édition épigraphique des inscriptions grecques du musée du Louvre.
  • Les chercheurs et leurs besoins:
    • Hyperdonat, présenté par Bruno Bureau (UMR HiSoMA/MOM, Lyon) : une édition numérique bilingue (latin-français) du commentaire de Donat à Terence.
    • HyperMachiavel, présenté par Jean-Claude Zancarini et Séverine Gelzedman (Laboratoire Triangle, Lyon) : un logiciel de comparaison des traductions françaises du Prince de Machiavel.
    • TEI Critical Apparatus Toolbox, présentée par Marjorie Burghart (CIHAM, Lyon) : un logiciel en ligne d’encodage des textes en XML-TEI.
  • Les utilisateurs finaux:
    • Schola Rhetorica, présenté par Christine Noaille et Francis Goyet (Université Grenoble Alpes) : un projet collaboratif dédié à la rhétorique francophone.
    • BiPraM, présenté par Christian del Vento (Université Sorbonne, Paris 3) : un projet consacré à l’édition numérique des catalogues et des inventaires des bibliothèques privées à l’époque moderne.
    • DigiPal, présenté par Geoffroy Noël (King’s College London)

Le compte-rendu de chaque intervention et des discussions qui s’en sont suivies est disponible en format PDF : Compte-rendu de l’atelier.

Les points importants à retenir

Les infrastructures

L’infrastructure d’une interface doit refléter la nature des données exposées et traduire d’une manière numérique les objectifs du projet : c’est aux outils de s’adapter aux données et non l’inverse. La construction d’une infrastructure est donc une étape délicate, faite de nombreuses expérimentations, qui conduisent à s’interroger sur la nature même des données.

Qui plus est, mettre au point une interface interopérable, stable et pérenne est un enjeu central lors de la réalisation d’un projet, puisque de là dépend sa visibilité et sa maintenabilité. Mais, est-ce l’infrastructure qu’il faut conserver ou la logique qui la sous-tend ? Face à la fragilité des technologies, il semble en effet primordial de sauvegarder avant tout la modélisation à l’origine de l’interface, à travers la documentation, les articles, mais aussi à travers les métadonnées.

Des outils et des publics

Concernant les outils à destination des chercheurs, un ensemble de points communs sont apparus entre les différents projets, non pas du point de vue de l’allure de l’interface finale, mais du point de vue de la formalisation, i.e. la manière dont les outils sont pensés :

  • Des outils intuitifs et simples à utiliser qui accompagnent le travail des chercheurs.
  • Des outils qui offrent différentes manières de visualiser les données, que ce soit pour vérifier son travail (passage d’une vue éditeur à une vue publique par exemple, tel que proposé par le projet Hyperdonat ou la TEI Critical Apparatus Toolbox) ou pour les étudier sous un angle nouveau (création de graphiques, tel que le permet le projet HyperMachiavel).
  • Des outils qui respectent le travail des chercheurs et qui proposent une forme de continuité entre analogique et numérique, à l’exemple de Schola Rhetorica qui offre une traduction numérique de l’environnement analogique de travail des chercheurs en rhétorique.

Cependant, il semble essentiel que les humanités numériques engagent d’autres utilisateurs que leur traditionnel public académique. À ce stade, deux problèmes se posent, à savoir l’élargissement de son public et l’identification des utilisateurs finaux et de leurs besoins. Quels outils, quels services peuvent en effet encourager la participation du « grand public », dont la composition reste encore assez largement inconnue dans le domaine des Humanités Numériques ? Le crowdsourcing (= utilisation de l’intelligence collective pour réaliser une tâche ou un ensemble de tâches) est la solution qui vient souvent en premier à l’esprit lorsque l’on aborde la question du « grand public ». Il a en effet l’avantage de simplifier les tâches à réaliser et d’encourager la collaboration entre chercheurs et amateurs. Les discussions entre les participants ont toutefois souligné le caractère clivant d’une telle solution pour un projet numérique en SHS. Plusieurs intervenants ont en effet pointé du doigt les coûts temporels et budgétaires, ainsi que les enjeux éthiques soulevés par le crowdsourcing, qui ne doit pas être considéré comme l’unique solution pour engager d’autres publics. La mise au point d’interfaces user-friendly et responsive doit également être prise en compte (jeu sur les couleurs, recherche à facettes…).

Connaître son public

Pour choisir la bonne solution, il faut alors connaître son public et ses besoins. L’atelier a permis de distinguer deux méthodes à l’œuvre au sein des Humanités Numériques :

  • La collaboration entre chercheurs et développeurs : Le développeur crée une interface en fonction de la demande du chercheur. Ce dernier teste ensuite l’interface : si celle-ci est validée, elle est implémentée ; dans le cas contraire, une nouvelle itération (développement/test) est lancée jusqu’à ce que l’outil soit satisfaisant. Cette organisation a été adoptée par de nombreux projets, tels que HyperDonat, HyperMachiavel, IG Louvre ou encore BiPraM et Schola Rhetorica.
  • Les études utilisateurs permettent de définir les besoins de son public et d’impliquer ce dernier à chaque étape du développement de l’interface, à l’aide d’enquêtes et de tests utilisateurs. L’interface produite est alors en accord avec les besoins des utilisateurs. Cette méthode crée des boucles d’évaluation, qui permettent d’initier un dialogue entre les porteurs du projet et les utilisateurs réels de l’interface, afin de toujours prendre en compte les besoins de ces derniers. Cette méthode a été utilisée par le projet DigiPal, qui a organisé une enquête d’utilisabilité (Usability Lab : combinaison d’un focus group et d’un questionnaire) et une étude d’utilisabilité (Usability Evaluation : rapport) pour connaître ses utilisateurs et améliorer l’interface.

Ainsi, cet atelier a non seulement permis de réaliser un premier état de l’art des projets d’édition numérique en France et en Angleterre, mais également de proposer un ensemble de réflexions autour des interfaces numériques et de leurs utilisateurs, lesquelles réflexions nourrissent le développement du projet Fonte Gaia et de sa bibliothèque numérique.

Image à la Une: Page d’accueil du projet DigiPal (http://www.digipal.eu/, consulté le 27/06/2016).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *