Perceptions des bibliothèques numériques et de leurs usages par les utilisateurs: Les entretiens Fonte Gaia

Au cours de l’année 2017, les études utilisateurs Fonte Gaia se sont poursuivies avec l’organisation d’une série d’entretiens avec un panel d’utilisateurs composé de deux doctorants, deux chercheurs, deux étudiants et deux conservateurs de bibliothèque. Ces entretiens s’inscrivent dans la lignée des résultats du questionnaire Fonte Gaia (Mai 2016). Ce dernier avait en effet soulevé un certain nombre d’interrogations concernant les pratiques des utilisateurs, notamment à propos de leurs méthodes de recherches ou encore de l’usage des ressources numériques téléchargées, mais aussi concernant leur perception des bibliothèques numériques. De plus, dans la mesure où Fonte Gaia Bib souhaite proposer des services participatifs, c’est-à-dire des services qui encouragent les utilisateurs à collaborer avec la bibliothèque numérique et les autres utilisateurs, il nous a également paru essentiel d’y consacrer une partie des entretiens, afin d’identifier la manière dont les utilisateurs aimeraient collaborer, mais aussi avec qui.

Les entretiens n’ont pas tous été organisés de la même façon en fonction des utilisateurs auxquels ils s’adressaient. En effet, la grille d’entretiens destinée aux chercheurs et aux doctorants se concentrait sur l’intervention des bibliothèques numériques dans leurs pratiques de recherche ; celle des étudiants, sur l’impact de ce type de ressources numériques sur leurs études ; celle des bibliothécaires, sur l’influence des bibliothèques numériques dans leurs relations avec les usagers. L’objectif de cette distinction était d’identifier des spécificités propres à chacune des communautés, afin de leur proposer des services adéquats.

Le rapport complet des résultats du questionnaire et des entretiens se trouve iciRapport-FonteGaia.

Des outils de recherche incontournables

La première question des entretiens invitait les participants à donner leur propre définition d’une bibliothèque numérique. Chaque définition proposée met l’accent sur un aspect précis des bibliothèques numériques et reflète ce que les participants recherchent en priorité dans ce type de ressources. Certains les perçoivent comme des extensions des bibliothèques physiques, comme un service complémentaire proposé par ces dernières. D’autres voient les bibliothèques numériques comme des fournisseurs de contenus et sont davantage intéressés par la notion d’accès. Enfin, d’autres encore insistent sur leur aspect médiateur entre utilisateurs et contenus. Ces définitions ont pour point commun de recouvrir des types de ressources très différents, variété qui se retrouve dans les ressources auxquelles les participants ont recours : bibliothèques numériques générales et patrimoniales, bibliothèques numériques spécialisées, plateformes de revues en ligne ou portails agrégateurs de liens.

Il existe toutefois une incertitude chez les participants pour catégoriser certaines ressources numériques en tant que bibliothèque numérique. Ainsi, à propos d’un projet canadien, l’un des participants éprouve des difficultés à le définir : « […] je ne sais pas si on peut la définir comme une bibliothèque numérique, c’est plutôt une collection d’adresses qui renvoient, mais là aussi je peux télécharger des ouvrages qui ont été retapés […] ». De même, un autre participant manifeste son étonnement quant à la catégorisation de Google Books ou Gallica en tant que bibliothèques numériques : « Ah ! Ça rentre dans le cadre des bibliothèques numériques ? Ah, d’accord ! ». Ces hésitations sont le témoignage du caractère flou, voire insaisissable des bibliothèques numériques pour leurs utilisateurs. Il semblerait que ce ne soit pas tant la forme du projet que la présence de contenus ou de services qui les intéresseraient et les encourageraient à utiliser une ressource.

En dépit de ces hésitations, les bibliothèques numériques apparaissent comme des outils incontournables et comme un réflexe au début de chaque recherche avant même d’avoir recours à la documentation papier. Toutefois, les bibliothèques numériques ne se substituent pas aux bibliothèques traditionnelles, mais les complètent. Elles apparaissent comme des outils palliatifs, qui permettent de consulter des ouvrages épuisés ou indisponibles dans des bibliothèques proches de chez eux, mais aussi comme un préalable à la lecture en bibliothèque, voire à l’achat. La bibliothèque numérique devient ainsi une manière de vérifier la pertinence d’un ouvrage. Finalement, ce qui motive les utilisateurs est la facilité d’accès aux documents et les économies de temps que cela leur permet. Ils recherchent avant tout de l’efficacité et se tournent donc vers des bibliothèques numériques généralistes où ils sont sûrs de trouver des documents ou bien vers celles avec lesquelles ils ont le plus d’affinités scientifiques. Cette recherche d’efficacité se retrouve dans les pratiques des utilisateurs, dans la mesure où elle influence le recours à certaines fonctionnalités.

« Je vais pas me taper tout le livre » : Des utilisateurs en recherche d’efficacité

Première étape : la recherche de documents

Tous les participants ont en priorité recours à la recherche simple, y compris lorsqu’ils n’ont pas d’idées précises sur ce qu’ils cherchent. Les participants ne considèrent pas uniquement cette fonctionnalité comme une manière d’accéder rapidement à des ouvrages, mais également comme un enrichissement de leurs réflexions. En effet, à travers la recherche simple et les mots-clés qu’ils utilisent, les utilisateurs expriment leur point de vue sur un sujet. Les résultats retournés sont quant à eux le point de vue de la bibliothèque. Les utilisateurs ont ainsi la possibilité de confronter leurs propres conceptions à celles de la bibliothèque : « […] je trouve que c’est utile, ça nous fait prendre du recul sur notre propre recherche, parce que du coup, on a peut-être mis des mots-clés assez précis, parce que nous, on a notre point de vue en tête. Et donc, on associe nos mots-clés, nos attentes par rapport à notre cas particulier de recherche et on voit en fait que ça élargit un petit peu le point de vue, parce qu’on obtient des choses parfois plus générales » (Une étudiante en études italiennes).

Les autres fonctionnalités de recherche sont des services complémentaires, qui interviennent à des temps de recherche bien précis. La recherche avancée est ainsi utilisée après une recherche simple infructueuse et intervient en fin de recherche comme une solution de dernier recours. Quant au browsing, il était apparu comme une méthode de recherche marginale dans le questionnaire. L’hypothèse principale, soit que cette pratique n’était pas connue des participants, a été infirmée par les entretiens. En effet, les participants connaissent cette fonctionnalité, mais soit ils n’y ont pas recours, soit ils l’utilisent lors de recherches par loisir. En effet, certains participants font une distinction entre différents temps de recherche : une recherche « professionnelle », où ils ont recours à la recherche simple pour plus d’efficacité, et une recherche « loisir », qui s’inscrit dans un temps long : « Mais c’est pas les mêmes objectifs. C’est pas aussi les mêmes temps consacrés, c’est-à-dire que dans un cas, ça va être une économie de temps et une efficacité. Dans un autre, ça va être… je vais avoir plus de temps, ça va être, comment dire, voilà, plus tranquille » (Une doctorante en histoire de l’art).

Deuxième étape : la consultation des documents

Les participants pratiquent une consultation ciblée en ayant recours à la recherche plein-texte. L’objectif est de mesurer la pertinence d’un ouvrage pour ses recherches en fonction du nombre d’occurrences retournées par la recherche plein-texte. Cette fonctionnalité conduit à une lecture en deux temps : la première étape consiste à lire le texte en diagonal via les occurrences ; la seconde, en une lecture approfondie en ligne ou en local après téléchargement.

Troisième étape : le téléchargement

Le téléchargement n’est pas une pratique systématique. Il fait au contraire l’objet d’une réflexion de la part des utilisateurs et répond à divers objectifs :

  • Prévention : Les utilisateurs voient le téléchargement comme une manière de prévenir les problèmes de connexion Internet ou les risques de ne plus retrouver la ressource en ligne. Il s’agit d’avoir toujours le document à portée de main et consultable en continu. Le téléchargement a ici un effet rassurant, dans la mesure où les utilisateurs ont le sentiment de posséder les ressources numériques.
  • Réappropriation : Les utilisateurs constituent leurs propres bibliothèques numériques, en reclassant les ressources téléchargées sur leur ordinateur. Ils se les réapproprient en leur appliquant leurs propres perceptions et s’affranchissent des catégories imposées par les bibliothèques numériques.
  • Réutilisation : Les utilisateurs téléchargent des ressources ou des portions de ressources afin de les retraiter (transcription, traitement d’image) et de les diffuser dans des articles ou des présentations.

Si le téléchargement a ses vertus, il a également ses vices, le plus important étant l’oubli. En effet, les participants reconnaissent qu’ils oublient fréquemment les ressources qu’ils ont téléchargées. Le temps qui s’écoule entre le téléchargement et la consultation peut donc être long (plusieurs semaines, voire plusieurs mois). Pour pallier ce problème, les participants souhaiteraient accéder à un espace personnel, que l’on pourrait qualifier de « carnet de lecture », au sein de la bibliothèque numérique avec un historique des documents consultés et téléchargés.

Ces pratiques sont interdépendantes. Du résultat de chacune dépend la poursuite des activités au sein de la bibliothèque numérique. Les utilisateurs semblent avoir créé un véritable écosystème de recherche. Il s’agit donc de s’interroger sur des méthodes pour enrichir les activités des utilisateurs et engager ces derniers plus étroitement avec la bibliothèque numérique. Dans cette optique, le projet Fonte Gaia envisage la mise au point de services participatifs, qui permettraient aux utilisateurs de contribuer à l’évolution de la bibliothèque en partageant leurs connaissances et leurs compétences. À travers de tels services, les utilisateurs verraient leur statut enrichi en passant de lecteur à acteur.

Les utilisateurs de bibliothèques numériques et la collaboration

Les participants ne refusent pas l’idée de collaborer avec d’autres utilisateurs. Si certains sont favorables à la collaboration avec n’importe quel utilisateur, que ce soit un spécialiste ou un amateur, d’autres préféreraient travailler avec des personnes du même domaine qu’eux. Ces participants manifestent une certaine inquiétude quant à la qualité des données produites et à l’expertise des personnes qui les ont produites, mais aussi quant à la qualité de la bibliothèque numérique dans son ensemble dans la mesure où elle verrait sa fiabilité mise en jeu : « Mais je me ferais plus de questions, de doutes d’impliquer des gens dans un projet de recherche si je ne suis pas sûre de la fiabilité de la personne qui travaille. » (Une doctorante en littérature italienne) ; « […] mais vraiment, il y a des problèmes de pertinence de recherche parce qu’il n’y a pas de cadre à la participation » (Une doctorante en histoire de l’art) ; « […] parce que sinon ça devient très peu fiable que tout le monde puisse faire tout et n’importe quoi » (Une enseignante-chercheuse en études italiennes).

Concernant la manière de collaborer, les participants ont différentes manières de l’aborder en fonction de leur activité. En effet, les doctorants et les enseignants-chercheurs privilégient une collaboration scientifique, basée sur l’échange d’informations et la discussion. Les étudiants s’orientent vers une collaboration pédagogique, construite autour de l’ajout de références bibliographiques et de commentaires afin d’être guidés dans leurs recherches documentaires. Quant aux bibliothécaires, ils proposent une collaboration professionnelle, où l’utilisateur participe à certaines activités des bibliothécaires comme le taggage et le catalogage, à condition que ce dernier soit encadré par les bibliothécaires.

Applications à Fonte Gaia Bib

À partir des résultats de la première étude utilisateurs Fonte Gaia (questionnaire + entretiens) et d’un état de l’art des services en bibliothèques numériques, il a été possible de définir un ensemble de services pour Fonte Gaia Bib, lesquels services ont été répartis en fonction de trois rôles utilisateur.

  • Le lecteur-passant : Cet utilisateur « butine » les contenus de bibliothèque numérique en bibliothèque numérique. Il préfère la consultation sur son ordinateur après téléchargement plutôt que la consultation en ligne. La bibliothèque prend ici l’allure d’un espace de lecture : recherche plein-texte enrichie, aides à la lecture (zoom, dictionnaire, traduction…), téléchargement, partage…
  • Le lecteur avancé : Cet utilisateur a des bibliothèques numériques favorites, même s’il n’exclut pas la possibilité d’utiliser d’autres ressources quand l’occasion se présente. Il fait de la bibliothèque numérique un espace de travail et privilégie la consultation en ligne : espace personnel avec historique des consultations, bibliothèques numériques personnelles, outils d’analyse (comparateur et éditeur d’images, annotations). Cet utilisateur est également davantage intéressé par la collaboration : ajout de mots-clés, de références bibliographiques, espace de discussion.
  • Le lecteur expert : Cet utilisateur est intéressé par la collaboration avec la bibliothèque numérique et la publication de travaux sur cette dernière. Il n’intervient plus uniquement dans l’interface publique, mais également dans l’interface privée, où il dispose de droits de modification. Il devient partenaire du projet Fonte Gaia en proposant des éditorialisations de contenus, des parcours de lecture, voire des éditions numériques.

Il apparaît que tous les utilisateurs n’ont pas les mêmes besoins et ce, indépendamment de leur activité. Il nous a donc paru intéressant de penser l’organisation de la bibliothèque numérique par rôle plutôt que par profil. Les rôles permettent d’éviter la stigmatisation des utilisateurs en leur offrant la possibilité d’investir le rôle qui leur correspond et de pouvoir ainsi passer facilement de l’un à l’autre.

Image de couverture : CC0 Creative Commons


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *