Italianisme et humanités numériques : Fonte Gaia et le projet EDITEF

L’expression « humanités numériques » désigne un domaine de recherche au croisement de l’informatique et des arts, lettres, sciences humaines et sciences sociales, et représente précisément un des principaux objets d’intérêt de Fonte Gaia. Souhaitant donner un nouvel essor aux études italiennes, cette nouvelle communauté de chercheurs souhaite s’investir dans un réseau d’échange d’information et de débat d’idées autour de l’italianisme, contemporain et international, à l’époque du digital.

Le projet EDITEF, fait désormais partie de ce réseau de chercheurs, en tant que projet portant sur l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité, qui se veut être au cheval des humanités numériques. Naissant de la nécessité de renouveler les connaissances sur la production, la diffusion et la conservation d’ouvrages en italien dans les régions francophones à la première modernité, EDITEF porte sur des aspects socioculturels, bibliographiques et prosopographiques. Deux axes de recherches prioritaires constituent les piliers du projet : les acteurs de la production et de la diffusion de l’édition en italien dans l’espace francophone et les objets produits par les acteurs susmentionnés circulant dans l’espace francophone. Ce volet du projet dépasse largement une simple approche bibliographique se limitant à l’inventaire d’une production en langue italienne et à l’étude de ses retombées dans l’éclosion de l’italianisme européen. De fait, il s’agit de croiser les données émergentes de l’analyse de cette production avec celles relevant de l’étude des acteurs, afin d’isoler des facteurs nécessaires à la compréhension de la portée socio-économique de la production et diffusion du livre italien, mais aussi de sa compénétration avec la production francophone.

Afin de valoriser toutes ces données, EDITEF se sert des technologies digitales qui sont à la disposition du chercheur du XXIe siècle, et comporte la mise en place de plusieurs outils numériques permettant l’exploitation des données collectées tout au long du projet :

Le site internet

Un site internet, qui ambitionne de devenir un relai d’information essentiel pour toute initiative portant sur le livre italien (relevant aussi bien des recherches des partenaires pressentis que d’autres institutions), donne accès à des publications scientifiques et permettra dans les semaines à venir d’accéder à une base de données, biographique et bibliographique

 Le carnet de recherche en ligne

Un blog scientifique, construit sur hypothèses.org, ne cesse d’être alimenté par de nouveaux contenus qui concernent principalement les actualités du projet, ainsi que de la recherche en général.

 Le database EDITEF

La base EDITEF rendra accessible :

– des fiches biographiques exhaustives qui uniront, pour chaque entrée, des renseignements en format texte, des échantillons numérisés de matériaux typographiques, des bibliographies spécifiques pour chaque personnage, et permettront l’échange de métadonnées bibliographiques avec des OPAC, des thesauri et des bibliothèques virtuelles, à des liens vers des URL propres à des ouvrages numérisés par d’autres institutions ou au sein du consortium. Cette base permettra également de suivre les parcours empruntés par les acteurs de l’édition italienne, des itinéraires qui seront visualisables grâce à un système de géo-localisation SIG exploitant des modules cartographiques ; elle consentira en outre la production de diagrammes illustrant les relations diverses (familiales, commerciales et scientifiques) reliant différents sujets ayant participé à des projets éditoriaux spécifiques.

– de descriptions de documents manuscrits (inventaires, testaments, etc.) et imprimés permettant la reconstitution des fonds de collections de livres italiens établies entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Lorsque des exemplaires de ces collections subsistent encore aujourd’hui, un renvoi aux notices bibliographiques des OPAC sera fait et, si disponible, à la numérisation de l’ouvrage aussi.

***

Suivez-nous sur Facebook!


Une réflexion au sujet de « Italianisme et humanités numériques : Fonte Gaia et le projet EDITEF »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *