Workshop Fonte Gaia : un rendez-vous très attendu

Fonte Gaia. Je m’efforce de me rappeler, mais rien n’y fait, je ne réussis pas à me souvenir du moment exact où j’ai entendu parler du projet Fonte Gaia pour la première fois. Ce qui est certain, c’est qu’au cours des dernières années, dans le cadre des réunions du Gerci (Groupe d’Études et de Recherche sur la culture italienne de l’Université Stendhal de Grenoble), ou au cours des séminaires de ce laboratoire, ce projet revenait souvent, dévoilé peu à peu par Claire Mouraby et Filippo Fonio, comme un leitmotiv capable de susciter l’enthousiasme (ou au moins le questionnement) de l’auditoire. C’est au cours de l’une de ces rencontres – au cours peut-être, si ma mémoire ne me joue pas des tours, d’une journée du séminaire Work in progress consacré à La philologie à l’heure des humanités numériques – qu’en parlant du projet Fonte Gaia, Claire Mouraby et Filippo Fonio ont commencé à évoquer aussi celui d’un blog homonyme, destiné à tous les italianistes et consacré l’italianisme à l’époque du numérique.

La toute première fois que j’ai entendu parler du blog Fonte Gaia, j’ai eu le sentiment d’être confrontée à un projet aux contours un peu flous, au contenu un peu mystérieux, mais sans aucun doute très important et novateur. Ce projet m’a interpellée tout de suite. Ma participation à des projets de diffusion de la recherche au cours des dernières années m’avait en effet déjà fait comprendre l’importance d’exploiter internet pour informer et s’informer des actualités scientifiques, pour connaître et expérimenter de nouveaux supports. Le blog Fonte Gaia semblait justement aller dans cette direction. Puis, le temps a passé. À l’occasion de quelques rencontres fortuites avec Claire Mouraby et Filippo Fonio, le blog Fonte Gaia était parfois évoqué, mais rien de plus. C’était ainsi que le mois de décembre est arrivé et avec celui-ci un mail m’invitant à faire partie du comité de rédaction de ce blog et à participer à un workshop organisé par Filippo Fonio, Claire Mouraby, Elena Pierazzo et Anna Ingoglia, les 9 et 10 avril 2015, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.

C’est ainsi que le matin du 9 avril, je me suis présentée dans la salle des conférences de la Bibliothèque de Droit-Lettres de Grenoble. La salle s’est progressivement remplie d’une vingtaine de personnes, parmi lesquelles quelques visages connus, et de très nombreux inconnus, surtout des doctorants et de jeunes chercheurs venus pour l’occasion de différents endroits d’Italie et de France, ou d’ailleurs. Il s’agissait d’un groupe très hétérogène, très enthousiaste, très curieux aussi d’en savoir davantage. Très tôt, avant la fin de la matinée, après un premier tour de table et une rapide présentation du projet, suivie de la présentation des principaux outils informatiques à la disposition des bloggers, a pris forme ce qui me semble pouvoir rétrospectivement définir les deux journées du workshop, mais qui – à bien y réfléchir – pourrait aussi définir le blog Fonte Gaia lui-même. C’est-à-dire, un véritable et rare work in progress, où les questions et balises initiales ont systématiquement été questionnées et rediscutées par une équipe encadrée, certes, par les organisateurs et leurs connaissances du sujet, mais totalement libre de s’exprimer. Et ceci au cours d’un travail pendant lequel les hiérarchies avaient été annulées, pour laisser place à la discussion, où chacun pouvait contribuer par ses propres connaissances.

C’est à partir de cette série d’échanges, de discussion, de cet esprit d’ouverture et de collaboration, mais aussi de l’idée que chacun des participants avait de concevoir ce qui devait être un blog consacré à l’italianisme à l’ère du numérique que le contenu du blog à commencé à s’esquisser : certains ont proposé de créer une rubrique sur les ressources et les instruments numériques concernant les études italiennes, d’autres une carte des ressources de l’italianisme dans le monde, d’autres encore de recenser des livres, des événements scientifiques ou culturels particulièrement significatifs et en lien avec l’Italie. Il y aussi ceux qui ont mis en avant l’intérêt de créer un espace de dialogue et de discussion sur des thématiques spécifiques, ceux qui se manifestés pour un travail de traduction afin de concrétiser l’idée d’un blog plurilingue et ceux qui, connaissant mieux les réseaux sociaux, se sont proposés de gérer avec plus de régularité que les autres la page Facebook et le compte twitter du blog Fonte Gaia.

En somme, au bout des deux journées de workshop, le blog Fonte Gaia pourrait être vu comme le résultat d’un foisonnement d’idées, de volontés de faire et de découvrir, de contribuer à créer une communauté regroupant des personnalités hétérogènes, et qui pourrait devenir une (re)source de matériels et d’initiatives. Un projet qui se construit aussi en testant ses propres potentialités et, au fil de l’expérience et du temps, qui redéfinit (ou nuance) ses propres contours, qui s’élargit à travers de nouveaux contributeurs, d’autres bloggeurs, s’enrichissant à travers leurs intérêts et idées, exprimées et proposées dans un esprit d’ouverture, d’échange et de découvertes plurielles.

Barbara


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *