Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel

Cher-e-s italianistes du XXIe siècle,

Permettez-moi de vous présenter… HyperMachiavel, logiciel libre permettant la mise en parallèle, la comparaison et plus généralement l’exploration lexicale et sémantique de corpus en langues différentes (uniquement en alphabet latin pour l’instant), et en particulier de traductions, à l’aide de fonctions de recherche et d’annotation semi-automatique. Cet outil est né d’une conviction : la circulation des textes et de leur contenu passe notamment par la traduction, et l’étude des choix opérés le traducteur, au fil de son patient travail sur le texte-source, peut permettre de mieux cerner les spécificités de la langue qu’il traduit, y compris sur le plan des représentations. Cela a donné naissance à un logiciel libre OpenSource (Licence Cecill-B, téléchargeable sur demande auprès de severine.gedzelman[at]ens-lyon.fr) dont le développement, encore en cours, est porté par le laboratoire Triangle (UMR 5206).

HyperPrince, premier rejeton d’HyperMachiavel

Cette hypothèse a été testée sur le corpus des quatre traductions françaises élaborées au XVIe siècle sur la base de l’édition princeps du chef d’œuvre de Machiavel, donnant naissance à HyperPrince (http://hyperprince.ens-lyon.fr/), site web qui présente une première version du corpus alignée et expose certaines parties du lexique machiavélien mises en équivalence grâce à l’outil HyperMachiavel. Dans le cas d’HyperPrince, il s’agissait en particulier d’élucider le sens du lexique machiavélien, d’étudier la façon dont on traduisait au XVIe (et notamment la distance entre les prises de position des auteurs dans le paratexte et leur pratique effective), les effets de la traduction sur le lexique de la langue d’arrivée (le français), en déterminant au passage les éditions italiennes utilisées par les traducteurs (Blado ou Giunta). Jusqu’à quel point les traducteurs respectent-ils (ou non) la polysémie et la syntaxe machiavéliennes, pensées pour approcher et rendre compte d’une conjoncture complexe au moyen de la langue vulgaire, qui n’était pas jusque-là, rappelons-le, l’idiome de référence en matière de politique ? Qu’est-ce que les explicitations et différenciations opérées par les traducteurs au sein de certains grands champs sémantiques machiavéliens nous apprennent des représentations du politique des traducteurs, ainsi que sur la réception du texte en France ? Voici quelques-uns des questionnements auquel HyperMachiavel a permis d’apporter des réponses, donnant lieu à plusieurs publications [1].

Concrètement, les textes du corpus ont été encodés (en XML-TEI), et ont fait l’objet d’une segmentation fine afin de construire les vues en parallèle des différents textes. Pour pouvoir comparer les choix effectués dans des langues différentes, il a ensuite fallu annoter le corpus. La comparaison représentait aussi un défi en termes de visualisation des données, ce qui a représenté une troisième direction de la collaboration entre ingénieure et chercheur, qui a donné naissance à une version de travail du logiciel, dotée de fonctionnalités avancées, et à une version de lecture et d’interrogation des textes annotés, disponible en ligne.

HyperMachiavel en action(s)

HyperMachiavel en action : démonstration par Jean-Claude Zancarini et Séverine Gedzelman (Triangle UMR 5206) from Fonte Gaia on Vimeo.

HyperMachiavel : passé, présent et futur. 

Questions à Jean-Claude Zancarini, professeur émérite de l’ENS de Lyon, et à Séverine Gedzelman, ingénieure, concepteurs du logiciel.

1. À quand remonte le projet exactement, pour vous, et quelles ont été les étapes principales de son élaboration ? 

[SG] L’accouchement d’Hypermachiavel a été finalement long (près de 3 ans, avec une pause assez longue en 2009 et un partage de mon temps sur un autre projet dès 2011), même si la demande du chercheur [JCZ] et sa vision sur ce que pourrait donner l’outil étaient au final assez claires. Ayant travaillé précédemment dans une start-up sortie d’un laboratoire de recherche à l’INSA Rennes et encore avant dans un laboratoire de recherche biomédicale participant à un gros projet européen, j’ai tenté de procéder à un cahier des charges assez classique avant tout développement de l’outil mais j’ai vite appris qu’en recherche, tant qu’il n’y a pas de prototype, ou de maquette dynamique, il n’est pas évident de nourrir le dialogue ; la modalité de travail entre ingénieurs – chercheurs peut sans doute mieux se construire avec une méthode « Agile » (http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_agile). En revenant sur le projet aujourd’hui, je dirais que l’envergure de celui-ci ne m’était pas apparue à l’époque et avec l’évolution constante des technologies et l’émergence de projets semblables en DH, conduire ce projet à 2 mains seulement peut poser question. Les choix techniques, même si étudiés à l’époque avec une longue phase de tests d’outils existants (en lexicométrie, outils d’annotation de divers univers, en linguistique pour la lemmatisation, ou à partir de thésaurii, même d’ontologies, sans parler des mémoires de traduction, et des outils d’alignement manuel ou semi-automatique) ont évidemment changé.  Et on voit arriver de nombreuses applications web ou de sites web dynamiques pour la publication d’édition philologique avec vue synoptique (v-machine, VanGoghLetters, Froissard, QuesteDelSanGraal) et parfois bi-concordanciers.

Pour revenir sur les étapes, il était question de trouver un format adapté à l’encodage de textes parallèles ou juste de séquences parallèles. Je me rappelle ce sujet d’une discussion avec Serge Heiden qui démarrait TXM et m’a fait prendre conscience de l’expansion de la communauté TEI. Un autre volet était de chercher des ressources tels que des dictionnaires et lemmatiseurs ; obtenir un corpus lemmatisé n’est finalement pas apparu essentiel pour le travail de Jean-Claude même si on propose l’utilisation de TreeTagger au sein de Hypermachiavel (pour le français et l’italien). Ensuite il a fallu construire les différentes briques logicielles nécessaires au processus d’annotation, allant du stockage aux interfaces. Dès lors que l’annotation fut fonctionnelle, avec le choix du modèle XML pour l’export et import du corpus annoté, j’ai régulièrement livré à Jean-Claude des versions de l’outil, plus ou moins assorti de visualisations afin de contrôler l’état de ses annotations. Il y a eu par exemple quelques tests sur les cooccurrences, que l’on a rapidement laissées de côté.

2. Quelles ont été, respectivement, la meilleure et la pire surprise lors de ce processus (du point de vue scientifique et/ou technique) ?

[SG] La satisfaction, ou plutôt l’émerveillement de Jean-Claude lors du travail avec l’outil fait oublier beaucoup de choses. Du côté technique, une grande frustration est de voir que les corpus prennent un temps trop long à se charger, de même que pour certaines recherches de motifs. Situation qui ne devrait pas arriver et qui montre que le système n’a pas été assez bien pensé et remanié. Il s’agit d’une erreur dans la conception des objets java, trop nombreux et gourmands en mémoire et de la non utilisation d’un moteur de recherche robuste, qu’il aurait probablement fallu acquérir à l’extérieur comme le fait TXM avec CQP ou de tester l’articulation avec une base de données XML native, qui est capable de préparer des index et qui intègre comme dans BaseX, le requêtage en XQuery/XPath.

[JCZ] La meilleure surprise c’est le passage du graphe Stato niveau 1 (qui donne une représentation de toutes les traductions françaises du mot stato, au singulier et au pluriel) au graphe Stato niveau 2 (qui donne l’aller-retour italien> français> italien et permet de voir quels autres mots italiens sont traduits aussi par les mots français qui traduisent stato. Ça donne ça :

HyperMachiavel_Stato1

HyperMachiavel_Stato2

Et ça a permis de produire une thèse sur la langue de la politique, après avoir constaté que l’aller-retour italien-français-italien met en évidence un lien entre la majorité des mots du vocabulaire des institutions politiques. Cette thèse est la suivante: les « choses nouvelles » que Machiavel énonce et dont il recherche les fonctionnements sont complexes ; leurs « territoires sémantiques » se recoupent et se chevauchent ; il y a un brouillage d’origine dans l’analyse des fonctionnements de la politique ; ce brouillage est renforcé par les effets de la traduction (une série de termes tendant à devenir équivalents et à désigner globalement le lieu et les formes du pouvoir : état, empire, puissance, seigneurie, principauté, gouvernement, domination…). Voilà la meilleure surprise… Il y en a d’autres, sur le fait qu’on peut entrer de fait dans l’atelier des traducteurs, voir comment ils traduisaient et écrivaient, voir ce que signifiait pour chacun d’eux “la fidélité” dont ils se réclament toujours… Mais cet aspect est plus une confirmation de nos hypothèses de départ qu’une surprise à proprement parler… Quant au mauvaises surprises, il n’y en a pas eu, de mon côté au moins…

3. Que faites-vous en ce moment avec ou sur HyperMachiavel ?

[JCZ] Nous introduisons une nouvelle traduction, celle d’Amelot de la Houssaie, datant de 1683 (Le Prince, traduit et commenté par A.N. Amelot, sieur de la Houssaie, Amsterdam, chez Henry Wetstein). C’est dans cette traduction qu’on lit le Prince jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. De 1740 al 1793, elle fut publiée avec l’Antimachiavel ou Examen du Prince (Frédéric II di Prusse et Voltaire).

[SG] Du côté de l’outil, nous essayons d’améliorer certaines fonctionnalités et de préparer l’outil pour sa diffusion à d’autres chercheurs.

4. Quel est d’après vous le futur, proche ou plus lointain, d’HyperMachiavel ?

[JCZ] 1. C’est d’abord de passer à une version web de l’outil qui permettra à d’autres chercheurs de s’emparer plus facilement du logiciel et, par conséquent, 2. que d’autres chercheurs qui travaillent sur les effets des traductions s’emparent de l’outil pour y insérer d’autres textes et produire des connaissances nouvelles.

[SG] Le choix de continuer HyperMachiavel, seule, n’est pas évident : les chercheurs et leurs ingénieurs ne bénéficient pas toujours d’entraide, à moins de s’inscrire dans un projet financé, et la pérennité des outils pose aussi problème. Actuellement, beaucoup d’initiatives de co-développement sont initiées par l’Atelier des Humanités Numériques, ou même dans le cadre d’un nouveau projet sur la Bibliothèque Historique de l’Education, associant deux univers assez féconds, l’un pour l’exploration textuelle avec TXM, et l’autre pour le stockage d’information historique ou même géo-historique avec SyMoGIH, auquel je vais consacrer du temps de développement afin de permettre l’annotation, d’entités nommées, d’informations qualifiées (histoire, ethno, etc..) ou même d’équivalents traductionnels si on le souhaite.

[1]  Publications:

  • Zancarini, Jean-Claude, Gedzelman, Séverine, HyperMachiavel. Un outil de comparaison de traductions, « Lingua e stile », XLVI, 2011, p. 247-264.
  • Gedzelman, Séverine, Zancarini, Jean-Claude, « HyperMachiavel: a translation comparison tool », in Digital Humanities 2012 conference abstracts, J. C. Meister (éd.), Hamburg, Hamburg University Press, 2012.
  • Zancarini, Jean-Claude, HyperMachiavel. Filologia digitale e traduzioni francesi del Principe nel Cinquecento, in J.-L. Fournel, R. Gorris Camos, E. Mattioda, Ai confini della letteratura, Atti della giornata in onore di Mario Pozzi, Torino, Nino Aragno, 2014, p. 153-170.
  • Id., « Et Favellar francese non gli spiace ». Sulle traduzioni francesi del Principe, XVI-XVII secolo, in Machiavelli Cinquecento, Mezzo millennio del Principe, G. M. Anselmi, R. Caporali, C. Galli (éds.), Milano-Udine, Mimesis, 2015, p. 73-90.
  • Id., ‘Uno piccolo dono: HyperMachiavel’. A software tool for comparing the first edition of Machiavelli’s ‘The Prince’ to its 16th century French translations, sous presse.

Une réflexion au sujet de « Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *