Présentation de la Nouvelle Version de la Bibliothèque numérique

Retour sur la journée du 18 juin 2019 : présentation de la nouvelle version de Fonte Gaia

En attendant que la nouvelle version de Fonte Gaia soit en ligne, je tenais à vous faire part de l’actualité des développements en cours. En charge du développement de la bibliothèque numérique, je travaille depuis le mois de novembre à la mise en place de cette nouvelle version au sein de l’équipe de Fonte Gaia de l’université de Grenoble. Cet article reprend la présentation de la nouvelle version qui a été faite à Grenoble le 18 juin 2019 par l’équipe de Grenoble qui travaille sur Fonte Gaia lors de la journée de présentation de la nouvelle version de la nouvelle version de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia. Voici donc l’occasion pour vous de découvrir la nouvelle identité graphique de la bibliothèque numérique ainsi que les fonctionnalités qui sont en train d’être développées. La journée d’étude a représenté une étape dans les développements de la bibliothèque, elle a été riche en discussion et nous a permis de recevoir des retours avant la mise en ligne de cette nouvelle version.

La nouvelle version de la bibliothèque numérique fait l’objet de nombreuses évolutions autant techniques que sur les contenus et le design de la plateforme par rapport à la version actuellement en ligne.  Elle n’utilise plus le même outil de gestion des contenus que la version actuellement en ligne. Nous sommes passé d’Omeka à Omeka S. Cet outil, dérivé de l’ancien, nous offre des fonctionnalités  supplémentaires par rapport à son prédécesseur mais est encore très récent et  n’a pas une communauté aussi importante et active qu’Omeka. Pour pallier ces difficultés, il a fallu prendre les précautions nécessaires et accepter la temporalité de l’outil : certains modules ne sont pas encore stables, ou n’ont pas encore été développés, alors qu’ils existaient dans Omeka.  Nous avons limité au maximum le développement d’outils en interne, dans la mesure où nous n’étions pas sûrs de pouvoir assurer un suivi sur le long terme, nous sommes donc à l’affût de tous les nouveaux développements et réalisons sans cesse des tests pour mettre en place de nouvelles fonctionnalités.

Nous avons ainsi abouti pour le moment au développement d’une bibliothèque numérique  solide, qui accueille déjà un certain nombre de fonctionnalités de bases et qui est prête à accueillir de nouvelles fonctionnalités plus innovantes, au fur et à mesure de l’avancée des projets. Le design de la bibliothèque numérique est basé sur le travail d’Elina Leblanc et les nombreuses séances qu’elle a mené avec des experts et des potentiels utilisateur·ices de la plateforme afin d’en faire une plateforme utile et utilisable par toutes et tous. Je vous invite à découvrir les résultats de ces études dans un article précédent. Le résultat est une bibliothèque épurée, dont le design tend vers plus de simplicité, alors que les fonctionnalités restent, elles, inchangées. Tout est fait pour faciliter la découverte et l’exploitation des ressources mises en ligne par la bibliothèque numérique.

Voici maintenant venu le temps de vous faire une petite visite guidée de la plateforme, au stade actuel de développement :

 

 

La page d’accueil est l’occasion de faire découvrir des documents remarquables de la bibliothèque numérique et d’offrir un aperçu des contenus aux internautes qui ne recherchent pas un document spécifique :

  •  La catégorie “Notre sélection” permet de mettre en valeur des documents particulièrement rares ou précieux, des manuscrits précieux ou des imprimés particulièrement rares.
  • Dans les “Actualités”, le but est de faire ressortir les documents récemment mis en ligne, mais aussi de nouveaux articles du blog ou un projet particulier comme une édition scientifique ou une exposition virtuelle.
  • Une rubrique “Participer” montrera à terme différentes façon de rejoindre le projet.

Cette page d’accueil montre en quelques images la diversité des contenus de Fonte Gaia et permet à l’internaute de se tenir au courant de l’actualité du projet. Pour accéder à un document particulier, je vous propose maintenant de découvrir la page de recherche. Celle-ci est accessible soit en tapant directement un mot-clé dans la barre de recherche, présente sur l’ensemble des pages, soit en se rendant directement sur la page “recherche” pour utiliser les différents filtres.

Il est ainsi possible de filtrer les résultats à l’aide de différents critères. Pour arriver à mettre en place cette recherche à facettes, un gros travail partenarial a été mené pour arriver à un accord sur la façon dont les documents devaient être décrits, afin que les différentes collections moissonnées par Fonte Gaia puissent être explorées de manière cohérente. Ce travail devait prendre en compte d’autres partenaire comme Gallica, afin de ne pas pénaliser une collection qui serait déjà moissonnée par la bibliothèque numérique de la BnF. Le travail commun a donné lieu à la rédaction d’une feuille de route utilisable par tous les futurs partenaires, ainsi qu’à un travail de reprise des métadonnées réalisé par les partenaires déjà impliqués : l’Université Grenoble Alpes et l’Université Paris 3.

Une fois le résultat choisi, il est temps de voir comment se présente la page d’un ouvrage présent sur Fonte Gaia. Les deux éléments principaux sont la visionneuse et le bloc des métadonnées. La visionneuse donne accès en ligne à la version numérisée d’un document tandis que le bloc des métadonnées permet d’avoir des informations bibliographiques.

 

La visionneuse a la particularité d’utiliser le protocole IIIF  qui permet de décrire l’image et ses métadonnées et nous permettra par la suite de gérer la recherche plein texte. Cela nous offre aussi la possibilité d’afficher dans notre bibliothèque numérique des images qui ne sont pas stockées sur les serveurs de notre site internet. Grace au protocole IIIF, chaque partenaire pourra conserver la main sur ses données, tandis que pour l’utilisateur·ice la découverte des ressources se fait sur une plateforme unique. L’URL IIIF apparait dans la métadonnée “A pour format”, cela permet d’afficher la ressource dans n’importe quelle autre visionneuse compatible avec la technologie IIIF. Cela peut être très utile pour afficher deux documents en parallèle et pouvoir se livrer à une comparaison en utilisant par exemple la visionneuse Mirador. D’autres services sont également mis en place pour permettre l’appropriation de l’ouvrage par l’utilisateur·ice : une icône de téléchargement permet de stocker l’ouvrage pour une utilisation personnelle, tandis que des icônes de partages permettent de parler d’un document autour de soi, par mail ou en utilisant différents réseaux sociaux.

Un des objectifs phares de Fonte Gaia est de permettre la collaboration entre l’équipe et des chercheur·euses en études italiennes. C’est déjà le cas avec l’édition scientifique de Serena Crespi, réalisée au cours de son année de Master 2. Cette édition, réalisée en TEI, est rendue accessible à la lecture grâce au logiciel EVT1. L’édition est stockée sur la plateforme et rendue accessible depuis la page de l’ouvrage concerné grâce à un lien. C’est la première édition accessible depuis Fonte Gaia, elle nous a permis de travailler avec Serena pour tester cette méthode de mise en ligne.

Cette petite visite guidée de la plateforme permet d’avoir un aperçu de ce qui est en train d’être développé. Pour la suite, de nombreux projets sont en cours, que nous espérons voir aboutir au plus vite. Si la mise en ligne dans de bonnes conditions est notre priorité, nous sommes également en train de travailler sur la mise en place du bilinguisme dans la bibliothèque numérique. C’est un aspect particulièrement important dans le cadre d’une bibliothèque multi-partenariale franco-italienne.

18 juin : Présentation de la nouvelle version de Fonte Gaia – (IMAG Université Grenoble-Alpes)

Fonte Gaia fait peau neuve : nouvelle interface, nouveaux services!

Venez assister à une journée d’étude dédiée aux collaborations entre chercheurs et bibliothécaires.

Au programme : retours d’expérience, réflexions sur les enjeux techniques et scientifiques pour la recherche et les bibliothèques et, bien sûr, présentation de la nouvelle plateforme. 

Fruit d’une collaboration au sein du Consortium, cet événement est co-organisé par la mission Collex du Service Inter-établissement de Documentation de l’Université Grenoble-Alpes.

—————-

Le projet Fonte Gaia se décline en un blog et une bibliothèque numérique scientifique franco-italienne. Fonte Gaia a pour vocation de proposer aux italianistes de devenir autant lecteurs que producteurs et commentateurs de savoirs et d’éditions numériques. Ce projet porté par le Consortium international rassemblant des universités et bibliothèques françaises et italiennes (Grenoble, Paris 3, Bologne, Padoue, Rome) reçoit le soutien de Collex-Persée.

Monologo su un’edizione digitale. Dal manoscritto allo schermo, dallo schermo al pubblico.

Tra carta e codice
(Version française ci-après)

Se dietro al Progetto Fonte Gaia si cela una realtà vasta e articolata, comprensiva di persone che lavorano per strutturare una piattaforma facilmente accessibile nell’ideale della condivisione e della circolazione del sapere libero, davanti, “di fronte allo schermo”, gli attori siamo noi, studenti, ricercatori e professori. Per tale motivo, la proposta di studiare un’opera dell’archivio di italianistica della Bibliothèque Universitarie Droit-Lettres di Grenoble, più precisamente un manoscritto italiano del 1700 titolato Gesuiteide, è stata non solo un’occasione per partecipare a Fonte Gaia ma anche un’opportunità di condividere e offrire il mio piccolo bagaglio di conoscenze.

Tale collaborazione si è quindi, posta per me come quella sfida, per la quale tutti i filologi sono passati, di circoscrivere un’opera sconosciuta, di autore sconosciuto, per ricostruirne la storia e la tradizione in vista di un’edizione critica; in particolare, nel mio caso, di un’edizione digitale consultabile tramite piattaforma della biblioteca. La scelta di dare forma alle mie ricerche tramite un’edizione scientifica digitale, o secondo terminologia anglosassone scholarly digital edition¸ si è quindi posta nell’interesse di poter valorizzare l’opera studiata rendendola fruibile a un più vasto pubblico e potendone fornire, allo stesso tempo, un primo approccio critico. Quando parliamo di edizioni scientifiche digitali, come ricorda Patrick Salhe in What is a Scholarly Digital Edition?(2016), sottolineiamo infatti il ricorso a un particolare approccio scientifico e a una determinata metodologia per la creazione di un sistema di informazione.
In tal modo, diversamente dalle edizioni cartacee a cui siamo abituati,  il pubblico-lettore si trova a dover interagire con nuovi mezzi e metodi di consultazione della risorsa. La compenetrazione del mezzo digitale con l’editoria scientifica ha infatti imposto nuovi punti di vista e nuove problematiche che, seppur a differenti livelli, riguardano nello stesso modo l’oggetto di studio, il ruolo dello studioso-ricercatore e quello del pubblico-fruitore. Infatti, la digitalizzazione di un documento o l’allestimento ex novo di un’edizione digitale sono ben lontani dall’essere un mero atto di copia meccanica, così come la fruizione di un documento digitale non corrisponde precisamente allo sfogliare le pagine di un libro e non si riduce, semplicisticamente, ad un onomatopeico click.
Le nuove tecnologie informatiche ci costringono a rivedere l’idea di edizione, le tecniche di analisi testuale e la mise en place di quello che vogliamo rendere, o non rendere, fruibile in sede di pubblicazione; problematica che risulta tanto più importante in quanto il mezzo informatico, differentemente dal supporto cartaceo, si rivela pressoché illimitato. L’illimitatezza e la dinamicità del supporto digitale rendono infatti necessario, a loro volta, un ampio studio preparatorio dell’edizione per la quale risulta tanto più indispensabile la costituzione e la definizione di un modello di analisi. Se grazie al mezzo digitale, è ormai possibile ottenere una rappresentazione dinamica del testo definita, a livello di edizione, dalla possibilità di mostrare molteplici livelli testuali dell’opera, al contempo, questa dinamicità non sarebbe concepibile senza un’accurata modellizzazione e un attento esame di ciò che si vuole presentare al lettore.
Nel caso della Gesuiteide lo studio preparatorio ha quindi coinciso con la creazione del modello di codifica per il quale è stato necessario non solo svolgere un’accurata analisi dell’opera, della sua tradizione, della storia di circolazione e produzione, ma anche della struttura interna al testo e della sua resa a livello di rappresentazione XML-TEI. Il momento della modellizzazione, ovvero dell’esplicitazione di ciò che si vuole presentare, diviene così il fulcro attorno al quale ruota la conseguente riscrittura dell’opera, per la quale si parla appunto di codifica.
A tale livello di edizione il testo appare come una struttura ramificata, modulata su più livelli, secondo i diversi elementi di markup XML-TEI usati per la descrizione testuale e meta-testuale. Per tale motivo, un ulteriore aspetto fondamentale delle edizioni digitali coincide con il momento della pubblicazione. La codifica del testo secondo apposito linguaggio informatico dona, infatti, una versione di quest’ultimo effettivamente incomprensibile per il lettore non avvezzo a sigle e simboli XML-TEI.
In tal modo, per permettere una corretta leggibilità dell’edizione diviene necessario rivolgersi ad appositi programmi di interfaccia grafica, le cosiddette GUI (Graphic User Interface), che permettono quella che, in termini di edizioni cartacee, possiamo definire come la pubblicazione dell’edizione. In altre parole: se da un lato le analisi storiche, letterarie e filologiche sono necessarie per decidere il modello di codifica posto a base dell’edizione, dall’altro lato è quanto meno fondamentale interrogarsi sul mezzo di pubblicazione. A livello pratico, per quanto riguarda lo studio della Gesuiteide, tali presupposti sono stati concretamente realizzati grazie a un programma appositamente creato per permettere un approccio intuitivo e user friendly alle edizioni digitali. In tal caso, per rendere accessibile al pubblico l’edizione, si è dunque fatto ricorso al software EVT (Edition Visualization Technology), rispettivamente nelle versioni 1.2 e 2.0., scelto per facilità e intuitività nell’utilizzo.
La necessità di ricorrere a una GUI intuitiva e accessibile, sia da parte del ricercatore che del pubblico finale, trova infatti il suo interesse in quanto qualsiasi prodotto digitale, per quanto innovativo, se non facilmente fruibile diviene inutile. Questo presupposto impone, ancora una volta, nuove riflessioni sull’approccio alle risorse digitali. La stessa facilità che si può ritrovare nella divulgazione di un edizione digitale non coincide, infatti, forzatamente con la semplicità di accesso che può farne il pubblico.  Queste problematiche che permeano la pubblicazione delle edizioni scientifiche digitali costringono quindi lo studioso e il ricercatore a rivedere i metodi di approccio e pubblicazione dell’opera. Differentemente dal processo a stampa, dove ormai ci si trova in un campo pressoché standardizzato, con le edizioni digitali i metodi e le pratiche rimangono ancora quanto meno aperti e suscettibili di cambiamento.

Al contempo, nonostante siano ancora molti gli interrogativi legati alla pubblicazione, alla strutturazione, al pubblico e ai portali di diffusione delle edizioni scientifiche digitali, piattaforme come FonteGaia e molti altri progetti collaborativi fanno ben sperare in una sempre maggiore partecipazione di giovani studenti e ricercatori, e in un supporto e sostegno alla ricerca finalmente proattivo.
Giocando quindi con il titolo di questo articolo, rimane viva la fiducia che da un monologo possa scaturire un sempre maggiore dialogo e condivisione, poiché nel pubblico di oggi si cela certamente il ricercatore di domani.


Monologue sur une édition numérique.
Du manuscrit à l’écran, de l’écran au public.

Entre papier et code

Si derrière le Projet Fonte Gaia se cache une réalité vaste et articulée, comprenant des personnes qui travaillent pour structurer une plateforme facilement accessible dans un idéal de partage et de  circulation d’un savoir libre, ce sont bien les étudiants/es les chercheurs/euses et les professeur/es qui font vivre le projet. Pour cette raison, étudier un manuscrit des archives italiennes de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de Grenoble et plus précisément la Gesuiteide, une œuvre italienne du XVIIIé siècle, était non seulement l’occasion de participer à Fonte Gaia, mais aussi l’occasion de partager et d’offrir mes connaissances. Cette collaboration a donc été pour moi ce défi,  que toutes les philologues ont rencontré :  étudier une œuvre inconnue, d’un auteur inconnu, pour en reconstruire l’histoire et la tradition en vue d’une édition critique ; il s’agit dans mon cas d’une édition numérique disponible sur la plateforme de la bibliothèque.

Le choix de mettre en place une édition scientifique numérique, où selon la terminologie anglo-saxone une scholarly digital edition, a été fait dans le but de  valoriser l’œuvre étudiée en la rendant accessible à un plus large public et de pouvoir fournir en même temps une première approche critique. En effet, lorsque nous parlons d’éditions scientifiques numériques, comme le rappelle Patrick Salhe in What is a Scholarly Digital edition ?(2016), nous soulignons le recours à une approche scientifique particulière et à une méthodologie déterminée pour la création d’un système d’information.
Ainsi, contrairement aux éditions papier auxquelles nous sommes habitués, le public-lecteur doit ici interagir avec de nouvelles méthodes de consultation de la ressource. La fusion du média numérique avec l’édition scientifique a en effet imposé de nouveaux points de vue et de nouvelles problématiques qui, sur différents niveaux, concernent tout autant l’objet étudié et le rôle des chercheur/euses que celui du public-utilisateur. En effet, la numérisation d’un document ou la création ex nihilo d’une nouvelle édition numérique sont bien loin d’être un simple acte de copie mécanique, de même que l’utilisation d’un document numérique ne correspond pas précisément à feuilleter les pages d’un livre et ne se réduit pas, à un clic sur l’ordinateur.
Les nouvelles technologies informatiques nous obligent à revoir l’idée d’édition, les techniques d’analyse textuelle et la mise en place de ce que nous voulons rendre, ou pas, utilisable lors de la publication. Ce problème est d’autant plus important que le support informatique, contrairement au support papier, est presque illimité. Le caractère illimité et dynamique du support numérique rend en effet nécessaire, une vaste étude préparatoire de l’édition pour laquelle la constitution et la définition d’un modèle d’analyse deviennent indispensables. Grâce au support numérique, il est désormais possible d’obtenir une représentation dynamique du texte, définie au niveau de l’édition par la possibilité de montrer plusieurs niveaux textuels de l’ouvrage. Cette dynamique ne serait cependant pas concevable sans une modélisation minutieuse et un examen attentif de ce que l’on veut présenter au lecteur.
Dans le cas de la Gesuiteide, l’étude préparatoire a donc coïncidé avec la création du modèle d’encodage pour lequel il a fallu non seulement effectuer une analyse approfondie de l’œuvre, de sa tradition, de l’histoire de la circulation et de la production, mais aussi de la structure interne du texte et de son explicitation au niveau XML-TEI. Le moment de la modélisation, c’est-à-dire de l’explication de ce que l’on veut présenter, devient ainsi le pivot autour duquel tourne la réécriture de l’œuvre. On parle alors de l’encodage du document. À ce niveau d’édition, le texte apparaît comme une structure ramifiée sur plusieurs niveaux, utilisant les balises du langage de description XML-TEI utilisés pour la description textuelle et méta-textuelle.
Un autre aspect fondamental des éditions numériques consiste au passage de ce texte structuré à la publication en ligne. L’encodage du texte selon ce langage informatique donne, en effet, une version de celui-ci illisible pour un lecteur humain, qui est peu habitué aux balises XML-TEI. Pour permettre l’exploitation de l’édition, il est donc nécessaire de créer une interface graphique, ( ou GUI : Graphic User Interfaces), qui permette d’obtenir ce qui, en termes d’éditions papier, peut être défini comme la publication de l’édition. En d’autres termes, si les analyses historiques, littéraires et philologiques sont nécessaires pour décider le modèle de codification à base de l’édition, il est tout aussi essentiel de s’interroger sur le moyen de publication.
Sur le plan pratique, en ce qui concerne la Gesuiteide, le projet d’édition s’est concrétisé grâce à un programme conçu pour permettre une approche intuitive des éditions numériques. L’édition a été rendue accessible au public grâce au logiciel EVT (Edition Visualization Technology), dans les versions 1.2 et 2.0 respectivement pour l’édition diplomatique et pour l’édition critique. Il est apparu nécessaire de recourir à un GUI intuitif et accessible, tant pour le chercheur que pour  le public final.  En effet tout produit numérique, aussi innovant qu’il soit, devient inutile s’il n’est pas facilement utilisable par son public.
Cette condition impose, de nouvelles réflexions sur l’approche des ressources numériques. La facilité de diffusion d’une édition numérique ne coïncide  en effet, pas forcement avec la simplicité d’accès pour le public. Ces problématiques qui imprègnent les éditions scientifiques numériques obligent donc le chercheur à revoir les méthodes de publication de l’ouvrage. Contrairement au processus imprimé, où nous nous trouvons désormais dans un domaine presque standardisé, avec les éditions numériques, les méthodes et les pratiques restent encore ouvertes et susceptibles de changement.

En parallèle malgré les nombreuses questions en rapport à la publication, la structuration, le public et les portails de diffusion des éditions scientifiques numériques, des plateformes comme Fonte Gaia et de nombreux autres projets collaboratives se développent et poussent vers une participation toujours plus forte des jeunes étudiant/es et des chercheur/euses, et apportent un soutien proactif à la recherche.
En jouant donc avec le titre de cet article, restes vivant en moi la confiance que d’un monologue puisse jaillir un plus grand dialogue et partage, puisque dans le public d’aujourd’hui se cache certainement le chercheur ou la chercheuse de demain.

Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Depuis ses débuts, Fonte Gaia a suivi une démarche centrée utilisateur pour élaborer sa bibliothèque numérique. Une première étude utilisateur a ainsi été conduite en 2016/2017, avec pour objectifs principaux l’exploration et l’analyse des pratiques, des besoins et des attentes des utilisateurs de bibliothèques numériques, en accordant une attention particulière à la question de la participation. Cette étude avait pris la forme d’un questionnaire (Mai 2016), adressé aux utilisateurs de bibliothèques en général, et d’une série d’entretiens (Février-mars 2017), centrée sur nos potentiels utilisateurs. Les résultats de ces deux enquêtes ont été publiés sur le blog ici, mais également (où vous trouverez un rapport complet et détaillé des résultats).

Cette étude nous a servi de fil conducteur lors de l’élaboration de Fonte Gaia. Nous avons défini un ensemble de services, correspondant à la fois aux besoins exprimés par nos potentiels utilisateurs, aux objectifs du projet et à la nature des contenus de la bibliothèque (des manuscrits et des monographies en italien et en français). Ces services ont été maquettés à l’aide des logiciels Pencil et InDesign. Toutefois, avant de nous lancer dans le développement de notre bibliothèque sous Omeka S, nous avons réalisé plusieurs évaluations conceptuelles de nos services, en présentant nos maquettes aux experts du projet et à de potentiels utilisateurs.

Pour Fonte Gaia, nous avons en effet envisagé deux types d’évaluation de services avec les utilisateurs : des évaluations conceptuelles (validation scientifique et esthétique) et des évaluations techniques (validation fonctionnelle). Nous appuyons ici sur les principes du design participatif, encore peu répandue dans le monde des humanités numériques, dont l’objectif est de faire participer de potentiels utilisateurs au maquettage et à la définition des services, à travers des échanges et des discussions. Nous nous inscrivons ici dans la lignée de projets tels que Infinite Ulysses, Digipal ou plus récemment L’Empreinte, la bibliothèque numérique des bibliothèques de Valence, projets qui se sont construits de pair avec leurs utilisateurs.

Dans le cadre de ce billet, nous allons nous concentrer sur les évaluations conceptuelles que nous avons réalisées en octobre/novembre 2018 avec des utilisateurs potentiels de notre bibliothèque numérique franco-italienne.

Continuer la lecture de Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

La vertigine dell’archivio. Arte, collezionismo, poetiche

06GIU – 07GIU 2019 / Convegni – Aula Magna di Santa Cristina (P.tta Giorgio Morandi 2)

https://site.unibo.it/spazi-attori-collezionismo-connoisseurship/it/agenda/la-vertigine-dell-archivio-arte-collezionismo-poetiche

Il convegno internazionale intende proporre una riflessione sullo spazio fisico e mentale dell’archivio e sul suo impatto tanto in ambito collezionistico quanto in campo più propriamente tematico.

Fin dai tempi dell’Umanesimo, lo spazio fisico e mentale dell’archivio si è configurato anche come luogo di riflessione culturale funzionale allo sviluppo delle arti e alla gestione delle pratiche del collezionismo. Per il ruolo che occupano negli studi sulle arti all’interno della storia moderna e contemporanea gli archivi pubblici e privati, per esempio di lignaggi aristocratici e degli ordini religiosi o di istituzioni culturali, hanno sollecitato ricerche su molti e diversi casi specifici, ma anche sull’evoluzione dei metodi funzionali alla loro analisi. La ricerca internazionale, ormai interessata alla più diversa complessità delle fonti, ha così offerto alla dimensione archivistica un ruolo di primo piano rispetto agli studi attribuzionistici, ma anche a quelli di sociologia delle arti.

Nel suo funzionamento simbolico, collegato all’esercizio di una Memoria individuale o collettiva, la dimensione dell’archivio ha sollecitato anche molti artisti e scrittori inserendosi nelle poetiche creative della contemporaneità. Per l’eterogeneità dei materiali che lo compongono, fonti scritte ma anche grafiche o fotografiche ed ora digitali, l’archivio costituisce uno spazio interdisciplinare, inoltre il tema proposto è ampiamente diacronico e per il tessuto di relazioni che la natura stessa dell’archivio generalmente presuppone aperto alla dimensione della circolazione internazionale delle opere e delle idee.

***

Since the age of Humanism, the physical and mental space of the archive has represented a place for cultural reflection aimed to the evolution of the arts and to the management of collecting practices. Public and private archives (e.g. those owned by aristocratic lineages, religious orders or cultural institutions), also thanks to the unique role they play in the field of modern and contemporary arts, have pushed the research on several specific issues, and also on the evolution of the methodologies used by the historical analysis. The international research, currently focused on the diversity and complexity of the sources, has attributed a key role to the archival dimension compared to the attributional studies, as well to the sociology of arts.

In its symbolic goal, which is connected to the exercise of an individual and collective memory, historic archives have inspired several artists and writers, hence becoming a new form of creative poetic of the contemporary world. The archive itself, being composed of heterogeneous materials, i.e. written sources but also graphic or photographic and now digital artifacts, is a truly interdisciplinary space. Moreover the proposed theme is widely diachronic and constitutes a rich environment open to novel works and ideas, thanks to the web of relations which are the peculiarities of the archive, and their main value.

Contatti

Direzione scientifica

Sandra Costa, Gino Ruozzi

Comitato Scientifico

Sonia Cavicchioli, Claudio Marra, Anna Rosellini, Dominique Poulot

Referenti Unibo per il Consorzio italo-francese Fonte Gaia

Gino Ruozzi (FICLIT) Daniele Benati, Lucia Corrain, Sandra Costa (DAR)

Segreteria organizzativa

Lara De Lena, Irene Di Pietro, Michela Tessari

Fonte Gaia à Poitiers

16 janvier 2019

Le projet Fonte Gaia était présent lors de la journée “Omeka Zotero, des outils pour les humanités numériques” à l’espace Mendès France à Poitiers, le 16 janvier 2019.

Cette journée rassemblait des utilisateurs de ces outils libres, qu’ils soient chercheurs, ingénieurs ou bibliothécaires. Une occasion unique de faire le point sur les avancées de ces outils grâce à la présence de Sean Takats, directeur de recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, George Mason University, mais aussi de mettre en commun des expériences variées.

Le projet Fonte Gaia et son utilisation d’Omeka S s’est fait connaître à travers un poster exposé tout au long de la journée ainsi qu’une présentation. Bélinda Missiroli (Université Grenoble Alpes) et Laurent Nabias (Université Paris 3) ont parlé ensemble de la bibliothèque numérique de Paris 3 ainsi que de Fonte Gaia. Cette présentation à deux voix a permis de présenter tout l’aspect partenarial du projet en parlant en parallèle des deux bibliothèques et de la construction du lien entre les différents partenaires. Une bonne occasion de faire connaître Fonte Gaia Bib et Fonte Gaia Blog à une large communauté d’humanistes numériques et d’annoncer l’arrivée du Hackaton du 10 au 12 avril 2019 à Grenoble.

Cette journée, riche en échanges, a été l’occasion pour l’équipe de développement de Fonte Gaia d’aller à la rencontre de la communauté Omeka. Cet outil est utilisé pour des projets très variés. Nous avons ainsi pu découvrir Ontostat qui vise à mettre en ligne des ressources pour l’enseignement des statistiques et la Bivup, bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers pour ne citer que deux exemples. Chaque projet, à sa manière, contribue à l’exploration des Humanités Numériques.

La très grande diversité des projets a été l’occasion de situer Fonte Gaia au sein de la communauté, mais aussi de faire de nombreuses rencontres qui pourront amener par la suite des réflexions communes notamment en ce qui concerne les aspects techniques. Au-delà des spécificités propres à chaque projet, des problématiques communes sont apparues comme la question du multilinguisme des sites ou celle de la mise à disposition d’éditions scientifiques encodées au format TEI. Ces points, soulevés durant la présentation de Fonte Gaia ont soulevé des réactions et des interrogations de la part de la salle. Le blog pourrait aussi profiter de cette journée car la présence d’Huma-Num nous a permis de découvrir l’existence d’un module Isidore à inclure dans un blog Hypothèses, permettant d’ajouter des suggestions de lectures et des liens vers la plateforme Isidore, directement à partir de nos pages.

Le pari est gagné pour l’équipe Fonte Gaia qui a pu présenter son projet et faire avancer la réflexion sur l’avenir. De nombreuses questions restent ouvertes et Fonte Gaia a vocation à continuer à explorer dans le domaine des Humanités Numériques.