Dans les coulisses de Fonte Gaia #2 : Bibliothèques numériques et commentaires des textes, un projet innovant.

Elena Bilancia a participé à Fonte Gaia en tant que stagiaire d’avril à juin 2018. Pendant cette période, elle a mis ses compétences scientifiques et techniques au service du projet, voici son retour d’expérience :

Une bibliothèque numérique innovante

« Lors du dernier semestre de mon Master 2 dans le cadre du parcours international Padoue-Grenoble, j’ai eu l’occasion de collaborer en tant que stagiaire avec la bibliothèque numérique du projet Fonte Gaia. Une des ambitions du projet est de réaliser une bibliothèque « 2.0 », qui, à travers le développement d’une interface avancée, puisse donner aux utilisateurs une expérience interactive avec les œuvres disponibles. Le projet prévoit la création d’un espace virtuel pour permettre l’insertion de commentaires concernant les livres numérisés. Il s’agit d’un objectif très innovant car, bien que les bibliothèques numériques soient désormais plutôt courantes dans le panorama culturel, le potentiel des outils numériques est encore à découvrir et à développer dans son intégralité. Les défis que pose cette innovation sont cependant nombreux, autant pour ce qui concerne l’aspect théorique et scientifique que les aspects informatiques et techniques.

 Encodage d’un commentaire de source

Le but de mon stage a donc été de créer un modèle pour les commentaires et de le structurer avec des catégories qui pourraient inclure différents types de descriptions et en même temps être valables pour tous les ouvrages numérisés par la bibliothèque (manuscrits, imprimées, œuvres critiques etc.). Cette expérience a été pour moi l’occasion de mettre en pratique les compétences acquises pendant les cours d’humanités numériques suivis durant les deux ans du Master. Ces connaissances m’ont également permis de réaliser le commentaire en langage XML-TEI pour l’édition bilingue du Cortegiano de Baldassarre Castiglione, numérisée pour la collection « France-Italie » de la bibliothèque. La réalisation du commentaire a été précédée d’un travail de recherche visant à l’obtention des informations nécessaires à sa structuration. Une des choses que j’ai le plus appréciée durant cette expérience de stage a été la possibilité de pouvoir observer et même toucher une impression du XVIe siècle : cela a représenté pour moi une expérience unique et passionnante. L’œuvre en question, datant de 1585 et intitulée Le parfait courtisan du compte Baltazar Castillonnois, est la traduction la plus riche et la plus utilisée à la Renaissance du célèbre dialogue de Castiglione, elle a été rédigée par Gabriel Chappuys en 1580. J’ai donc cherché toutes les informations relatives à l’édition numérisée : la biographie et la bibliographie du traducteur, le profil de l’éditeur et l’histoire des autres éditions, la source de laquelle la traduction avait été tirée ainsi que les aspects codicologiques et para-textuelles de l’impression (privilèges, dédicaces, table de matières).

A l’issue de ce travail de recherche j’ai procédé à l’encodage de mon commentaire, lequel a été réalisé en utilisant les balises du TEI-Header. J’ai distingué les informations spécifiques à l’édition numérisée de celles portants sur l’œuvre en général, et j’ai en outre fourni une liste des autres éditions de la traduction de Chappuys, qui a été aussi récemment rééditée avec une version modernisée du texte (Lebovici, 1987) et j’ai inséré une bibliographie générale et essentielle. Là où cela était possible, j’ai renvoyé à la numérisation d’autres éditions de la traduction, afin de permettre éventuellement une rapide consultation. J’ai également ajouté une brève description de la réception du Cortegiano en France, de la première traduction datant de 1537, jusqu’à celle de Chappuys, ainsi qu’une note sur l’édition des textes avec leur traduction en regard, qui pour l’époque était considérablement innovante, notamment pour des textes en langue vernaculaire.

Une participation des usagers à la bibliothèque numérique

A partir de mon commentaire et des catégories utilisées pour le structurer, j’ai réfléchi à comment réaliser un modèle qui puisse convenir aux nécessités de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia et qui soit capable de s’adapter aux exigences d’une gamme de textes très différents entre eux. Je me suis tout d’abord interrogée sur les types de catégories qu’il fallait prévoir pour réaliser un modèle valable pour des œuvres aux caractéristiques variée, autant en ce qui concerne l’époque de production que d’autres aspects, comme le genre littéraire, le publique de destination, le langage utilisé ou les œuvres liées.

La section de la bibliothèque numérique dédiée aux commentaires ne sera pas destinée à être exploitée seulement par des experts ou des chercheurs. Un des objectifs du projet est de permettre également à des amateurs, ou à des professeurs du secondaire d’intervenir et de proposer leurs propres contributions. C’est pour cela que j’ai également prévu la possibilité de créer une catégorie pour des remarques d’ordre général et un espace pour proposer et réaliser des parcours de lecture intertextuelle, qui puissent renvoyer l’utilisateur à d’autres ouvrages, auteurs et périodes historiques associés. On peut affirmer en conclusion que le vrai enjeu du projet est représenté par la possibilité de permettre aux usagers de contribuer avec des types de commentaire même très différents, qui pourraient aller des analyses d’ordre linguistique, codicologique ou traductologique, jusqu’à des réflexions historiques ou herméneutiques et à des parcours interactifs, afin de valoriser et diffuser le patrimoine numérique de la bibliothèque du projet Fonte Gaia et avec l’espoir de créer un réseau d’utilisateurs diversifié mais actif et impliqué. »

Une formation DH dédiée aux doctorant.e.s

Les humanités numériques dans les projets doctoraux

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers, 9, 10 et 11 janvier 2019 

L’école d’hiver [EnExDi] propose aux doctorants de se former aux technologies des humanités numériques. 

Durant les trois jours de formation les participants auront un panorama de la bibliographie, des instruments et des pratiques ainsi que des conseils pour poursuivre leur formation scientifique. Les connaissances acquises durant la formation seront mobilisables ultérieurement et permettront aux jeunes chercheurs de continuer à approfondir ces nouvelles compétences.

Le principal objectif de la formation repose sur du conseil bottom up: le doctorant explique son projet et ce qu’il fait actuellement, les formateurs suggèrent et donnent des pistes sur la façon dont il pourrait faire numeriquement.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 novembre !

Pour plus d’info, visiter <https://enexdi.sciencesconf.org/>

Dans les coulisses de Fonte Gaia #1 : une nouvelle étape pour la bibliothèque numérique !

Elisa Nury a participé au développement de Fonte Gaia entre avril et septembre 2018. Découvrez celles et ceux qui oeuvrent au projet à travers cette nouvelle catégorie de billets « Dans les coulisses de Fonte Gaia » !

Portrait

Photo d'Elisa Nury

Après des études de Lettres à Lausanne, en latin et en informatique pour les sciences humaines, j’ai effectué une thèse de doctorat en Humanités Numériques à King’s College London. Sous la direction d’Elena Pierazzo, mon sujet de recherche portait sur les éditions critiques numériques et plus particulièrement sur les outils de collation automatisée qui permettent de comparer plusieurs versions d’un même texte.
En avril 2018, j’ai rejoint l’équipe de Fonte Gaia à l’université Grenoble-Alpes, en tant qu’ingénieure d’études. Pendant 5 mois j’ai participé aux activités liées à Fonte Gaia, comme apporter un soutien aux chercheurs qui préparent une édition numérique, ou bien enseigner durant l’école d’été EDEEN.
Cependant, ma mission principale a été le développement d’une nouvelle plateforme pour accueillir la bibliothèque numérique FGBib sur Omeka.


Plateforme Omeka


Il existe deux versions du logiciel : Omeka Classic et plus récemment Omeka Semantic. Fonte Gaia utilisait Omeka C jusqu’en avril 2018. Mais il y avait un obstacle majeur avec Omeka C : la gestion des manifestes IIIF (International Image Interoperability Framework) qui contiennent les informations relatives à chaque document : pagination, sens de lecture, etc.
IIIF était donc essentiel au travail sur Fonte Gaia, notamment pour moissonner les images numérisées de nos partenaires, pour l’annotation des contenus, la recherche plein texte et le traitement automatique de la langue. IIIF est également compatible avec la visionneuse Universal Viewer disponible sur Omeka. Afin de régler ce problème, nous avons décidé de passer à Omeka S.


Migration vers Omeka S


La migration vers Omeka S s’est faite en plusieurs étapes : tout d’abord, les contenus présents sur www.fontegaia.eu ont été rassemblés dans un fichier CSV grâce à l’outil omescrap.
Puis les métadonnées ont été vérifiées et nettoyées par les bibliothécaires de l’UGA. Finalement, les métadonnées ainsi que les images ont été réimportées dans la nouvelle interface.
Tout comme Omeka Classic, Omeka S est facilement personnalisable grâce à de nombreux modules. Voici un aperçu des nouveautés en préparation !


Nouveautés à venir sur FGBib

  1. Moissonnage
    Le moissonnage des bibliothèques de nos partenaires est un progrès important pour Fonte Gaia. Suites à des échanges étroits avec nos collègues de Paris Sorbonne-Nouvelle, nous avons pu importer leurs métadonnées avec le module OAI PMH Harvester.
    Le nombre de documents qui seront accessibles via FGBib a donc presque doublé, et nous espérons bientôt ajouter d’autres collections.
  2. Identifiants pérennes
    La migration d’une plateforme à l’autre a également soulevé la nécessité d’obtenir des identifiants uniques et pérennes. Nous allons nous tourner vers ARK, un système géré par la California Digital Library.
    Les identifiants ARK ont plusieurs avantages : non seulement ils sont gratuits, mais il existe également un module pour générer facilement ces identifiants pour tous les contenus d’Omeka.
  3. Moteur de recherche
    Afin d’améliorer les performances du moteur de recherche et la navigation dans les contenus, nous prévoyons d’installer les modules Solr et Search.
  4. Refonte du thème
    Finalement, l’aspect du site sera entièrement mis à jour, avec le développement d’un thème spécialement conçu pour Fonte Gaia. La figure ci-dessous donne un exemple de page de contenu.


Aperçu du nouveau thème Fonte Gaia.

Les développements continuent, à bientôt pour suivre les évolutions de Fonte Gaia !

Save the date ! Journée d’étude Omeka et Zotero

Le 16 janvier 2019, l’Espace Mendès-France, en partenariat avec l’Université de Poitiers, organise une journée d’études consacrée aux logiciels libres, et plus particulièrement à Omeka et Zotero. Cette journée, gratuite et ouverte à tous, constituera un temps de réflexions et de discussions sur les pratiques et les développements qu’ont suscité Omeka et Zotero, au cours de ces dernières années.

Continuer la lecture de Save the date ! Journée d’étude Omeka et Zotero

Formation TEI

Le CESR de Tours organise une formation:
Initiation à  l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux
(imprimés et manuscrits)

Lundi 22 janvier 2018
Lundi 29 janvier 2018
Lundi 5 février 2018

Stage ouvert et gratuit pour les étudiants
sur inscription préalable avant le 17 janvier 2018
auprès de sandrine.breuil [at] univ-tours.fr

Continuer la lecture de Formation TEI

Offre de stage

Description de sources anciennes numérisées et enrichissement de données structurées

CESR, Tours

Le programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » (BVH, resp. Chiara Lastraioli) du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR – UMR 7323, CNRS – Université François-Rabelais, Tours) propose un stage de 4 mois à temps plein, dont les missions visent à permettre l’exploitation et la diffusion de sources anciennes au travers des données numériques issues de deux projets complémentaires [1] : le projet Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et d’Antoine du Verdier [2], et le projet Bibliothèques humanistes ligériennes (BHLi) [3].

Ce stage est proposé grâce à la participation du programme BVH au projet régional ÉCRISA  [4] – L’ÉCRIt/ure, ses Supports, ses Archives, porté par la MSH Val de Loire.

Continuer la lecture de Offre de stage

Nouvelle base de données bio-bibliographique

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

Continuer la lecture de Nouvelle base de données bio-bibliographique

« Expérimenter les Humanités Numériques »: le manuel francophone des HN

Expérimenter les Humanités Numériques, des Outils individuels aux projets collectifs, paru tout récemment aux Presses Universitaires de Montréal (Sous la Direction d’Étienne Cavalier, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin), est né de la volonté d’offrir à la communauté des chercheurs, professionnels des bibliothèques, ingénieurs, une galerie d’exemples de projets mettant en œuvre les méthodes, les principes et l’éthique des Humanités Numériques. Notre contribution sur le projet Fonte Gaia a été sélectionnée pour faire partie des 12 projets emblématiques décrits dans chacun des chapitres. Notre choix était de mettre en lumière la coopération Recherche/Bibliothèque.

Expérimenter les Humanités Numériques, 2017

Continuer la lecture de « Expérimenter les Humanités Numériques »: le manuel francophone des HN

Offre de stage Archiviste/documentaliste

Archiviste/documentaliste en charge de l’inventaire d’un fonds cartographique avant numérisation

Contexte

Les laboratoires CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES) (équipe EMAM) et Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) possèdent des fonds de documents géographiques constitués de cartes, schémas directeurs et atlas. Grâce au projet de recherche ECRISA (http://ecrisa.msh-vdl.fr/), ces fonds pourront être valorisés et mis à disposition du public.

 Présentation – Missions

Le/a stagiaire perfectionnera l’inventaire existant, par le biais d’un récolement, en vue d’une numérisation. Ses missions seront les suivantes :

Priorité : Réaliser le récolement d’un fonds cartographique

Continuer la lecture de Offre de stage Archiviste/documentaliste

Il trattamento automatico delle lingue medievali

Interviste ai creatori del Medieval French Language Toolkit e di D(h)ante.

Dopo aver presentato nel post precedente uno strumento per il trattamento del francese antico (MFLT), continuiamo il nostro viaggio tra le risorse di NLP per le lingue medievali con D(h)ante, un progetto dedicato allo studio dell’italiano delle origini del gruppo Digital Humanities della Fondazione Bruno Kessler (FBK). Ce ne parla Angelo Basile, che ringraziamo, ex intern presso FBK e ora studente del corso di laurea europeo di Language & Communication Technologies.

Continuer la lecture de Il trattamento automatico delle lingue medievali

Guest blogger Marta Materni. DigiFlor : Digital Edition of the Roman de Florimont

Un progetto digitale Marie Curie a Grenoble.

Da maggio 2017 a maggio 2019, il dipartimento LUHCIE ospiterà un nuovo progetto “digitale” finanziato dalla Comunità Europea attraverso una Marie Curie Individual Fellowship, coordinato da Elena Pierazzo e da me realizzato, e i cui risultati si integreranno a loro volta nel progetto FonteGaia.
La mia formazione, di Storica del Medioevo e Filologa romanza, e l’oggetto di ricerca, un romanzo francese del XII sec. con una storia parzialmente italiana, saranno l’occasione per ampliare i confini tanto cronologici che linguistici del progetto FonteGaia.
Ma veniamo al cuore del progetto.

Continuer la lecture de Guest blogger Marta Materni. DigiFlor : Digital Edition of the Roman de Florimont

Guest Blogger Jean-Louis Bellini. OCR et édition ePub d’un livre du XVI° siècle

« Utilisation de Abbyy fineReader pour la Réalisation de l’édition critique ePub de ‘De la Lingua che si Parla et si Scrive in Firenze […]’, de Pierfrancesco Giambullari.

Dans la cadre de ma formation à l’université Grenoble Alpes, j’ai réalisé un stage et suivi un cours dans le domaine des Humanités Numériques. De par ma formation scientifique et ma carrière professionnelle, j’ai développé un goût pour l’informatique et j’ai pensé que dans le cadre de ce projet je pourrais mettre à profit mes intérêts littéraires et scientifiques.

La numérisation d’un traité sur la langue, également appelé par son auteur « grammaire » de l’Italien du XVIème siècle, ‘De la Lingua che si Parla et si Scrive in Firenze[…]’, de Pierfrancesco Giambullari posait des problèmes complexes relativement à son OCRisation et transformation en ePub.

Le fait d’avoir fait mes études antérieures en Italie m’a donné  une maitrise suffisante de la langue…

Les Logiciel Abbyy FineReader et Calibre

Le traitement du PDF a été réalisé par le logiciel de lecture automatique de texte Abbyy FineReader qui nous a fourni un fichier texte OCR (pour Optical Character Recognition).

Continuer la lecture de Guest Blogger Jean-Louis Bellini. OCR et édition ePub d’un livre du XVI° siècle

Le Traitement automatique des langues médiévales

Interview des créateurs de la Medieval French Language Toolkit et de D(h)ante.

TAL, NLP : à quoi ces acronymes font-ils référence ? Le premier signifie Traitement Automatique de la Langue, et le second est son équivalent en anglais, Natural Language Processing. Dans ce billet et le suivant, nous nous intéresserons au TAL/NLP pour les langues médiévales, en particulier le français et l’italien.

Continuer la lecture de Le Traitement automatique des langues médiévales

Tours-France 2017 : international conference « The dynamics of the relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement »

20-22 June

Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR)
59 Rue Néricault Destouches 37000 Tours

From a cultural standpoint, our attitude towards our predecessors reflects on how we define ourselves. This has probably never been more true than for the groups of intellectuals, artists, and cultural elites that at the cross-over of what we now see as two different historical periods started to think of their age as a new era, distinct from the younger past, grounding this distinction on their renewed relationship with the more remote era of the ancient cultures of Rome and Greece. We have inherited from them this way of thinking about our history, albeit with several modifications. Nowadays this image of an abrupt break with a past of gloom and stagnation is under strong suspicion, like a myth; and just as all myths do, it unfolded and metamorphosed over the centuries that separate us from those ancestors into whose thought can be traced back the roots of this idea of Renaissance as a time of innovation and revival of learning, wisdom and art after a long period of decline.

The aim of this cross-disciplinary international symposium, to be held as the culmination of a year-long LE STUDIUM project at the CESR entitled “Middle Ages in Renaissance”, is to explore the early-modern perceived reality of the continuities and the disruptions between the two ages, in connection with but nevertheless besides their objective actuality.

Continuer la lecture de Tours-France 2017 : international conference « The dynamics of the relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement »

Colloque international de clôture du projet EDITEF

Poco a poco. L’apport de l’édition italienne dans la culture francophone

Du 27 juin 2017 au 30 juin 2017 (CESR/Bibliothèque Mazarine)

LXe Colloque international d’études humanistes du CESR

Organisé par Chiara Lastraioli

Lors de cette rencontre l’attention sera portée sur les principaux acteurs qui ont permis l’essor d’une production intellectuelle et éditoriale dont la permanence au sein des milieux francophones s’est déployée sur la longue durée, caractérisant ainsi la culture d’accueil pendant l’Ancien Régime. De fait, l’« italianisme bibliophilique » a largement contribué à la postérité de la culture humaniste et renaissante jusqu’à la Révolution, permettant l’acclimatation, au nord des Alpes, de modèles littéraires, philosophiques, artistiques, scientifiques, mais également iconographiques et typographiques d’origine italienne.

 

Continuer la lecture de Colloque international de clôture du projet EDITEF