Archives de catégorie : digital humanities

Monologo su un’edizione digitale. Dal manoscritto allo schermo, dallo schermo al pubblico.

Tra carta e codice
(Version française ci-après)

Se dietro al Progetto Fonte Gaia si cela una realtà vasta e articolata, comprensiva di persone che lavorano per strutturare una piattaforma facilmente accessibile nell’ideale della condivisione e della circolazione del sapere libero, davanti, “di fronte allo schermo”, gli attori siamo noi, studenti, ricercatori e professori. Per tale motivo, la proposta di studiare un’opera dell’archivio di italianistica della Bibliothèque Universitarie Droit-Lettres di Grenoble, più precisamente un manoscritto italiano del 1700 titolato Gesuiteide, è stata non solo un’occasione per partecipare a Fonte Gaia ma anche un’opportunità di condividere e offrire il mio piccolo bagaglio di conoscenze.

Tale collaborazione si è quindi, posta per me come quella sfida, per la quale tutti i filologi sono passati, di circoscrivere un’opera sconosciuta, di autore sconosciuto, per ricostruirne la storia e la tradizione in vista di un’edizione critica; in particolare, nel mio caso, di un’edizione digitale consultabile tramite piattaforma della biblioteca. La scelta di dare forma alle mie ricerche tramite un’edizione scientifica digitale, o secondo terminologia anglosassone scholarly digital edition¸ si è quindi posta nell’interesse di poter valorizzare l’opera studiata rendendola fruibile a un più vasto pubblico e potendone fornire, allo stesso tempo, un primo approccio critico. Quando parliamo di edizioni scientifiche digitali, come ricorda Patrick Salhe in What is a Scholarly Digital Edition?(2016), sottolineiamo infatti il ricorso a un particolare approccio scientifico e a una determinata metodologia per la creazione di un sistema di informazione.
In tal modo, diversamente dalle edizioni cartacee a cui siamo abituati,  il pubblico-lettore si trova a dover interagire con nuovi mezzi e metodi di consultazione della risorsa. La compenetrazione del mezzo digitale con l’editoria scientifica ha infatti imposto nuovi punti di vista e nuove problematiche che, seppur a differenti livelli, riguardano nello stesso modo l’oggetto di studio, il ruolo dello studioso-ricercatore e quello del pubblico-fruitore. Infatti, la digitalizzazione di un documento o l’allestimento ex novo di un’edizione digitale sono ben lontani dall’essere un mero atto di copia meccanica, così come la fruizione di un documento digitale non corrisponde precisamente allo sfogliare le pagine di un libro e non si riduce, semplicisticamente, ad un onomatopeico click.
Le nuove tecnologie informatiche ci costringono a rivedere l’idea di edizione, le tecniche di analisi testuale e la mise en place di quello che vogliamo rendere, o non rendere, fruibile in sede di pubblicazione; problematica che risulta tanto più importante in quanto il mezzo informatico, differentemente dal supporto cartaceo, si rivela pressoché illimitato. L’illimitatezza e la dinamicità del supporto digitale rendono infatti necessario, a loro volta, un ampio studio preparatorio dell’edizione per la quale risulta tanto più indispensabile la costituzione e la definizione di un modello di analisi. Se grazie al mezzo digitale, è ormai possibile ottenere una rappresentazione dinamica del testo definita, a livello di edizione, dalla possibilità di mostrare molteplici livelli testuali dell’opera, al contempo, questa dinamicità non sarebbe concepibile senza un’accurata modellizzazione e un attento esame di ciò che si vuole presentare al lettore.
Nel caso della Gesuiteide lo studio preparatorio ha quindi coinciso con la creazione del modello di codifica per il quale è stato necessario non solo svolgere un’accurata analisi dell’opera, della sua tradizione, della storia di circolazione e produzione, ma anche della struttura interna al testo e della sua resa a livello di rappresentazione XML-TEI. Il momento della modellizzazione, ovvero dell’esplicitazione di ciò che si vuole presentare, diviene così il fulcro attorno al quale ruota la conseguente riscrittura dell’opera, per la quale si parla appunto di codifica.
A tale livello di edizione il testo appare come una struttura ramificata, modulata su più livelli, secondo i diversi elementi di markup XML-TEI usati per la descrizione testuale e meta-testuale. Per tale motivo, un ulteriore aspetto fondamentale delle edizioni digitali coincide con il momento della pubblicazione. La codifica del testo secondo apposito linguaggio informatico dona, infatti, una versione di quest’ultimo effettivamente incomprensibile per il lettore non avvezzo a sigle e simboli XML-TEI.
In tal modo, per permettere una corretta leggibilità dell’edizione diviene necessario rivolgersi ad appositi programmi di interfaccia grafica, le cosiddette GUI (Graphic User Interface), che permettono quella che, in termini di edizioni cartacee, possiamo definire come la pubblicazione dell’edizione. In altre parole: se da un lato le analisi storiche, letterarie e filologiche sono necessarie per decidere il modello di codifica posto a base dell’edizione, dall’altro lato è quanto meno fondamentale interrogarsi sul mezzo di pubblicazione. A livello pratico, per quanto riguarda lo studio della Gesuiteide, tali presupposti sono stati concretamente realizzati grazie a un programma appositamente creato per permettere un approccio intuitivo e user friendly alle edizioni digitali. In tal caso, per rendere accessibile al pubblico l’edizione, si è dunque fatto ricorso al software EVT (Edition Visualization Technology), rispettivamente nelle versioni 1.2 e 2.0., scelto per facilità e intuitività nell’utilizzo.
La necessità di ricorrere a una GUI intuitiva e accessibile, sia da parte del ricercatore che del pubblico finale, trova infatti il suo interesse in quanto qualsiasi prodotto digitale, per quanto innovativo, se non facilmente fruibile diviene inutile. Questo presupposto impone, ancora una volta, nuove riflessioni sull’approccio alle risorse digitali. La stessa facilità che si può ritrovare nella divulgazione di un edizione digitale non coincide, infatti, forzatamente con la semplicità di accesso che può farne il pubblico.  Queste problematiche che permeano la pubblicazione delle edizioni scientifiche digitali costringono quindi lo studioso e il ricercatore a rivedere i metodi di approccio e pubblicazione dell’opera. Differentemente dal processo a stampa, dove ormai ci si trova in un campo pressoché standardizzato, con le edizioni digitali i metodi e le pratiche rimangono ancora quanto meno aperti e suscettibili di cambiamento.

Al contempo, nonostante siano ancora molti gli interrogativi legati alla pubblicazione, alla strutturazione, al pubblico e ai portali di diffusione delle edizioni scientifiche digitali, piattaforme come FonteGaia e molti altri progetti collaborativi fanno ben sperare in una sempre maggiore partecipazione di giovani studenti e ricercatori, e in un supporto e sostegno alla ricerca finalmente proattivo.
Giocando quindi con il titolo di questo articolo, rimane viva la fiducia che da un monologo possa scaturire un sempre maggiore dialogo e condivisione, poiché nel pubblico di oggi si cela certamente il ricercatore di domani.


Monologue sur une édition numérique.
Du manuscrit à l’écran, de l’écran au public.

Entre papier et code

Si derrière le Projet Fonte Gaia se cache une réalité vaste et articulée, comprenant des personnes qui travaillent pour structurer une plateforme facilement accessible dans un idéal de partage et de  circulation d’un savoir libre, ce sont bien les étudiants/es les chercheurs/euses et les professeur/es qui font vivre le projet. Pour cette raison, étudier un manuscrit des archives italiennes de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de Grenoble et plus précisément la Gesuiteide, une œuvre italienne du XVIIIé siècle, était non seulement l’occasion de participer à Fonte Gaia, mais aussi l’occasion de partager et d’offrir mes connaissances. Cette collaboration a donc été pour moi ce défi,  que toutes les philologues ont rencontré :  étudier une œuvre inconnue, d’un auteur inconnu, pour en reconstruire l’histoire et la tradition en vue d’une édition critique ; il s’agit dans mon cas d’une édition numérique disponible sur la plateforme de la bibliothèque.

Le choix de mettre en place une édition scientifique numérique, où selon la terminologie anglo-saxone une scholarly digital edition, a été fait dans le but de  valoriser l’œuvre étudiée en la rendant accessible à un plus large public et de pouvoir fournir en même temps une première approche critique. En effet, lorsque nous parlons d’éditions scientifiques numériques, comme le rappelle Patrick Salhe in What is a Scholarly Digital edition ?(2016), nous soulignons le recours à une approche scientifique particulière et à une méthodologie déterminée pour la création d’un système d’information.
Ainsi, contrairement aux éditions papier auxquelles nous sommes habitués, le public-lecteur doit ici interagir avec de nouvelles méthodes de consultation de la ressource. La fusion du média numérique avec l’édition scientifique a en effet imposé de nouveaux points de vue et de nouvelles problématiques qui, sur différents niveaux, concernent tout autant l’objet étudié et le rôle des chercheur/euses que celui du public-utilisateur. En effet, la numérisation d’un document ou la création ex nihilo d’une nouvelle édition numérique sont bien loin d’être un simple acte de copie mécanique, de même que l’utilisation d’un document numérique ne correspond pas précisément à feuilleter les pages d’un livre et ne se réduit pas, à un clic sur l’ordinateur.
Les nouvelles technologies informatiques nous obligent à revoir l’idée d’édition, les techniques d’analyse textuelle et la mise en place de ce que nous voulons rendre, ou pas, utilisable lors de la publication. Ce problème est d’autant plus important que le support informatique, contrairement au support papier, est presque illimité. Le caractère illimité et dynamique du support numérique rend en effet nécessaire, une vaste étude préparatoire de l’édition pour laquelle la constitution et la définition d’un modèle d’analyse deviennent indispensables. Grâce au support numérique, il est désormais possible d’obtenir une représentation dynamique du texte, définie au niveau de l’édition par la possibilité de montrer plusieurs niveaux textuels de l’ouvrage. Cette dynamique ne serait cependant pas concevable sans une modélisation minutieuse et un examen attentif de ce que l’on veut présenter au lecteur.
Dans le cas de la Gesuiteide, l’étude préparatoire a donc coïncidé avec la création du modèle d’encodage pour lequel il a fallu non seulement effectuer une analyse approfondie de l’œuvre, de sa tradition, de l’histoire de la circulation et de la production, mais aussi de la structure interne du texte et de son explicitation au niveau XML-TEI. Le moment de la modélisation, c’est-à-dire de l’explication de ce que l’on veut présenter, devient ainsi le pivot autour duquel tourne la réécriture de l’œuvre. On parle alors de l’encodage du document. À ce niveau d’édition, le texte apparaît comme une structure ramifiée sur plusieurs niveaux, utilisant les balises du langage de description XML-TEI utilisés pour la description textuelle et méta-textuelle.
Un autre aspect fondamental des éditions numériques consiste au passage de ce texte structuré à la publication en ligne. L’encodage du texte selon ce langage informatique donne, en effet, une version de celui-ci illisible pour un lecteur humain, qui est peu habitué aux balises XML-TEI. Pour permettre l’exploitation de l’édition, il est donc nécessaire de créer une interface graphique, ( ou GUI : Graphic User Interfaces), qui permette d’obtenir ce qui, en termes d’éditions papier, peut être défini comme la publication de l’édition. En d’autres termes, si les analyses historiques, littéraires et philologiques sont nécessaires pour décider le modèle de codification à base de l’édition, il est tout aussi essentiel de s’interroger sur le moyen de publication.
Sur le plan pratique, en ce qui concerne la Gesuiteide, le projet d’édition s’est concrétisé grâce à un programme conçu pour permettre une approche intuitive des éditions numériques. L’édition a été rendue accessible au public grâce au logiciel EVT (Edition Visualization Technology), dans les versions 1.2 et 2.0 respectivement pour l’édition diplomatique et pour l’édition critique. Il est apparu nécessaire de recourir à un GUI intuitif et accessible, tant pour le chercheur que pour  le public final.  En effet tout produit numérique, aussi innovant qu’il soit, devient inutile s’il n’est pas facilement utilisable par son public.
Cette condition impose, de nouvelles réflexions sur l’approche des ressources numériques. La facilité de diffusion d’une édition numérique ne coïncide  en effet, pas forcement avec la simplicité d’accès pour le public. Ces problématiques qui imprègnent les éditions scientifiques numériques obligent donc le chercheur à revoir les méthodes de publication de l’ouvrage. Contrairement au processus imprimé, où nous nous trouvons désormais dans un domaine presque standardisé, avec les éditions numériques, les méthodes et les pratiques restent encore ouvertes et susceptibles de changement.

En parallèle malgré les nombreuses questions en rapport à la publication, la structuration, le public et les portails de diffusion des éditions scientifiques numériques, des plateformes comme Fonte Gaia et de nombreux autres projets collaboratives se développent et poussent vers une participation toujours plus forte des jeunes étudiant/es et des chercheur/euses, et apportent un soutien proactif à la recherche.
En jouant donc avec le titre de cet article, restes vivant en moi la confiance que d’un monologue puisse jaillir un plus grand dialogue et partage, puisque dans le public d’aujourd’hui se cache certainement le chercheur ou la chercheuse de demain.

Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Depuis ses débuts, Fonte Gaia a suivi une démarche centrée utilisateur pour élaborer sa bibliothèque numérique. Une première étude utilisateur a ainsi été conduite en 2016/2017, avec pour objectifs principaux l’exploration et l’analyse des pratiques, des besoins et des attentes des utilisateurs de bibliothèques numériques, en accordant une attention particulière à la question de la participation. Cette étude avait pris la forme d’un questionnaire (Mai 2016), adressé aux utilisateurs de bibliothèques en général, et d’une série d’entretiens (Février-mars 2017), centrée sur nos potentiels utilisateurs. Les résultats de ces deux enquêtes ont été publiés sur le blog ici, mais également (où vous trouverez un rapport complet et détaillé des résultats).

Cette étude nous a servi de fil conducteur lors de l’élaboration de Fonte Gaia. Nous avons défini un ensemble de services, correspondant à la fois aux besoins exprimés par nos potentiels utilisateurs, aux objectifs du projet et à la nature des contenus de la bibliothèque (des manuscrits et des monographies en italien et en français). Ces services ont été maquettés à l’aide des logiciels Pencil et InDesign. Toutefois, avant de nous lancer dans le développement de notre bibliothèque sous Omeka S, nous avons réalisé plusieurs évaluations conceptuelles de nos services, en présentant nos maquettes aux experts du projet et à de potentiels utilisateurs.

Pour Fonte Gaia, nous avons en effet envisagé deux types d’évaluation de services avec les utilisateurs : des évaluations conceptuelles (validation scientifique et esthétique) et des évaluations techniques (validation fonctionnelle). Nous appuyons ici sur les principes du design participatif, encore peu répandue dans le monde des humanités numériques, dont l’objectif est de faire participer de potentiels utilisateurs au maquettage et à la définition des services, à travers des échanges et des discussions. Nous nous inscrivons ici dans la lignée de projets tels que Infinite Ulysses, Digipal ou plus récemment L’Empreinte, la bibliothèque numérique des bibliothèques de Valence, projets qui se sont construits de pair avec leurs utilisateurs.

Dans le cadre de ce billet, nous allons nous concentrer sur les évaluations conceptuelles que nous avons réalisées en octobre/novembre 2018 avec des utilisateurs potentiels de notre bibliothèque numérique franco-italienne.

Continuer la lecture de Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Nouvelle base de données bio-bibliographique

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

Continuer la lecture de Nouvelle base de données bio-bibliographique

Perceptions des bibliothèques numériques et de leurs usages par les utilisateurs: Les entretiens Fonte Gaia

Au cours de l’année 2017, les études utilisateurs Fonte Gaia se sont poursuivies avec l’organisation d’une série d’entretiens avec un panel d’utilisateurs composé de deux doctorants, deux chercheurs, deux étudiants et deux conservateurs de bibliothèque. Ces entretiens s’inscrivent dans la lignée des résultats du questionnaire Fonte Gaia (Mai 2016). Ce dernier avait en effet soulevé un certain nombre d’interrogations concernant les pratiques des utilisateurs, notamment à propos de leurs méthodes de recherches ou encore de l’usage des ressources numériques téléchargées, mais aussi concernant leur perception des bibliothèques numériques. De plus, dans la mesure où Fonte Gaia Bib souhaite proposer des services participatifs, c’est-à-dire des services qui encouragent les utilisateurs à collaborer avec la bibliothèque numérique et les autres utilisateurs, il nous a également paru essentiel d’y consacrer une partie des entretiens, afin d’identifier la manière dont les utilisateurs aimeraient collaborer, mais aussi avec qui.

Les entretiens n’ont pas tous été organisés de la même façon en fonction des utilisateurs auxquels ils s’adressaient. En effet, la grille d’entretiens destinée aux chercheurs et aux doctorants se concentrait sur l’intervention des bibliothèques numériques dans leurs pratiques de recherche ; celle des étudiants, sur l’impact de ce type de ressources numériques sur leurs études ; celle des bibliothécaires, sur l’influence des bibliothèques numériques dans leurs relations avec les usagers. L’objectif de cette distinction était d’identifier des spécificités propres à chacune des communautés, afin de leur proposer des services adéquats.

Le rapport complet des résultats du questionnaire et des entretiens se trouve iciRapport-FonteGaia. Continuer la lecture de Perceptions des bibliothèques numériques et de leurs usages par les utilisateurs: Les entretiens Fonte Gaia

“Expérimenter les Humanités Numériques”: le manuel francophone des HN

Expérimenter les Humanités Numériques, des Outils individuels aux projets collectifs, paru tout récemment aux Presses Universitaires de Montréal (Sous la Direction d’Étienne Cavalier, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin), est né de la volonté d’offrir à la communauté des chercheurs, professionnels des bibliothèques, ingénieurs, une galerie d’exemples de projets mettant en œuvre les méthodes, les principes et l’éthique des Humanités Numériques. Notre contribution sur le projet Fonte Gaia a été sélectionnée pour faire partie des 12 projets emblématiques décrits dans chacun des chapitres. Notre choix était de mettre en lumière la coopération Recherche/Bibliothèque.

Expérimenter les Humanités Numériques, 2017

Continuer la lecture de “Expérimenter les Humanités Numériques”: le manuel francophone des HN

Guest blogger Marta Materni. DigiFlor : Digital Edition of the Roman de Florimont

Un progetto digitale Marie Curie a Grenoble.

Da maggio 2017 a maggio 2019, il dipartimento LUHCIE ospiterà un nuovo progetto “digitale” finanziato dalla Comunità Europea attraverso una Marie Curie Individual Fellowship, coordinato da Elena Pierazzo e da me realizzato, e i cui risultati si integreranno a loro volta nel progetto FonteGaia.
La mia formazione, di Storica del Medioevo e Filologa romanza, e l’oggetto di ricerca, un romanzo francese del XII sec. con una storia parzialmente italiana, saranno l’occasione per ampliare i confini tanto cronologici che linguistici del progetto FonteGaia.
Ma veniamo al cuore del progetto.

Continuer la lecture de Guest blogger Marta Materni. DigiFlor : Digital Edition of the Roman de Florimont

Le Traitement automatique des langues médiévales

Interview des créateurs de la Medieval French Language Toolkit et de D(h)ante.

TAL, NLP : à quoi ces acronymes font-ils référence ? Le premier signifie Traitement Automatique de la Langue, et le second est son équivalent en anglais, Natural Language Processing. Dans ce billet et le suivant, nous nous intéresserons au TAL/NLP pour les langues médiévales, en particulier le français et l’italien.

Continuer la lecture de Le Traitement automatique des langues médiévales

Tours-France 2017 : international conference “The dynamics of the relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement”

20-22 June

Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR)
59 Rue Néricault Destouches 37000 Tours

From a cultural standpoint, our attitude towards our predecessors reflects on how we define ourselves. This has probably never been more true than for the groups of intellectuals, artists, and cultural elites that at the cross-over of what we now see as two different historical periods started to think of their age as a new era, distinct from the younger past, grounding this distinction on their renewed relationship with the more remote era of the ancient cultures of Rome and Greece. We have inherited from them this way of thinking about our history, albeit with several modifications. Nowadays this image of an abrupt break with a past of gloom and stagnation is under strong suspicion, like a myth; and just as all myths do, it unfolded and metamorphosed over the centuries that separate us from those ancestors into whose thought can be traced back the roots of this idea of Renaissance as a time of innovation and revival of learning, wisdom and art after a long period of decline.

The aim of this cross-disciplinary international symposium, to be held as the culmination of a year-long LE STUDIUM project at the CESR entitled “Middle Ages in Renaissance”, is to explore the early-modern perceived reality of the continuities and the disruptions between the two ages, in connection with but nevertheless besides their objective actuality.

Continuer la lecture de Tours-France 2017 : international conference “The dynamics of the relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement”

Manoscritti in cerca di catalogo 2: metodi

Il progetto, intitolato « META FGBib Manuscrits Italiens de Grenoble », ha come scopo principale la realizzazione di un catalogo redatto in XML-TEI. L’iniziativa, ideata dai responsabili del progetto Fonte Gaia, risponde al bisogno di valorizzazione delle opere italiane manoscritte conservate a Grenoble.

Tutti i dettagli in questo primo “billet”: Manoscritti in cerca di catalogo

Il catalogo in XML-TEI: metodi e strumenti.

Per intraprendere il lavoro di catalogazione dei manoscritti di entrambe le biblioteche si è dapprima scelto il modello descrittivo a cui attenersi.

Continuer la lecture de Manoscritti in cerca di catalogo 2: metodi

Angers -France- 2017: Colloque international “Crowdsourcing” /International Conference: “Crowdsourcing”. Appel à contribution /Call for proposal

English text below

Le crowdsourcing pour partager, enrichir et publier des sources patrimoniales

Colloque organisé par le CIRPaLL, le CERHIO (université d’Angers) et l’UMR Litt&Arts (Université Grenoble-Alpes)

Organisateurs : Cécile Meynard, Florence Alibert, Valérie Neveu, Elisabeth Greslou, Thomas Lebarbé

18-20 octobre 2017

Université d’Angers

Lieu : Maison de la Recherche Germaine Tillion (Angers)

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante : cecile.meynard [at] gmail.com avant le 31 mars 2017.

Langues du colloque: Français, Anglais

Calendrier:

  • 31 mars 2017: limite de dépôt des propositions de communication
  • 30 avril 2017: notification aux auteurs
  • 18-20 octobre 2017: Colloque international

LIRE LE TEXTE PROGRAMMATIQUE ET L’APPEL


Crowdsourcing as a means to share, enrich and public heritage sources

Conference organised by CIRPaL, CERHIO (Angers University) and Litt&Arts (Grenoble Alpes University)

Organizers: Cécile Meynard, Florence Alibert, Valérie Neveu, Elisabeth Greslou, Thomas Lebarbé

October 18-20, 2017

Angers University

Location : Maison de la Recherche Germaine Tillion (Angers)

Communication proposals, of about 15 lines, with author’s curriculum vitae (1 page), are to be addressed to the organisers to the following email cecile.meynard [at] gmail.com, before March 31st 2017.

Conference languages: French, English

Calendar:

  • March 31st 2017: communication proposals deadline
  • April 30th 2017: notification to authors
  • October 18th, 19th, 20th 2017: International Conference

READ ENGLISH TEXT OF CALL

À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : Les résultats du questionnaire Fonte Gaia

En mai 2016, le projet Fonte Gaia a lancé la première étape de ses études utilisateurs à travers la diffusion d’un questionnaire en ligne, en vue du développement de l’interface de sa bibliothèque numérique, Fonte Gaia Bib (FGBib). Cette entreprise était animée par trois objectifs principaux :

  • Un objectif général d’identification du ou des publics de bibliothèques numériques, lesquels publics sont encore peu connus ;
  • Un objectif spécifique d’identification de la communauté Fonte Gaia, qui a la particularité d’être préexistante à la bibliothèque numérique à travers le blog du projet ;
  • Un objectif spécialisé, centré autour de la notion de services afin de cibler ceux souhaités par les utilisateurs, mais également de mesurer le degré d’implication de ces derniers avec les contenus.

Ces objectifs ont induit l’organisation même du questionnaire (35 questions, réparties en cinq catégories) et sa diffusion. Le projet a en effet pris le parti de publier le questionnaire sur le blog et sur les réseaux sociaux du projet afin de cibler la communauté Fonte Gaia, mais également sur des listes de diffusion et des réseaux professionnels pour élargir le nombre de répondants potentiels. Cette méthode, qui peut être qualifiée de « pêche aux utilisateurs », a permis de recueillir 67 réponses, dont je vous propose de découvrir les principales lignes de force ci-dessous.  Continuer la lecture de À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : Les résultats du questionnaire Fonte Gaia

La Commedia di Boccaccio: interrogare la varia lectio

Post di Sonia Tempestini (guest blogger) e Elena Spadini (blogger)

Sonia Tempestini si è laureata presso la facoltà di Scienze Umanistiche dell’Università Sapienza di Roma in Filologia e letterature romanze. Attualmente è assistente dottoranda presso l’Istituto di studi italiani dell’Università della Svizzera italiana di Lugano con una tesi sulle tre copie autografe di Giovanni Boccaccio della Commedia dantesca.


La Commedia di Boccaccio è un progetto in corso volto a indagare la varia lectio all’interno di un corpus preciso, costituito dai dati emersi dalla collazione integrale dei tre manoscritti autografi di Giovanni Boccaccio che riportano il testo della Commedia dantesca (codici Toledano 104 6, Riccardiano 1035, Chigiano L VI 213). I tre manoscritti, risalenti secondo le ultime datazioni, con cui si concorda, rispettivamente agli inizi degli anni 50, al 1355 e al 1360 circa, hanno un’importanza capitale all’interno della tradizione della Commedia e rappresentano, secondo Giorgio Petrocchi, il punto di frattura tra l’antica e la nuova vulgata. Continuer la lecture de La Commedia di Boccaccio: interrogare la varia lectio

Gli ebooks di Fonte Gaia

Parliamo oggi degli ebooks di Fonte Gaia, di cui mi sono in parte occupata durante il tirocinio svolto all’interno del progetto lo scorso anno. La pubblicazione degli ebooks costituisce uno degli obiettivi fondamentali del progetto stesso: rendere disponibili e scaricabili gratuitamente dal portale della biblioteca digitale di Fonte Gaia testi
di particolare interesse per la cultura italiana nelle sue diverse forme. Fonte Gaia mira a rendere accessibile questo patrimonio agli utenti, dando loro la possibilità di leggere e studiare liberamente i testi e, in prospettiva, invitandoli direttamente a fornire il loro contributo (in primo luogo, attraverso l’arricchimento delle informazioni sulle opere stesse: dalle referenze bibliografiche alle notizie sul contesto della loro creazione e pubblicazione, ecc.).

Ebook Decameron
“Il Decameron” di Boccaccio, disponibile sulla piattaforma FGBib.

 

Sono in linea al momento, sulla versione beta della FGbib (http://babel.upmf-grenoble.fr/omeka_fontegaia_ME/), 39 testi di poesia, teatro, prosa e critica: dalle traduzioni in francese dell’Orlando furioso ai testi poetici e teatrali di D’Annunzio, dal Decameron di Boccaccio ai contributi bibliografici sull’opera dantesca. La maggior parte di queste edizioni, conservate presso la Bibliothèque de droit-lettres dell’Université Grenoble Alpes, risale all’Ottocento e al primo Novecento, con incursioni fino al XVI secolo.

Continuer la lecture de Gli ebooks di Fonte Gaia

Il manoscritto delle lettere di Giacomo Passano: verso un’edizione digitale

In questo post vorrei presentarvi le prime fasi del progetto di edizione digitale del manoscritto Lettere del 1743 fin’al 1750 di Giacomo Passano, conservato presso la Bibliothèque universitaire de Droit-lettres dell’Université Grenoble Alpes: l’analisi codicologica, strutturale e contenutistica del manoscritto, così come la trascrizione e la codifica in XML TEI delle prime 25 carte (corrispondenti alle lettere degli anni 1743 e 1744), hanno costituito l’oggetto del lavoro di tirocinio che ho svolto all’interno di Fonte Gaia tra novembre e marzo.

Un manoscritto sconosciuto, come del resto quasi sconosciuto è il suo autore…

Continuer la lecture de Il manoscritto delle lettere di Giacomo Passano: verso un’edizione digitale

Omeka et Scholarly Editions

Omeka est un gestionnaire de contenus (Content Management System ou CMS) open source développé depuis 2008 par le Roy Rozensweig Centre for History and New Media de la George Mason University (Virginie, USA), à destination des institutions culturelles et patrimoniales (bibliothèques, archives, musées, laboratoires de recherche…), qui souhaitent exposer leurs données sur le Web. Fort d’une communauté d’utilisateurs très active, Omeka est aujourd’hui devenu un outil incontournable dans le paysage numérique international.

En France, l’explosion du nombre de projets basés sur Omeka a fait de la constitution d’une communauté d’intérêts et d’entraide autour de ce CMS une nécessité. Cela se traduit par la prise en main de l’outil par la TGIR Huma-Num, qui aide les institutions culturelles dans leur passage au numérique, par la création d’une liste de diffusion et par l’organisation de journées d’étude telle que celle du 13 juin 2016, à Paris.  Continuer la lecture de Omeka et Scholarly Editions