Archives par mot-clé : outils

Manoscritti in cerca di catalogo 2: metodi

Il progetto, intitolato « META FGBib Manuscrits Italiens de Grenoble », ha come scopo principale la realizzazione di un catalogo redatto in XML-TEI. L’iniziativa, ideata dai responsabili del progetto Fonte Gaia, risponde al bisogno di valorizzazione delle opere italiane manoscritte conservate a Grenoble.

Tutti i dettagli in questo primo « billet »: Manoscritti in cerca di catalogo

Il catalogo in XML-TEI: metodi e strumenti.

Per intraprendere il lavoro di catalogazione dei manoscritti di entrambe le biblioteche si è dapprima scelto il modello descrittivo a cui attenersi.

Continuer la lecture de Manoscritti in cerca di catalogo 2: metodi

La Commedia di Boccaccio: interrogare la varia lectio

Post di Sonia Tempestini (guest blogger) e Elena Spadini (blogger)

Sonia Tempestini si è laureata presso la facoltà di Scienze Umanistiche dell’Università Sapienza di Roma in Filologia e letterature romanze. Attualmente è assistente dottoranda presso l’Istituto di studi italiani dell’Università della Svizzera italiana di Lugano con una tesi sulle tre copie autografe di Giovanni Boccaccio della Commedia dantesca.


La Commedia di Boccaccio è un progetto in corso volto a indagare la varia lectio all’interno di un corpus preciso, costituito dai dati emersi dalla collazione integrale dei tre manoscritti autografi di Giovanni Boccaccio che riportano il testo della Commedia dantesca (codici Toledano 104 6, Riccardiano 1035, Chigiano L VI 213). I tre manoscritti, risalenti secondo le ultime datazioni, con cui si concorda, rispettivamente agli inizi degli anni 50, al 1355 e al 1360 circa, hanno un’importanza capitale all’interno della tradizione della Commedia e rappresentano, secondo Giorgio Petrocchi, il punto di frattura tra l’antica e la nuova vulgata. Continuer la lecture de La Commedia di Boccaccio: interrogare la varia lectio

Omeka et Scholarly Editions

Omeka est un gestionnaire de contenus (Content Management System ou CMS) open source développé depuis 2008 par le Roy Rozensweig Centre for History and New Media de la George Mason University (Virginie, USA), à destination des institutions culturelles et patrimoniales (bibliothèques, archives, musées, laboratoires de recherche…), qui souhaitent exposer leurs données sur le Web. Fort d’une communauté d’utilisateurs très active, Omeka est aujourd’hui devenu un outil incontournable dans le paysage numérique international.

En France, l’explosion du nombre de projets basés sur Omeka a fait de la constitution d’une communauté d’intérêts et d’entraide autour de ce CMS une nécessité. Cela se traduit par la prise en main de l’outil par la TGIR Huma-Num, qui aide les institutions culturelles dans leur passage au numérique, par la création d’une liste de diffusion et par l’organisation de journées d’étude telle que celle du 13 juin 2016, à Paris.  Continuer la lecture de Omeka et Scholarly Editions

Un projet en Humanités Numériques? Se former!

Du 5 au 9 Octobre, le  service de formation continue du CNRS, avec la MSH Val de Loire et les acteurs des Humanités Numériques en France, organisaient leur sixième Action Nationale de Formation  à Aussois: Gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS.

Fonte Gaia y était représenté par Filippo Fonio, Monica Zanardo et Claire Mouraby. Nous avons beaucoup appris: ce qu’il est possible d’imaginer quand on est motivé, comment ne pas  se décourager, ce qu’il aurait fallu faire dès le début de nos projets… et ce qu’il est encore temps de changer. Continuer la lecture de Un projet en Humanités Numériques? Se former!

Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel

Cher-e-s italianistes du XXIe siècle,

Permettez-moi de vous présenter… HyperMachiavel, logiciel libre permettant la mise en parallèle, la comparaison et plus généralement l’exploration lexicale et sémantique de corpus en langues différentes (uniquement en alphabet latin pour l’instant), et en particulier de traductions, à l’aide de fonctions de recherche et d’annotation semi-automatique. Cet outil est né d’une conviction : la circulation des textes et de leur contenu passe notamment par la traduction, et l’étude des choix opérés le traducteur, au fil de son patient travail sur le texte-source, peut permettre de mieux cerner les spécificités de la langue qu’il traduit, y compris sur le plan des représentations. Cela a donné naissance à un logiciel libre OpenSource (Licence Cecill-B, téléchargeable sur demande auprès de severine.gedzelman[at]ens-lyon.fr) dont le développement, encore en cours, est porté par le laboratoire Triangle (UMR 5206).

Continuer la lecture de Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel