Archives par mot-clé : tools

Omeka et Scholarly Editions

Omeka est un gestionnaire de contenus (Content Management System ou CMS) open source développé depuis 2008 par le Roy Rozensweig Centre for History and New Media de la George Mason University (Virginie, USA), à destination des institutions culturelles et patrimoniales (bibliothèques, archives, musées, laboratoires de recherche…), qui souhaitent exposer leurs données sur le Web. Fort d’une communauté d’utilisateurs très active, Omeka est aujourd’hui devenu un outil incontournable dans le paysage numérique international.

En France, l’explosion du nombre de projets basés sur Omeka a fait de la constitution d’une communauté d’intérêts et d’entraide autour de ce CMS une nécessité. Cela se traduit par la prise en main de l’outil par la TGIR Huma-Num, qui aide les institutions culturelles dans leur passage au numérique, par la création d’une liste de diffusion et par l’organisation de journées d’étude telle que celle du 13 juin 2016, à Paris.  Continuer la lecture de Omeka et Scholarly Editions

Collazione a colazione 3/3

Abbiamo definito nei posts precedenti la collazione e la sua relazione con l’informatica, e fornito alcuni spunti di lettura per chi volesse cominciare ad avventurarsi nella storia della collazione automatica. Vediamo ora quali sono le operazioni che un programma di collazione compie, secondo il già citato modello di Gothenburg.

Il cuore di un programma di collazione è l’allineamento: i testi delle diverse copie vengono allineati, in modo da identificare cosa nel testo A corrisponde a cosa nel testo B. Una volta riconosciute le parti che non cambiano, si introducono quelle che cambiano ed eventuali spazi bianchi.

Facciamo un esempio utilizzando il testo dell’Infinito di Leopardi. Continuer la lecture de Collazione a colazione 3/3

Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel

Cher-e-s italianistes du XXIe siècle,

Permettez-moi de vous présenter… HyperMachiavel, logiciel libre permettant la mise en parallèle, la comparaison et plus généralement l’exploration lexicale et sémantique de corpus en langues différentes (uniquement en alphabet latin pour l’instant), et en particulier de traductions, à l’aide de fonctions de recherche et d’annotation semi-automatique. Cet outil est né d’une conviction : la circulation des textes et de leur contenu passe notamment par la traduction, et l’étude des choix opérés le traducteur, au fil de son patient travail sur le texte-source, peut permettre de mieux cerner les spécificités de la langue qu’il traduit, y compris sur le plan des représentations. Cela a donné naissance à un logiciel libre OpenSource (Licence Cecill-B, téléchargeable sur demande auprès de severine.gedzelman[at]ens-lyon.fr) dont le développement, encore en cours, est porté par le laboratoire Triangle (UMR 5206).

Continuer la lecture de Pour les italianistes 2.0 : HyperMachiavel