Elsa Morante, marraine de la « Biblioteca Nazionale Centrale di Roma »

La personnalité littéraire et humaine de l’écrivaine italienne Elsa Morante (1912-1985) est intimement liée à la ville de Rome où elle a passé toute sa vie, et où elle a écrit (et en partie situé) ses chefs-d’œuvre. Rome est unelsa lieu incontournable pour ceux qui s’intéressent à Elsa Morante : comme elle le souhaitait, au lendemain de sa mort, ses héritiérs, Carlo Cecchi et Daniele Morante, ont légué tous ses manuscrits à la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma (BNCR) qui, tout au long de ces vingt dernières années, a rassemblé et valorisé cette précieuse archive.

Ce processus d’acquisition s’est déroulé en trois temps : les premiers manuscrits d’Elsa Morante ont été déposés à la BNCR en 1989, et ils sont actuellement consultables dans le fonds « Vittorio Emanuele II » ; un deuxième groupe de manuscrits a été déposé en 2007, et ils sont actuellement conservés dans le fonds « Autografi, Raccolte e Carteggi » ; la troisième (et dernière) partie des matériaux issus de l’archive d’Elsa Morante a été léguée à la BNCR récemment, ce qui permet à présent de compléter l’inventaire et la numérisation de cet important corpus littéraire.

Cette archive remarquable a été valorisée par la BNCR, grâce à l’engagement de Giuliana Zagra, au fur et à mesure que les matériaux y étaient déposés. Ainsi, trois expositions ont été consacrées à Elsa Morante et à ses papiers. La première, Le stanze di Elsa1 (« Les pièces d’Elsa »), date de 2006 : à cette occasion, un portail en ligne, toujours consultable, a été réalisé. La deuxième, Santi, Sultani e Gran Capitani in camera mia2 (« Saints, Sultans et Grands Capitaines dans ma chambre »), a été organisée pour célébrer le centenaire de la naissance d’Elsa Morante (2012), qui a relancé le débat autour de l’écrivaine. Enfin, en 2015, une exposition permanente, La Stanza di Elsa (« La pièce d’Elsa »), a été ouverte. Il s’agit de la reconstitution de l’ambiance de travail de l’écrivaine, y compris de sa bibliothèque, avec quelques objets originaux lui appartenant : son bureau, sa machine à écrire, stanza di elsaquelques tableaux du peintre américain Bill Morrow auquel elle dédia le poème Addio…. C’est la pièce maîtresse d’un projet plus vaste de valorisation des fonds littéraires contemporains de la BNCR, Spazi 900, qui inclut aussi une salle didactique et prévoit des visites guidées et des expositions temporaires. Il s’agit d’une initiative lancée par son nouveau directeur, Andrea De Pasquale, afin de rendre hommage à cette prestigieuse écrivaine mais aussi d’encourager la diffusion, dans la péninsule, d’un modèle de bibliothèque conçue à la fois comme lieu de conservation et de recherche, et comme espace muséal.

Ce qui rend cette archive incontournable pour les morantistes, ce sont l’exhaustivité et la richesse des matériaux conservés : le parcours littéraire d’Elsa Morante se dessine à travers ses papiers, depuis ses premiers contes d’enfance jusqu’aux dernières notes d’écriture, rédigées peu avant sa mort et qui trahissent sa maladie. Ses manuscrits dévoilent vérités et mensonges de son itinéraire artistique : à côté des réécritures multiples des œuvres publiées du vivant de l’auteur, le chercheur peut y découvrir des contes inédits, des journaux intimes, des projets (inachevés) de collaboration avec le cinéma, et une partie des chroniques cinématographiques rédigées pour la radio (qui ont fait l’objet, les unes et les autres, d’une étude remarquable de Marco Bardini, Elsa Morante e il cinema).3 En fouillant ce fonds on y découvre également des romans interrompus, comme Senza i conforti della religione, dont les matériaux, remaniés, servirent à Elsa Morante pour l’écriture de La Storia et d’Aracoeli.

elsa morante

Cette archive littéraire est aussi un cas d’étude privilégié pour tous les philologues. La stratification des corrections qui prend forme dans un foisonnement de crayons, plumes et feutres de couleurs différentes, et le soin que prenait Elsa Morante de préciser chaque remaniement de ses manuscrits font en sorte que l’écrivaine elle-même conduise le chercheur à travers le labyrinthe de la création littéraire en le déroutant et, finalement, le laissant seul face à l’échec d’une quête impossible. Ses cahiers nous apparaissent alors davantage une sorte d’hypertexte auquel elle confie des indications de lecture, des notes de régie, des auto-exhortations, des références bibliographiques, et des multiples informations péri-textuelles à travers lesquels ses romans, ses doutes et ses hésitations, ses projets narratifs qui se croisent et s’entrelacent s’offrent à des interprétations variées. Comme dans ses déclarations publiques, dans ses manuscrits Elsa Morante mêle vérités et mensonges, littérature et vie, invention et biographie : on s’égare en suivant les traces de ses griffonnages, et les déplacements des feuilles à l’intérieur d’un cahier, voire entre cahiers différents, véritable jeu de pistes où les feuilles sont coupées et replacées dans un copier-coller avant la lettre. Ainsi, le spécialiste n’arrive plus à distinguer et trancher entre la vérité des manuscrits, celle des déclarations publiques, et celle des témoignages de ceux qui connurent l’écrivaine et la côtoyèrent.

Cette archive ne se borne pas à nous montrer l’endogenèse des œuvres d’Elsa Morante, et sa volonté de dessiner, à travers ses manuscrits, une biographie idéale. Les livres ayant appartenus à l’écrivaine (parsemés de plusieurs notes de lecture), sa collection de disques, et sa correspondance nous dévoilent aussi les différents processus d’exogenèse. Tout ce qui précède et accompagne la rédaction des œuvres d’Elsa Morante peut être consulté à la BNCR : une exhaustivité qui défie les chercheurs, toujours confrontés aux absences, aux silences et aux vérités trompeuses qui se dissimulent entre les lignes d’une clarté apparente.

  1. Le stanze di Elsa. Dentro la scrittura di Elsa Morante (Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, 27 aprile – 3 giugno 2006), a cura di G. Zagra, S. Buttò, Roma, Colombo, 2006. []
  2. Santi, Sultani e Gran Capitani in camera mia. Inediti e ritrovati deall’Archivio di Elsa Morante (Biblioteca Nazionale Centrale, Roma, 26 ottobre 2012 – 31 gennaio 2013), a cura di G. Zagra, Roma, BNCR, 2012. []
  3. M. Bardini, Elsa Morante e il cinema, Pisa, ETS, 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *