Omeka et Scholarly Editions

Omeka est un gestionnaire de contenus (Content Management System ou CMS) open source développé depuis 2008 par le Roy Rozensweig Centre for History and New Media de la George Mason University (Virginie, USA), à destination des institutions culturelles et patrimoniales (bibliothèques, archives, musées, laboratoires de recherche…), qui souhaitent exposer leurs données sur le Web. Fort d’une communauté d’utilisateurs très active, Omeka est aujourd’hui devenu un outil incontournable dans le paysage numérique international.

En France, l’explosion du nombre de projets basés sur Omeka a fait de la constitution d’une communauté d’intérêts et d’entraide autour de ce CMS une nécessité. Cela se traduit par la prise en main de l’outil par la TGIR Huma-Num, qui aide les institutions culturelles dans leur passage au numérique, par la création d’une liste de diffusion et par l’organisation de journées d’étude telle que celle du 13 juin 2016, à Paris. 

Intitulée « Projets Scientifiques avec Omeka (PSO). Nouveaux usages d’édition et de valorisation des fonds, archives et corpus scientifiques », l’objectif de cette journée était de dresser un état de l’art des projets numériques français utilisant Omeka et de mettre en commun les expériences et les compétences de chacun, afin de créer des ponts entre les projets. Ce parcours à travers les différents usages d’Omeka en France a également permis de mettre en lumière les avantages et les inconvénients d’une telle plateforme dans un contexte d’édition. En effet, comme l’ont rappelé Richard Walter et Thomas Lebarbé au cours de la journée, Omeka n’a, à l’origine, pas été conçu pour l’édition, mais uniquement pour la diffusion et la gestion documentaire. Il y a donc eu un détournement de la fonction primaire d’Omeka par une communauté scientifique qui y a vu un plus grand potentiel.

Le programme complet est disponible à cette adresse. Je vous propose ici un focus sur trois projets d’édition numérique, présentés au cours de cette journée et qui reflètent l’éventail des possibilités offertes par Omeka.

Omeka comme support d’éditions critiques génétiques : le projet e-Man

La plateforme E-Man – Manuscrits Hispaniques, présentée par Fatiha Idmhand de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM), est un projet international (France, Espagne, Italie) consacré aux auteurs secondaires hispaniques du XXe siècle. Son objectif est de réfléchir aux rôles des intellectuels satellites dans la circulation des idées, à travers un angle d’étude exilique et dictatorial, qui amène une réflexion méta-critique sur les pratiques littéraires à l’ère digitale.

Le projet E-Man a connu plusieurs phases, qui s’étendent de 2003 à 2016 et qui ont permis au projet de passer d’une édition web des textes (2003-2009), puis XML (2009-2011), à une diffusion sur Omeka (2014-2016). Au cours de cette dernière phase, a été mise au point une chaîne éditoriale adaptée aux éditions génétiques. Cette chaîne s’est construite autour du CMS Omeka, véritable « pierre angulaire » du projet, pour reprendre l’expression de Fatiha Idhman.

La plateforme contient aujourd’hui plus de 3 300 notices de documents d’archives d’écrivains espagnols et latino-américains contemporains. Chaque notice est décrite avec précision par les chercheurs, à l’aide d’une interface user-friendly, incarnée par un formulaire de métadonnées à remplir. Les champs de métadonnées (une trentaine environ) sont répartis au sein de trois catégories (archivistique, critique et éditoriale), ce qui permet de couvrir un très grand nombre de cas.

Éditer des ouvrages épuisés : le projet E-Contes

Le projet E-contes, porté par Anne Garcia-Fernandez de l’équipe TIME (Laboratoire d’Anthropologie Sociale), numérise et met en ligne les quatre volumes du catalogue des Contes Populaires Français de Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze. Ces quatre volumes ne sont plus édités aujourd’hui, même s’ils restent des ouvrages de référence pour les chercheurs. Le projet se présente donc à la fois comme un recueil de contes (édition numérique) et un outil d’analyse et de recherche comparative, par la mise en ligne d’une large bibliographie sur l’ensemble des versions d’un conte.

La chaîne de travail adoptée par Anne Garcia-Fernandez repose sur le principe de la reproductibilité. En effet, les volumes du catalogue ont tous une structure identique, ce qui autorise la mise au point d’une chaîne de traitement semi-automatique, applicable à chaque ouvrage. Cette chaîne se compose des étapes suivantes : numérisation ; ocrisation ; structuration des textes en XML ; modélisation en CSV ; diffusion sur Omeka. Le CMS apparaît donc comme le réceptacle d’un long travail d’édition. Contrairement au projet précédent où la chaîne éditoriale est pensée pour et à partir d’Omeka, dans le cas présent, il n’arrive qu’en fin de chaîne : c’est donc avant tout sa fonction de diffusion et de gestion d’un contenu très structurée qui est ici mise en lumière.

Omeka et crowdsourcing : le projet Transcrire

Présenté par Fabrice Melka du consortium Archive des Ethnologues, Transcrire est un outil de transcription collaborative. Il propose aux utilisateurs de transcrire des carnets de recherche d’ethnologues à des fins d’enrichissement des catalogues, d’extraction des données et d’amélioration de la recherche d’informations. La tâche de transcription est simplifiée au maximum (pas de transcription des ratures, par exemple) afin d’attirer un public plus large que le traditionnel public académique, spécialiste du domaine. L’interface, simple et épurée, met en vis-à-vis le fac-similé et l’éditeur de texte, afin de faciliter le travail du transcripteur qui peut ainsi facilement s’immerger dans le document.

Au cours de sa présentation, Fabrice Melka a insisté sur le fait que Transcrire n’est pas une bibliothèque numérique, mais bien un outil collaboratif, dont les productions seront ensuite réinjectées dans plusieurs bibliothèques numériques. Omeka n’est donc pas ici utilisé comme support de diffusion de l’édition finale d’un texte (ce qui est sa fonction première), mais comme l’un des rouages du processus même d’édition.

L’avenir d’Omeka

Ainsi, Omeka semble en adéquation avec les attentes de l’édition scientifique critique et génétique et peut intervenir à n’importe quelle étape du processus : support de visualisation finale, maillon dans la chaîne éditoriale… Qui plus est, il permet de couvrir un grand nombre d’usages et d’objectifs, qu’ils soient scientifiques, patrimoniaux ou collaboratifs, et s’adapte à la nature de contenus très variés (manuscrits, carnets, photographies, journaux…).

Toutefois, cette journée a également mis en lumière les difficultés techniques posées par ce CMS, notamment en termes de personnalisation des modules (plugins), qui permettent d’adapter une plateforme au départ très neutre aux attentes et objectifs des différents projets. Ainsi, Omeka ne peut pas être un outil à tout faire. Même s’il est possible de mettre au point des outils d’édition, la plateforme n’a pas été pensée pour ça. Par conséquent, lorsque l’on souhaite détourner l’usage originel d’Omeka, il faut faire appel à des outils extérieurs. Cela pose alors la question de la pérennisation des outils et des plugins développés par les institutions. Cette question est d’autant plus cruciale avec l’arrivée d’une nouvelle version d’Omeka, Omeka-S, qui fait passer le CMS dans une nouvelle ère : celle du Web sémantique.

Image à la Une: Plateforme de DIY History, construite avec Omeka (Psautier médiéval, département des Collections Spéciales, Université de l’Iowa) :
https://diyhistory.lib.uiowa.edu/transcribe/4478/138374 (Consulté le 30 juin 2016).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *