Qui se cache sous le pseudonyme de Curzio Malaparte ? (1)

Curzio_MalaparteLe 21 mai dernier s’est déroulée à Grenoble une journée d’étude consacrée à  un personnage peut-être plus méconnu en Italie qu’en France : Curzio Malaparte (1898-1957). Soldat, mais aussi écrivain et théoricien, Malaparte est une figure qui demeure aussi mystérieuse que controversée. Afin de comprendre pourquoi à Grenoble on a commencé à s’intéresser à cet auteur, Élise Leclerc et moi-même avons interviewé Michèle Coury, Maître de conférences de l’Université Stendhal et principale organisatrice de cette journée d’étude intitulée Curzio Malaparte, Témoin et visionnaire.

Quelles furent les circonstances de votre première rencontre avec Malaparte ?

Mon intérêt pour Malaparte remonte à un souvenir d’adolescence… Lorsque j’étais en classe de première, nous avions dû étudier un extrait de La Pelle et intriguée, j’avais entrepris de lire l’ensemble du roman. Cette lecture m’avait fortement marquée. Quelques années plus tard, à l’université, j’avais même pensé faire mon mémoire de maîtrise sur ce roman mais des enseignants un peu rétifs, (je le comprends maintenant après coup) circonspects par rapport à Malaparte, d’autres auteurs m’ont entraînée sur d’autres chemins…Mais au fond, Malaparte a toujours été « en veille » dans mon parcours d’italianiste et depuis quelques années, je souhaite revenir vers cet auteur.

Pourquoi vous intéressez-vous à Malaparte ?

Curzio Malaparte représente pour moi le cas à la fois intéressant et déconcertant d’un grand écrivain, d’un journaliste, d’un intellectuel très présent sur la scène culturelle et médiatique des années 20 aux années 50 et finalement passé sous silence et pratiquement inconnu des jeunes générations, surtout en Italie. Comme je l’ai rappelé, en ouverture de la journée d’études, il fait l’objet d’à peine deux lignes dans certaines anthologies de la littérature italienne. Une forme de bannissement de la part de certains qui perdure et qui doit nous interpeller. C’est pourquoi, il me semble intéressant de réactualiser, de réinterroger par rapport à son parcours idéologique, par rapport à toutes ces zones d’ombre que sont son rapport au fascisme, au communisme, au religieux, cet auteur en quelque sorte « refoulé », pour le moins controversé et qui reste politiquement incorrect.

À quoi Malaparte doit-il, selon vous, ce statut d’auteur « refoulé » ?

Pour Luigi Martellini, responsable de l’édition critique des « Meridiani » consacrée à Malaparte, son passé de fasciste a « plombé » la réputation littéraire de Malaparte en Italie, même si bon nombre d’écrivains et d’intellectuels de cette génération avaient fait allégeance au fascisme, d’une façon plus discrète pourrait-on dire. Ce qui rend le parcours de Malaparte si déconcertant et complexe c’est qu’il a toujours été  un « fasciste dissident », s’il est permis un tel oxymore, en rupture, bien avant le retournement de 1943. On pourrait ajouter que son narcissisme éclatant qui le rend si singulier, asûrement agi comme un répulsif pour la sensibilité de beaucoup. Malaparte est très largement perçu comme un dandy manipulateur, un « truqueur », un opportuniste. Il se pourrait cependant que cette formule célèbre « le poète est un mensonge qui dit la vérité » lui soit particulièrement bien adaptée, surtout dans ce domaine du récit de guerre. Malgré la liberté prise avec certaines dates, avec des faits réels, la flamboyance du récit nous emporte bien au-delà du compte-rendu journalistique visant à dire l’horreur. Dominique Fernandez emploie cette juste synthèse : « Déformer pour informer ».  Retenons par exemple  que le chapitre intitulé « Les rats » dans Kaputt, bien que le narrateur n’ait pas été présent au moment des faits comme il le prétend, est le premier texte à dénoncer le pogrom de Jassy en Roumanie.

Malaparte_Lipari_1934

À ce jour, quelles sont les pistes qui vous semblent intéressantes pour interroger l’œuvre de Malaparte ?

Dans un de ses écrits, Malaparte laisse entendre que les textes les plus importants s’écrivent à l’encre invisible et non pas à l’encre noire, nous invitant peut-être à être plus attentifs à une dimension  cryptique de son œuvre, au-delà de ses avatars politiques. (Ma communication sur la récurrence de l’expression «  à voix basse » dans son œuvre narrative allait dans ce sens). Si kaputt et La Pelle sont des œuvres controversées, mais indéniablement fortes, connues pour montrer les horreurs de la guerre et si elles ont été l’objet de nombreux textes critiques, il n’en reste pas moins vrai que le thème du sacrifice, présent dès Viva Caporetto, me semble encore à cerner de plus près, ainsi que le thème du rapport à l’animal, véritablement obsédant dans l’œuvre de Malaparte, mais toujours très mystérieux : c’est notamment cet aspect primitif, ce qu’on pourrait appeler une forme de « gnose malapartienne » qui justifie sans doute un approfondissement de la recherche : en s’appuyant  notamment sur ce qu’on peut considérer comme le troisième volet de cette grande trilogie de la destruction  et de la décomposition de l’Europe qu’est Mamma marcia, œuvre bien moins connue que les deux précédentes et publiée posthume.

Par rapport à ce thème général, ce chant funèbre sur la décomposition d’un monde, l’écrivain Sandro Veronesi originaire de Prato comme Malaparte propose une piste d’investigation qui me semble particulièrement intéressante (pour avoir moi-même travaillé sur Pier Paolo Pasolini) celle d’une parenté «  involontaire » justement entre Malaparte et Pasolini, deux rebelles « indéfendables » et échappant à tous les cadres, même si Pasolini ne parle jamais de Malaparte et ne s’en réclame évidemment pas.

Ce qui me semble aussi important à continuer d’exploiter  dans l’œuvre de Malaparte c’est le foisonnement des références inter-textuelles, picturales, musicales et pour des lecteurs italianistes notamment, la revisitation de chants dantesques, une scénographie hallucinante dans les images de guerre.

Existe-t-il un lien entre Malaparte et la France ?

Le rapport de Curzio Malaparte à la France est un rapport étroit, de passion littéraire et de nostalgie ; il  a toujours considéré la France comme sa seconde patrie. La France est liée aux moments-clefs de sa vie, de l’enthousiasme à la désillusion : dès son adolescence, en 1914, quand, avant même que l’Italie ne rentre en guerre, il s’engage dans les rangs de la légion garibaldienne encadrée par la légion étrangère cantonnée à Avignon, pour combattre au côté de la France : quand, plus tard en 1918, sur le front français, il participe héroïquement à la deuxième bataille de la Marne (bataille de Bligny) et devient invalide à 20 ans pour avoir respiré du gaz. Durant la première guerre mondiale, combattre pour la France renforce son sentiment d’« italianité ».

Son deuxième séjour français au début des années 30 lui ouvre les portes des salons parisiens : consécutif à la perte de son poste de directeur de « La Stampa », il sera marqué par la publication de Technique du coup d’état qui assure sa renommée internationale.

Lorsqu’il revient à Paris, après la deuxième guerre mondiale et son cortège de vicissitudes,  il croit pouvoir y retrouver ce qu’il ne trouve plus en Italie « Je retourne finalement à Paris après 14 ans d’exil » écrit-il, la France étant toujours liée à une sorte de nostalgie proustienne. Sur la grande désillusion qui l’attend, il faut lire Journal d’un étranger à Paris, dans l’amer double sens du mot « étranger », journal écrit pour une bonne partie directement en français et publié une dizaine d’années après la mort de l’auteur. Ce troisième séjour français, celui du désenchantement, n’apporte aucun de succès escomptés ni au théâtre, ni dans les salons qui  lui ouvrent parcimonieusement leurs portes.

Où en sont à ce jour les « études malapartiennes » ? Et comment vous est venue l’idée d’une journée malapartienne à Grenoble ?

La publication en 12 volumes des archives Malaparte entre 1991 et 1996 représente un matériau très important pour la recherche sur Malaparte. Edda Suckert Ronconi, une des deux sœurs de Malaparte a consacré les dernières années de sa vie à établir l’édition chronologique des papiers et des lettres de Malaparte, soit près de  dix mille pages, d’abord en édition privée à Città di Castello  puis  chez l’éditeur Ponte alle Grazie de Florence.

Signalons bien sûr la monumentale biographie de Malaparte écrite par Maurizio Serra, ambassadeur d’Italie auprès de l’Unesco, contribution la plus importante de ces dernières années à un « revival » malapartien :  Malaparte, vies et légendes (Grasset, 2011), publiée d’abord dans la version française.

Il y a quelques années, j’ai assisté, dans une librairie parisienne, à la présentation par son auteur, de cette passionnante biographie sans concessions et cela a été pour beaucoup dans mon désir de revenir à un travail de recherche sur Malaparte. La journée d’études organisée en Mai dernier à l’université Stendhal pourrait être une première étape avant un colloque de plus vaste envergure dans les prochaines années, qui regrouperait les deux universités Stendhal et de Savoie. C’est ainsi que nous l’avons pensé avec Emmanuel Mattiato, enseignant-chercheur à l’université de Savoie et qui a collaboré avec moi à la préparation de la journée d’études.


2 réflexions sur « Qui se cache sous le pseudonyme de Curzio Malaparte ? (1) »

  1. Technique du coup d’Etat est un témoignage exceptionnel, essayant de mettre en perspective des situations historiques critiques, d’un point de vue qui se présente comme chirurgical. Malaparte dépasse son époque et n’appartient qu’à lui-même.
    D’une certaine façon, il se donne une liberté de penser qui ne plaît pas à tout le monde, comme un autre Italien, lui aussi peu apprécié: Julius Evola.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.