éditer un texte / éditer la variance : réorienter la critique textuelle à l’époque du numérique

Le séminaire Critique génétique et philologie d’auteur : rencontres méthodologiques organisé par Christian Del Vento dans le cadre des activités de l’équipe Manuscrits Italiens du Settecento de l’ITEM est arrivé à sa troisième séance.

9781472412119
http://www.ashgate.com/isbn/9781472412119

Elena Pierazzo, dans une conférence intitulée éditions numériques : de Platon à Héraclite, s’est penchée sur les enjeux actuels des éditions savantes. Grâce à un itinéraire passionnant à travers l’histoire de l’écriture et des technologies qui ont accompagné, au fil des siècles, la production, la publication et la diffusion des œuvres, elle a invité à reconsidérer nos idées reçues sur la notion de « texte », en ouvrant des perspectives nouvelles dans le domaine de l’édition numérique.

Platon. LE Texte comme « idée »

Aussi bien l’ecdotique des textes anciens (ou « philologie de la copie ») que la « philologie d’auteur » reposent sur une « culture du texte unique ». La méthode de Lachmann vise, en effet, à corriger les « erreurs » qui se glisseraient dans les manuscrits et les imprimés lors du processus de copie d’un original perdu (LE Texte) : le Saint Graal auquel se consacre la quête de l’éditeur. La « philologie d’auteur » s’éloigne, en principe, de cette perspective ; pourtant, on retrouve la notion de « texte » comme « valeur » dans les approches théoriques et dans les pratiques éditoriales. C’est le cas notamment, chez Gianfranco Contini, de la conception de l’écriture comme « approche de la valeur », ce qui implique, de toute évidence, l’existence d’une valeur prétendue et abstraite (à savoir LE Texte) à laquelle les écrivains se consacreraient.

La « culture du texte unique » est donc bien plus ancrée dans nos esprits qu’on le croirait ; elle se situe au carrefour d’au moins trois facteurs : une révolution technique (la naissance de l’imprimerie), une exigence doctrinale (l’édition des textes sacrés) et un changement sociologique (la propagation de l’alphabétisation).

copistaLa naissance de l’imprimerie a changé radicalement la façon de concevoir le texte et sa diffusion ; avant l’invention de Gutenberg, en effet, la transmission des ouvrages à travers la copie à la main répondait aux besoins du commanditaire : par conséquence, chaque manuscrit était unique. L’imprimerie, au contraire, a poussé à la stabilisation des textes afin de produire en série des éditions qui s’adressaient désormais à un large public ; ce qui a entraîné un processus de normalisation (de l’orthographe, de l’utilisation des majuscules, de la ponctuation…) et de la formalisation de la mise en page. En même temps, dans les pays protestants, la propagation de l’alphabétisation a favorisé la naissance d’un public nouveau auquel il fallait proposer un texte défini et stabilisé. Pourtant, les études consacrées à la « bibliographie matérielle » ont montré que, dans les ateliers d’imprimerie, le texte n’était pas si stable qu’on pourrait le croire : que les auteurs aient introduit des modifications dans le texte au cours du processus d’impression, ou qu’une contrainte technique ait imposé une nouvelle composition des plombs, il n’en demeure pas moins que les exemplaires d’une même édition sont souvent très dissemblables entre eux.

La « culture du texte unique » comme objet ayant une identité définie qui doit être préservée et respectée se nourrit enfin de la notion religieuse de texte sacré, idéalement dicté par une divinité et, donc, immuable. Cependant, comme l’ecdotique des textes sacrés contredit l’idée d’un texte absolu, car il existe plusieurs manuscrits (non cohérentes) des mêmes ouvrages, ainsi, chez les écrivains de l’époque moderne et contemporaine, l’étude des avant-textes confirme qu’il y a plusieurs bons-à-tirer qui se succèdent : de fait, le texte bouge, et il a toujours bougé.

 

Philologia ancilla historiae, litteraturae, philosophiae…

Même si le texte n’a jamais été véritablement stable, la « culture du texte unique » a eu des conséquences importantes sur la fonction de l’ecdotique, dont le but serait d’établir et apprêter un texte pour autrui. Ainsi, comme dans le mythe platonicien de la caverne, un prédestiné (le philologue) sortirait pour regarder le soleil (LE Texte) et reviendrait ensuite pour en donner une image (l’édition) à l’humanité, enchaînée dans la caverne.

PlatoneL’ecdotique serait donc au service d’autrui, et elle ne produirait aucune connaissance n’étant qu’une technique automatique et mécanique ; les éditions de textes ne seraient alors pas des produits originaux, car le seul créateur du texte est l’écrivain. Cette conception entraîne deux conséquences : d’un part un débat autour du droit d’auteur appliqué aux éditions critiques et d’autre part le discrédit du travail d’édition (qui, surtout dans le contexte universitaire anglo-saxonne, ne rencontre pas de faveur). Qui plus est, alors qu’elles sont les premières destinataires des éditions critiques, les études stylistiques et linguistiques sont souvent désorientées par des textes incohérents et instables, et réclament plutôt de textes linéaires, simplifiés et stabilisés, en alimentant par conséquent la « culture du texte unique ».

 

Vers Héraclite : éloge de la déstabilisation

À côté de la culture dominante du texte unique se sont pourtant développées des approches non « platoniciennes » qui reconnaissent leur importance à l’instabilité, au changement et à la variation. On pourrait dénommer ces modèles de « héraclitéens », renvoyant à l’image du fleuve d’Héraclite, où on ne peut pas se baigner deux fois dans les mêmes eaux, qui s’écoulent comme le temps et le devenir de l’être. Parmi ces approches « héraclitéennes », on peut mentionner : a) la critique génétique ; b) la théorie du « texte fluide » (fluid text) ; et c) la « nouvelle philologie » (new philology).

  1. La critique génétique, comme le rappelait Daniel Ferrer lors de la première séance du séminaire, vise en effet à déstabiliser les textes, et à étudier les manuscrits en tant que témoignages du processus (instable et fluide) de l’écriture au fil du temps.
  2. la « nouvelle philologie » (New philology, Nichols 1990)1 repose sur le constat que les éditions critiques traditionnelles créent des textes qui n’ont jamais existé sous cette forme et qui, par conséquence, n’ont jamais eu d’impact sur la culture. Cette approche (finalement pas très éloignée des réflexions de Bédier) se rappelle de la thèse célèbre de Cerquiglini (éloge de la variante 1989)2, suivant lequel, ayant supprimé les variantes, l’ecdotique traditionnelle a longtemps empêché d’étudier les ouvrages telles qu’elles ont existé réellement. D’après lui, en effet, l’écriture (notamment au Moyen-âge) ne se bornerait pas à donner naissance à des variantes : elle reposerait entièrement sur la variance, elle ne serait que variance.
  3. La théorie du « texte fluide » (fluid text, Bryant 2002)3 s’occupe des textes qui existent sous plusieurs formes (parfois, toutes validées par l’auteur) sans qu’il y ait eu une évolution linéaire ou chronologique en passant de l’une à l’autre : elles existent de façon complémentaire, simultanée. Dans ces cas, on ne peut pas établir un texte car les multiples versions se mêlent entre elles : le philologue est donc censé gérer la multiplicité.

 

Philologie comme « flux » : le fleuve d’Héraclite à l’époque du numérique

 L’invention de l’imprimerie a donc changé notre manière de concevoir l’écriture et la diffusion des textes. De la même façon, l’informatique a changé notre approche des contenus dont elle nous laisse saisir l’intrinsèque fluidité. Lorsqu’on est confronté à une ressource en ligne, on ne s’étonne pas qu’elle puisse être modifiée, et on s’attend à pouvoir traiter les documents de façon interactive. C’est Michael Sperberg-McQueen qui a mis le numérique en rapport avec la notion héraclitéenne de fluidité4 : face à ce nouvel outil technique on est, en quelque sorte, obligés de formuler des approches innovantes pour gérer les données.

Ainsi, existent déjà au moins trois nouvelles approches aux textes et aux manuscrits qui profitent des atouts du numérique :

  1. la « phylogénétique », (Phylogenetics, Salemans)5 qui a une conception presque biologique du texte ; les variantes y sont conçues comme des évolutions de l’ADN, et on peut les mesurer et étudier sous la forme d’un rhizome (pas d’un arbre) ;
  2. l’« édition sociale » (Social Edition, Siemens)6, pour qui l’édition est le résultat d’un travail collectif, et il est envisagé que d’autres usagers collaborent (crowdsourcing) en enrichissant les contenus et les données ;
  3. l’édition « paradigmatique » (ou Ergodic edition) de Vanhoutte7, qui repose sur une born digital theory. Cette typologie d’édition s’appuie sur une base de donnés très riche, à partir de laquelle l’usager peut choisir les données à afficher selon ses besoins et ses intérêts8. L’édition, donc, comme « chemin » : c’est le principe des jeux vidéo où, en choisissant un parcours, on en exclu d’autres.

 

Nouveautés et enjeux des éditions savantes numériques

À l’âge du numérique il faut redéfinir la manière de concevoir les textes, en exploitant les atouts d’un nouvel outil (l’informatique) pour ré-conceptualiser les problèmes posés par le travail éditorial et l’étude des textes. Les outils numériques nous permettent de « surfer » à travers la variation et de la gérer dans un contexte non autoritaire, où on peut interagir avec les textes et, à la limite, se passer des notions de « stabilité » et de « durabilité » du texte : on s’attend à ce que les ressources en ligne changent.

matrixSi on veut vraiment relever le défi de l’édition à l’âge du numérique, il faut peut-être qu’on oublie les limites de la « page » et la séquentialité du livre : il ne suffit pas d’afficher à l’écran une édition pour parler d’« e-Philologie ». Seulement en envisageant une approche nouvelle (fluide et déstabilisante) l’ecdotique produira de nouveaux modèles d’éditions, plus riches, et capables de mettre en valeur toutes les aspects de la création littéraire. C’est indubitable que la technologie du papier demeure la plus accessible, et qu’elle garantit une durabilité majeure ; et pourtant : avons-nous déjà oublié que Contini affirmait que chaque édition n’est qu’une hypothèse ?

 

La réflexion sur les méthodologies et les démarches à suivre, à l’âge du numérique, pour l’édition et l’étude des textes et des manuscrits va continuer en 2016. La prochaine séance du séminaire Critique génétique et philologie d’auteur : rencontres méthodologiques aura lieu le 18 janvier à 14 h 30, à Paris : Alberto Cadioli nous parlera de Volonté de l’auteur et volonté de l’éditeur dans l’édition de textes littéraires.

  1. Speculum. A Journal of Medieval Studies, Volume 65 – Issue 01 (The New Philology) – janvier 1990, Editors: Stephen G. Nichols. []
  2. Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Éditions du Seuil, 1989. Voir aussi ici. []
  3. John Bryant, The Fluid Text. A Theory of Revision and Editing for Book and Screen, University of Michigan Press. []
  4. “How to teach your edition how to swim.” Literary & Linguistic Computing 24.1 (2009): 27-39. Part of a special issue containing papers originally given at a Conference on Editorial Problems at the University of Toronto, 1997. []
  5.  Ben J.P. Salemans, Building Stemmas with the Computer in a Cladistic, Neo-Lachmannian, Way. The Case of Fourteen Text Versions of « Lanseloet van Denemerken ». []
  6. Raymond G. Siemens, A Social Edition of the Devonshire MS (BL Add 17,492), with Karin Armstrong, Barbara Bond, Constance Crompton, Terra Dickson, Johanne Paquette, Jonathan Podracky, Ingrid Weber, Cara Leitch, Melanie Chernyk, Bret D. Hirtsch, Daniel Powell, Alyssa Arbuckle, Chris Gaudet, Eric Haswell, Arianna Ciula, Daniel Starza-Smith, James Cummings, with Martin Holmes, Greg Newton, Jonathan Gibson, Paul Remley, Erik Kwakkel, and Aimie Shirkie. Wikibooks and the Devonshire MS Advisory Group, 2012. 1394 pp. <http://en.wikibooks.org/wiki/The_Devonshire_Manuscript>. []
  7.  Edward Vanhoutte, Defining Electronic Editions: A Historical and Functional Perspective. []
  8. Voir un exemple d’édition ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *