À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : Les résultats du questionnaire Fonte Gaia

En mai 2016, le projet Fonte Gaia a lancé la première étape de ses études utilisateurs à travers la diffusion d’un questionnaire en ligne, en vue du développement de l’interface de sa bibliothèque numérique, Fonte Gaia Bib (FGBib). Cette entreprise était animée par trois objectifs principaux :

  • Un objectif général d’identification du ou des publics de bibliothèques numériques, lesquels publics sont encore peu connus ;
  • Un objectif spécifique d’identification de la communauté Fonte Gaia, qui a la particularité d’être préexistante à la bibliothèque numérique à travers le blog du projet ;
  • Un objectif spécialisé, centré autour de la notion de services afin de cibler ceux souhaités par les utilisateurs, mais également de mesurer le degré d’implication de ces derniers avec les contenus.

Ces objectifs ont induit l’organisation même du questionnaire (35 questions, réparties en cinq catégories) et sa diffusion. Le projet a en effet pris le parti de publier le questionnaire sur le blog et sur les réseaux sociaux du projet afin de cibler la communauté Fonte Gaia, mais également sur des listes de diffusion et des réseaux professionnels pour élargir le nombre de répondants potentiels. Cette méthode, qui peut être qualifiée de « pêche aux utilisateurs », a permis de recueillir 67 réponses, dont je vous propose de découvrir les principales lignes de force ci-dessous. 

Une esquisse du profil des utilisateurs de bibliothèques numériques

Le profil des répondants est relativement homogène et peut se résumer ainsi : ce sont majoritairement des femmes entre 25 et 34 ans, avec un haut niveau de formation, le plus souvent en lettres, et issues du monde universitaire ou du patrimoine. Entrons maintenant dans le détail.

Le fait que la communauté des répondants soient majoritairement jeunes (49% de 25-34 ans) s’inscrit dans la lignée d’autres enquêtes menées par Gallica et Europeana auprès de leurs propres communautés d’utilisateurs (GMV; Blackwood). Toutefois, le questionnaire Fonte Gaia se distingue quant au genre de ses répondants. En effet, alors que Gallica et Europeana ont des communautés masculines, nous sommes ici confrontés à une communauté majoritairement féminine avec 67% de femmes contre 24% d’hommes. Comment expliquer une telle situation ?

L’une des premières hypothèses que nous pouvons avancer tient dans l’activité des répondants (Tableau 1).

Tableau 1 : Répartition des répondants par genres et par activités

Les métiers du patrimoine apparaissent comme la première activité exercée par les répondants (28%). Or, ce métier est connu pour être majoritairement féminin (Dorning; Deluga et Goubin; Rosenwald). Nous pouvons alors nous demander si cela n’aurait pas influencé les résultats du questionnaire. Cependant, ce fait n’est pas suffisant à lui seul pour rendre compte de la situation. En effet, les métiers du patrimoine sont suivis de près par les enseignants-chercheurs (22%) et les doctorants (25%), qui à eux deux représentent près de la moitié des répondants. Le fait que les femmes soient très représentées dans ces deux groupes ne tient pas tant à la nature de leur activité qu’à la discipline exercée. En effet, plus de 44% des répondants, dont 66% de femmes, ont fait des études en lettres, milieu réputé pour être féminin (ESR; Rosenwald).

Graphique 1 : Champs de recherche des répondants

L’importante proportion des femmes parmi les répondants au questionnaire n’est pas le seul fait intéressant dans le profil sociodémographique de ces derniers. Le tableau 1 tend en effet à souligner que les utilisateurs de bibliothèques numériques seraient avant tout issus du monde patrimonial et universitaire. Si le mode de diffusion du questionnaire a influencé les résultats, nous pouvons toutefois nous demander si le fait que cette enquête n’aie pas réussi à atteindre d’autres groupes n’est pas le signe que les bibliothèques numériques sont principalement utilisées dans ces deux domaines, soit par ceux qui les ont vues naître.

Malgré les nombreuses interrogations qu’il soulève, ce profil sociodémographique homogène et professionnellement marqué a permis de dégager des usages standardisés chez les utilisateurs de bibliothèques numériques.

Des usages standardisés

Au prisme des résultats de ce questionnaire, les bibliothèques numériques apparaissent essentiellement comme des outils de travail : les répondants affirment en majorité n’y avoir recours que dans un contexte purement professionnel.

Graphique 2 : Contexte d’utilisation des bibliothèques numériques

Ces réponses soulignent que les répondants ont une vision « utilitaire » des bibliothèques numériques pour reprendre l’expression de la BnF dans son rapport d’enquête de 2012 (GMV). Il est intéressant d’indiquer que les BN n’apparaissent pas comme des outils à la marge des pratiques professionnelles et académiques des répondants, mais comme des outils réguliers s’inscrivant pleinement dans leur activité : 46% des répondants sont en effet de « grands utilisateurs » de BN.

Graphique 3 : Fréquence d’utilisation des bibliothèques numériques

Cette vision « utilitaire » est d’ailleurs confirmée par les usages des répondants :

  • Une consultation majoritairement en ligne : 49% des répondants utilisent principalement les BN pour consulter des ouvrages en ligne. ¼ des participants lui préfèrent toutefois le téléchargement, soit une consultation « en local ».
  • Une consultation rapide et précise, influencée par les pratiques de recherche : Le scanning (33%), la lecture après consultation de la table des matières (28%) et celle après une recherche plein texte (16.50%) sont les trois principales méthodes de consultation des répondants.
  • La prépondérance des modules de recherche : 61% des répondants ont principalement recours à la barre de recherche simple, indice de l’influence des moteurs de recherche – avec Google en tête – sur les pratiques de recherche documentaire (Nicholas et Clark). La recherche avancée a toutefois été sélectionnée par 30% des répondants contre seulement 8% pour la recherche aléatoire parmi les collections (browsing).

Connaître les usages des répondants est essentiel pour mieux apprécier leurs attentes et améliorer des services qui existent déjà, mais il est également fondamental d’en apprendre plus sur leurs besoins et sur ce qu’ils veulent faire, afin de développer une interface et des services qui leur ressemblent. C’est pourquoi l’une des notions fondamentales de ce questionnaire, après celle d’utilisateurs et d’usages, était celle de service.

Vers une bibliothèque numérique enrichie et innovante : L’avis des répondants

Les services constituent un volet important de ce questionnaire : l’objectif ici n’est plus de demander aux utilisateurs ce qu’ils font, mais ce qu’ils aimeraient faire. Les utilisateurs ont tout d’abord été interrogés sur les services d’enrichissement des contenus :

Graphique 4 : Hiérarchie des services d’enrichissement

Transparaît ici une volonté des répondants de contribuer à l’amélioration de la recherche documentaire au sein de l’interface (ajout de tags, de références bibliographiques), ainsi qu’à la description (ajout de commentaires, de ressources externes) et à la réorganisation (partage de collections personnelles) des contenus. Il semblerait que les répondants souhaitent participer activement à la vie et au renouvellement de la bibliothèque et de ses collections. Nous pouvons toutefois nous demander si ces résultats n’ont été pas influencés par le Web 2.0 qui se caractérise par ce type de fonctionnalités (tags, commentaires…). Les répondants auraient alors sélectionnés des services qu’ils connaissent déjà, auxquels ils sont habitués et qu’ils s’attendent à retrouver sur tout type de sites, ces fonctionnalités faisant désormais parties de l’économie d’une page Web.

Un peu plus loin dans le questionnaire, une question similaire a été posée aux répondants, mais sous un angle différent : alors que la question 9 insiste sur l’aspect interactif des services, la question 20 présente ces derniers sous l’angle de la participation et de la collaboration. Il est apparu que la majorité des répondants (78%) n’a jamais participé à un projet collaboratif, i.e. qui propose aux utilisateurs de réaliser de manière collaborative une tâche, que ce soit dans le cadre d’une bibliothèque numérique (Trove) ou d’un projet numérique en humanités (Transcribe Bentham, What’s On The Menu ?, Old Weather…). Les principales raisons données par les répondants sont le manque d’opportunité dans leur domaine de recherche, le manque d’informations à propos de ces projets, ou encore le manque d’intérêt.

Après avoir été sondés sur leur connaissance des projets participatifs, les répondants ont eu l’opportunité de choisir les services collaboratifs qu’ils aimeraient retrouver au sein d’une BN, parmi plusieurs possibilités.

Graphique 5 : Hiérarchie des services participatifs

En accord avec les répondants, la correction d’OCR serait le service collaboratif incontournable dans une bibliothèque numérique, suivi de près par la transcription. À la lumière des résultats précédents sur les services d’enrichissement (Question 9), cet engouement pour ces deux activités peut s’expliquer par le fait qu’ils contribuent à l’amélioration de la recherche. D’une certaine manière, nous pouvons nous demander si ces résultats ne souligneraient pas également une volonté de la part des répondants de contribuer à l’amélioration des ressources numériques (des biens communs) pour aider les autres utilisateurs dans leurs recherches, comme cela a été démontré par des études sur la collaboration en humanités (Holley; Causer et Wallace; Ridge).

Toutefois, ce graphique tend à montrer que les répondants ont préféré des activités simples à réaliser et qui ne demandent pas de compétences informatiques ou scientifiques particulières ni de lourds investissements dans le temps (même si cela ne se vérifie pas toujours pour la transcription). Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’idée d’un service de réalisation collaborative d’une édition numérique, une activité complexe qui non seulement requiert un haut niveau d’expertise, mais qui s’inscrit également dans un champ disciplinaire circonscrit, n’a obtenu qu’un quart des résultats. Ce fait tendrait alors à confirmer l’hypothèse selon laquelle les répondants se tourneraient en premier lieu vers des services qui n’ont pas une connotation scientifique forte.

To be continued…

Les résultats de ce questionnaire ouvrent sur de nouvelles perspectives et de nouvelles pistes à explorer, non seulement pour le développement de l’interface de Fonte Gaia Bib, mais également pour une réflexion plus générale sur les bibliothèques numériques et leurs utilisateurs. Ils soulèvent également un certain nombre d’interrogations, que ce soit à propos des méthodes de recherche, où le browsing, pourtant considéré par les professionnels comme une pratique incontournable (Varga), brille par son absence dans les résultats, ou à propos du téléchargement de ressources numériques et de ce que les utilisateurs en font ensuite. La poursuite des études utilisateurs avec le lancement d’une série d’entretiens permettra de réfléchir à ces interrogations et de vérifier certaines hypothèses afin d’aller toujours plus loin dans la définition de l’utilisateur de bibliothèques numériques.

Références bibliographiques

  • Blackwood, Alan. Europeana User Survey 2014. Europeana, 2014, <http://pro.europeana.eu/blogpost/results-of-the-europeana-user-survey-2014> [Consulté le 09/02/2017].
  • Causer, Tim, et Valerie Wallace. « Building A Volunteer Community: Results and Findings from Transcribe Bentham ». Digital Humanities Quaterly, vol. 6, no 2, 2012. Digital Humanities Quarterly,  [Consulté le 09/02/2017].
  • Deluga, François, et Jacques Goubin. Situation comparée entre les femmes et les hommes territoriaux : en marche vers l’égalité professionnelle ? CNFPT, 2016, <http://www.cnfpt.fr/sites/default/files/rapport_parite_vdef.pdf> [Consulté le 09/02/2017].
  • Dorning, Jennifer. Library Workers: Facts & Figures. Department for Professional Employees, 2011.
  • ESR. Egalité entre les Femmes et les Hommes. Chiffres clés de la parité dans l’enseignement supérieur et de la recherche. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 2013, <https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Charte_egalite_femmes_hommes/90/6/Chiffres_parite_couv_vdef_239906.pdf> [Consulté le 09/02/2017].
  • GMV. Évaluation de l’usage et de la satisfaction de la bibliothèque numérique Gallica et perspectives d’évolution. BnF, 2012.
  • Holley, Rose. « Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It? » D-Lib Magazine, vol. 16, no 3/4, mars 2010,  [Consulté le 09/02/2017].
  • Nicholas, David, et David Clark. « Evidence of user behaviour: deep log analysis ». User Studies for Digital Library Development, Facet Publishing, 2012, p. 85‑94.
  • Ridge, Mia. Crowdsourcing our cultural heritage. Ashgate, 2014.
  • Rosenwald, Fabienne. Repères et Références Statistiques 2016 sur les enseignements, la formation et la recherche. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 2016,  [Consulté le 09/02/2017].
  • Varga, Zsuzsanna. « Resource discovery for reasearch and course design ». User Studies for Digital Library Development, Facet Publishing, 2012, p. 167‑176.

Une réflexion au sujet de « À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : Les résultats du questionnaire Fonte Gaia »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *