Angers -France- 2017: Colloque international « Crowdsourcing » /International Conference: « Crowdsourcing ». Appel à contribution /Call for proposal

English text below

Le crowdsourcing pour partager, enrichir et publier des sources patrimoniales

Colloque organisé par le CIRPaLL, le CERHIO (université d’Angers) et l’UMR Litt&Arts (Université Grenoble-Alpes)

Organisateurs : Cécile Meynard, Florence Alibert, Valérie Neveu, Elisabeth Greslou, Thomas Lebarbé

18-20 octobre 2017

Université d’Angers

Lieu : Maison de la Recherche Germaine Tillion (Angers)

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante : cecile.meynard [at] gmail.com avant le 31 mars 2017.

Langues du colloque: Français, Anglais

Calendrier:

  • 31 mars 2017: limite de dépôt des propositions de communication
  • 30 avril 2017: notification aux auteurs
  • 18-20 octobre 2017: Colloque international

LIRE LE TEXTE PROGRAMMATIQUE ET L’APPEL


Crowdsourcing as a means to share, enrich and public heritage sources

Conference organised by CIRPaL, CERHIO (Angers University) and Litt&Arts (Grenoble Alpes University)

Organizers: Cécile Meynard, Florence Alibert, Valérie Neveu, Elisabeth Greslou, Thomas Lebarbé

October 18-20, 2017

Angers University

Location : Maison de la Recherche Germaine Tillion (Angers)

Communication proposals, of about 15 lines, with author’s curriculum vitae (1 page), are to be addressed to the organisers to the following email cecile.meynard [at] gmail.com, before March 31st 2017.

Conference languages: French, English

Calendar:

  • March 31st 2017: communication proposals deadline
  • April 30th 2017: notification to authors
  • October 18th, 19th, 20th 2017: International Conference

READ ENGLISH TEXT OF CALL


Une réflexion au sujet de « Angers -France- 2017: Colloque international « Crowdsourcing » /International Conference: « Crowdsourcing ». Appel à contribution /Call for proposal »

  1. En France, pour faire des colloques, des thèses (oui, il y en a sur le sujet), des discussions sans fins, et des blogs, nous sommes très fort.

    Mais pour passer au concret, là ça coince. Il est facile de parler des pratiques collaboratives en citant… les plates-formes étrangères (à vrai dire anglo-saxonnes).

    Ah, mais non ! Nous avons Wikisource ! Et bien comparons. Voici deux plates-formes anglo-saxonnes.

    Smithsonian. Transcription de texte: https://transcription.si.edu/
    Tous projets : https://www.zooniverse.org/projects?status=live

    La caractéristique de ces plate-formes : en quelques clic et secondes, on comprend comment ça marche, l’interface est agréable, pratique.

    Comparons avec la France
    https://fr.wikisource.org/wiki/Wikisource:Accueil

    Pour l’utiliser à peu près correctement, je ne résiste pas à vous « inviter » à suivre les liens sur la page « aide au lecteur »
    https://fr.wikisource.org/wiki/Aide:Aide_au_lecteur

    Et encore, la réalité est bien pire, car vous savez qu’éditer des pages « wiki » est presque un métier.

    Pour un autre exemple français, on trouvera (avec peine) ce que fait le plus haut niveau dans notre pays (archive 2016 ministère de la culture)
    https://francearchives.fr/article/37826

    C’est bien 2016, pas 2006.

    [ Je ne confond pas avec la science participative, où on trouve pas mal de choses en français, mais il ne s’agit pas de ressources patrimoniale au sens « travail sur des documents » ]
    —————-

    Donc, je reviens à mon propos sur l’indispensable colloque annoncé.

    Ce qui est énervant, c’est que le sujet a déjà été étudié et pas l’an dernier mais depuis de nombreuses années. Les avantages et inconvénients sont connus, sauf à vouloir éternellement couper les cheveux en quatre, ou se faire plaisir à se poser encore des questions en faisant des colloques pour se dire qu’on fait quelque chose… justifiant qu’on ne fasse rien pour l’instant (ou rien de bien réel).

    Pourtant, est-si difficile d’acquérir (ou de créer), par exemple un logiciel modeste de transcription manuelle de documents scannés qui fonctionne sur Internet ? Bien sur que non, et ça coûte surement le même prix que d’organiser un colloque « international » et de défrayer les personnes qui iront.

    Est-il si difficile de savoir comment ensuite exploiter les données? C’est là le coeur du métier de chercheur, donc cette partie là est en quelque sorte triviale.

    Ca coince où alors ? Peut-être est-ce gênant que le public ait accès à des sources jusque là réservées à quelques uns ? Ou de déterminer qui aura le bénéfice d’exploiter les résultats, pour publier un article qui fera autorité, ou même un livre ? Et si une découverte passe sous le nez du spécialiste qui a planché trente ans sur son sujet, au bénéfice de l’amateur parfois très averti qui, forcément, viendra s’inclure dans le projet mis en ligne?

    Le choix actuel a été pour l’instant de ne pas utiliser le crowdsourcing, pardon, les pratiques collaboratives, ou de ne pas l’utiliser sérieusement, et je n’attends pas à en connaître les raisons. C’est un choix.

    Mais il est incompréhensible qu’il y ait encore besoin de discussions, et de colloques internationaux comme s’il s’agissait de discuter de quelque chose d’un nouveau programme de collaboration spatiale.

    Plutôt que d’en parler encore et encore, maintenant il serait cent fois plus efficace de simplement… le faire et de mesurer les résultats, quitte à abandonner. Et d’ailleurs, sans rechercher la perfection et l’exhaustivité.

    Bon, pendant ce temps les anglo-saxons avancent. Ils viendront probablement participer au colloque, partageront leur expérience et expliqueront que pour y arriver ils ont commencé par « le faire », ce qui sera jugé comme passionnant mais pas très utile puisque ça ne répondra pas aux dix milles questions posées.

    Bon, sur ce je retourne faire du crowdsourcing pour les chercheurs anglais et américains, mais ça sera avec plaisir que je ferais de la pratique collaborative nationale quand vers 2030 les discussions prendront peut-être fins.

    Bon colloque quand même 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *