Dans les coulisses de Fonte Gaia #1 : une nouvelle étape pour la bibliothèque numérique !

Elisa Nury a participé au développement de Fonte Gaia entre avril et septembre 2018. Découvrez celles et ceux qui oeuvrent au projet à travers cette nouvelle catégorie de billets « Dans les coulisses de Fonte Gaia » !

Portrait

Photo d'Elisa Nury

Après des études de Lettres à Lausanne, en latin et en informatique pour les sciences humaines, j’ai effectué une thèse de doctorat en Humanités Numériques à King’s College London. Sous la direction d’Elena Pierazzo, mon sujet de recherche portait sur les éditions critiques numériques et plus particulièrement sur les outils de collation automatisée qui permettent de comparer plusieurs versions d’un même texte.
En avril 2018, j’ai rejoint l’équipe de Fonte Gaia à l’université Grenoble-Alpes, en tant qu’ingénieure d’études. Pendant 5 mois j’ai participé aux activités liées à Fonte Gaia, comme apporter un soutien aux chercheurs qui préparent une édition numérique, ou bien enseigner durant l’école d’été EDEEN.
Cependant, ma mission principale a été le développement d’une nouvelle plateforme pour accueillir la bibliothèque numérique FGBib sur Omeka.


Plateforme Omeka


Il existe deux versions du logiciel : Omeka Classic et plus récemment Omeka Semantic. Fonte Gaia utilisait Omeka C jusqu’en avril 2018. Mais il y avait un obstacle majeur avec Omeka C : la gestion des manifestes IIIF (International Image Interoperability Framework) qui contiennent les informations relatives à chaque document : pagination, sens de lecture, etc.
IIIF était donc essentiel au travail sur Fonte Gaia, notamment pour moissonner les images numérisées de nos partenaires, pour l’annotation des contenus, la recherche plein texte et le traitement automatique de la langue. IIIF est également compatible avec la visionneuse Universal Viewer disponible sur Omeka. Afin de régler ce problème, nous avons décidé de passer à Omeka S.


Migration vers Omeka S


La migration vers Omeka S s’est faite en plusieurs étapes : tout d’abord, les contenus présents sur www.fontegaia.eu ont été rassemblés dans un fichier CSV grâce à l’outil omescrap.
Puis les métadonnées ont été vérifiées et nettoyées par les bibliothécaires de l’UGA. Finalement, les métadonnées ainsi que les images ont été réimportées dans la nouvelle interface.
Tout comme Omeka Classic, Omeka S est facilement personnalisable grâce à de nombreux modules. Voici un aperçu des nouveautés en préparation !


Nouveautés à venir sur FGBib

  1. Moissonnage
    Le moissonnage des bibliothèques de nos partenaires est un progrès important pour Fonte Gaia. Suites à des échanges étroits avec nos collègues de Paris Sorbonne-Nouvelle, nous avons pu importer leurs métadonnées avec le module OAI PMH Harvester.
    Le nombre de documents qui seront accessibles via FGBib a donc presque doublé, et nous espérons bientôt ajouter d’autres collections.
  2. Identifiants pérennes
    La migration d’une plateforme à l’autre a également soulevé la nécessité d’obtenir des identifiants uniques et pérennes. Nous allons nous tourner vers ARK, un système géré par la California Digital Library.
    Les identifiants ARK ont plusieurs avantages : non seulement ils sont gratuits, mais il existe également un module pour générer facilement ces identifiants pour tous les contenus d’Omeka.
  3. Moteur de recherche
    Afin d’améliorer les performances du moteur de recherche et la navigation dans les contenus, nous prévoyons d’installer les modules Solr et Search.
  4. Refonte du thème
    Finalement, l’aspect du site sera entièrement mis à jour, avec le développement d’un thème spécialement conçu pour Fonte Gaia. La figure ci-dessous donne un exemple de page de contenu.


Aperçu du nouveau thème Fonte Gaia.

Les développements continuent, à bientôt pour suivre les évolutions de Fonte Gaia !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.