Dans les coulisses de Fonte Gaia #2 : Bibliothèques numériques et commentaires des textes, un projet innovant.

Elena Bilancia a participé à Fonte Gaia en tant que stagiaire d’avril à juin 2018. Pendant cette période, elle a mis ses compétences scientifiques et techniques au service du projet, voici son retour d’expérience :

Une bibliothèque numérique innovante

« Lors du dernier semestre de mon Master 2 dans le cadre du parcours international Padoue-Grenoble, j’ai eu l’occasion de collaborer en tant que stagiaire avec la bibliothèque numérique du projet Fonte Gaia. Une des ambitions du projet est de réaliser une bibliothèque « 2.0 », qui, à travers le développement d’une interface avancée, puisse donner aux utilisateurs une expérience interactive avec les œuvres disponibles. Le projet prévoit la création d’un espace virtuel pour permettre l’insertion de commentaires concernant les livres numérisés. Il s’agit d’un objectif très innovant car, bien que les bibliothèques numériques soient désormais plutôt courantes dans le panorama culturel, le potentiel des outils numériques est encore à découvrir et à développer dans son intégralité. Les défis que pose cette innovation sont cependant nombreux, autant pour ce qui concerne l’aspect théorique et scientifique que les aspects informatiques et techniques.

 Encodage d’un commentaire de source

Le but de mon stage a donc été de créer un modèle pour les commentaires et de le structurer avec des catégories qui pourraient inclure différents types de descriptions et en même temps être valables pour tous les ouvrages numérisés par la bibliothèque (manuscrits, imprimées, œuvres critiques etc.). Cette expérience a été pour moi l’occasion de mettre en pratique les compétences acquises pendant les cours d’humanités numériques suivis durant les deux ans du Master. Ces connaissances m’ont également permis de réaliser le commentaire en langage XML-TEI pour l’édition bilingue du Cortegiano de Baldassarre Castiglione, numérisée pour la collection « France-Italie » de la bibliothèque. La réalisation du commentaire a été précédée d’un travail de recherche visant à l’obtention des informations nécessaires à sa structuration. Une des choses que j’ai le plus appréciée durant cette expérience de stage a été la possibilité de pouvoir observer et même toucher une impression du XVIe siècle : cela a représenté pour moi une expérience unique et passionnante. L’œuvre en question, datant de 1585 et intitulée Le parfait courtisan du compte Baltazar Castillonnois, est la traduction la plus riche et la plus utilisée à la Renaissance du célèbre dialogue de Castiglione, elle a été rédigée par Gabriel Chappuys en 1580. J’ai donc cherché toutes les informations relatives à l’édition numérisée : la biographie et la bibliographie du traducteur, le profil de l’éditeur et l’histoire des autres éditions, la source de laquelle la traduction avait été tirée ainsi que les aspects codicologiques et para-textuelles de l’impression (privilèges, dédicaces, table de matières).

A l’issue de ce travail de recherche j’ai procédé à l’encodage de mon commentaire, lequel a été réalisé en utilisant les balises du TEI-Header. J’ai distingué les informations spécifiques à l’édition numérisée de celles portants sur l’œuvre en général, et j’ai en outre fourni une liste des autres éditions de la traduction de Chappuys, qui a été aussi récemment rééditée avec une version modernisée du texte (Lebovici, 1987) et j’ai inséré une bibliographie générale et essentielle. Là où cela était possible, j’ai renvoyé à la numérisation d’autres éditions de la traduction, afin de permettre éventuellement une rapide consultation. J’ai également ajouté une brève description de la réception du Cortegiano en France, de la première traduction datant de 1537, jusqu’à celle de Chappuys, ainsi qu’une note sur l’édition des textes avec leur traduction en regard, qui pour l’époque était considérablement innovante, notamment pour des textes en langue vernaculaire.

Une participation des usagers à la bibliothèque numérique

A partir de mon commentaire et des catégories utilisées pour le structurer, j’ai réfléchi à comment réaliser un modèle qui puisse convenir aux nécessités de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia et qui soit capable de s’adapter aux exigences d’une gamme de textes très différents entre eux. Je me suis tout d’abord interrogée sur les types de catégories qu’il fallait prévoir pour réaliser un modèle valable pour des œuvres aux caractéristiques variée, autant en ce qui concerne l’époque de production que d’autres aspects, comme le genre littéraire, le publique de destination, le langage utilisé ou les œuvres liées.

La section de la bibliothèque numérique dédiée aux commentaires ne sera pas destinée à être exploitée seulement par des experts ou des chercheurs. Un des objectifs du projet est de permettre également à des amateurs, ou à des professeurs du secondaire d’intervenir et de proposer leurs propres contributions. C’est pour cela que j’ai également prévu la possibilité de créer une catégorie pour des remarques d’ordre général et un espace pour proposer et réaliser des parcours de lecture intertextuelle, qui puissent renvoyer l’utilisateur à d’autres ouvrages, auteurs et périodes historiques associés. On peut affirmer en conclusion que le vrai enjeu du projet est représenté par la possibilité de permettre aux usagers de contribuer avec des types de commentaire même très différents, qui pourraient aller des analyses d’ordre linguistique, codicologique ou traductologique, jusqu’à des réflexions historiques ou herméneutiques et à des parcours interactifs, afin de valoriser et diffuser le patrimoine numérique de la bibliothèque du projet Fonte Gaia et avec l’espoir de créer un réseau d’utilisateurs diversifié mais actif et impliqué. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.