Fonte Gaia à Poitiers

16 janvier 2019

Le projet Fonte Gaia était présent lors de la journée “Omeka Zotero, des outils pour les humanités numériques” à l’espace Mendès France à Poitiers, le 16 janvier 2019.

Cette journée rassemblait des utilisateurs de ces outils libres, qu’ils soient chercheurs, ingénieurs ou bibliothécaires. Une occasion unique de faire le point sur les avancées de ces outils grâce à la présence de Sean Takats, directeur de recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, George Mason University, mais aussi de mettre en commun des expériences variées.

Le projet Fonte Gaia et son utilisation d’Omeka S s’est fait connaître à travers un poster exposé tout au long de la journée ainsi qu’une présentation. Bélinda Missiroli (Université Grenoble Alpes) et Laurent Nabias (Université Paris 3) ont parlé ensemble de la bibliothèque numérique de Paris 3 ainsi que de Fonte Gaia. Cette présentation à deux voix a permis de présenter tout l’aspect partenarial du projet en parlant en parallèle des deux bibliothèques et de la construction du lien entre les différents partenaires. Une bonne occasion de faire connaître Fonte Gaia Bib et Fonte Gaia Blog à une large communauté d’humanistes numériques et d’annoncer l’arrivée du Hackaton du 10 au 12 avril 2019 à Grenoble.

Cette journée, riche en échanges, a été l’occasion pour l’équipe de développement de Fonte Gaia d’aller à la rencontre de la communauté Omeka. Cet outil est utilisé pour des projets très variés. Nous avons ainsi pu découvrir Ontostat qui vise à mettre en ligne des ressources pour l’enseignement des statistiques et la Bivup, bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers pour ne citer que deux exemples. Chaque projet, à sa manière, contribue à l’exploration des Humanités Numériques.

La très grande diversité des projets a été l’occasion de situer Fonte Gaia au sein de la communauté, mais aussi de faire de nombreuses rencontres qui pourront amener par la suite des réflexions communes notamment en ce qui concerne les aspects techniques. Au-delà des spécificités propres à chaque projet, des problématiques communes sont apparues comme la question du multilinguisme des sites ou celle de la mise à disposition d’éditions scientifiques encodées au format TEI. Ces points, soulevés durant la présentation de Fonte Gaia ont soulevé des réactions et des interrogations de la part de la salle. Le blog pourrait aussi profiter de cette journée car la présence d’Huma-Num nous a permis de découvrir l’existence d’un module Isidore à inclure dans un blog Hypothèses, permettant d’ajouter des suggestions de lectures et des liens vers la plateforme Isidore, directement à partir de nos pages.

Le pari est gagné pour l’équipe Fonte Gaia qui a pu présenter son projet et faire avancer la réflexion sur l’avenir. De nombreuses questions restent ouvertes et Fonte Gaia a vocation à continuer à explorer dans le domaine des Humanités Numériques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.