Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Depuis ses débuts, Fonte Gaia a suivi une démarche centrée utilisateur pour élaborer sa bibliothèque numérique. Une première étude utilisateur a ainsi été conduite en 2016/2017, avec pour objectifs principaux l’exploration et l’analyse des pratiques, des besoins et des attentes des utilisateurs de bibliothèques numériques, en accordant une attention particulière à la question de la participation. Cette étude avait pris la forme d’un questionnaire (Mai 2016), adressé aux utilisateurs de bibliothèques en général, et d’une série d’entretiens (Février-mars 2017), centrée sur nos potentiels utilisateurs. Les résultats de ces deux enquêtes ont été publiés sur le blog ici, mais également (où vous trouverez un rapport complet et détaillé des résultats).

Cette étude nous a servi de fil conducteur lors de l’élaboration de Fonte Gaia. Nous avons défini un ensemble de services, correspondant à la fois aux besoins exprimés par nos potentiels utilisateurs, aux objectifs du projet et à la nature des contenus de la bibliothèque (des manuscrits et des monographies en italien et en français). Ces services ont été maquettés à l’aide des logiciels Pencil et InDesign. Toutefois, avant de nous lancer dans le développement de notre bibliothèque sous Omeka S, nous avons réalisé plusieurs évaluations conceptuelles de nos services, en présentant nos maquettes aux experts du projet et à de potentiels utilisateurs.

Pour Fonte Gaia, nous avons en effet envisagé deux types d’évaluation de services avec les utilisateurs : des évaluations conceptuelles (validation scientifique et esthétique) et des évaluations techniques (validation fonctionnelle). Nous appuyons ici sur les principes du design participatif, encore peu répandue dans le monde des humanités numériques, dont l’objectif est de faire participer de potentiels utilisateurs au maquettage et à la définition des services, à travers des échanges et des discussions. Nous nous inscrivons ici dans la lignée de projets tels que Infinite Ulysses, Digipal ou plus récemment L’Empreinte, la bibliothèque numérique des bibliothèques de Valence, projets qui se sont construits de pair avec leurs utilisateurs.

Dans le cadre de ce billet, nous allons nous concentrer sur les évaluations conceptuelles que nous avons réalisées en octobre/novembre 2018 avec des utilisateurs potentiels de notre bibliothèque numérique franco-italienne.

Organisation de l’évaluation

En octobre et en novembre 2018, nous avons organisé deux ateliers avec 10 utilisateurs (des chercheurs, des bibliothécaires, des doctorants et des étudiants), ayant un lien avec les études italiennes que ce soit dans le cadre de leurs recherches ou de leurs activités. Ce n’était pas la première fois que nous organisions ce type d’événement. Déjà en mai 2017 et en avril 2018, nous avions organisé deux ateliers avec les responsables du projet, afin d’obtenir leur aval sur les services que nous avions choisi pour Fonte Gaia. De ces ateliers ont découlé de premières modifications des maquettes. Courant 2017, nous avions également conduit deux séances d’évaluation de certains de nos services avec des groupes d’utilisateurs. Les évaluations de fin 2018 ont cependant une saveur particulière pour Fonte Gaia : ce sont en effet les dernières évaluations conceptuelles avant le développement des services. C’est donc sur celles-ci que nous avons choisi de nous concentrer pour ce billet.

Au cours de ces deux ateliers, nous avons présenté aux participants huit maquettes, représentant, sous une forme ou une autre, les principaux services de la bibliothèque numérique : la page d’accueil, la recherche simple multilingue et l’extension de requêtes, la notice d’information, la transcription du texte, le téléchargement, le parcours de lecture critique et l’espace personnel. Pour recueillir l’avis de nos potentiels utilisateurs sur ces services, nous avons divisé chaque atelier en deux activités afin de croiser les points de vue. Dans un premier temps, nous avons soumis les participants à un test des 5 secondes. Le principe est simple : chaque maquette est présentée pendant 5 secondes aux participants, qui répondent ensuite à un questionnaire rapide afin de récolter leurs premières impressions sur l’interface. Pendant tout le temps de ce test, aucune information n’est donnée par l’animateur de l’atelier sur la fonction de chaque maquette. C’est une manière d’obtenir de premières données sur l’esthétique de l’interface, mais également de savoir si la manière dont les services sont représentés est suffisamment explicite pour que l’utilisateur comprenne ce qu’il peut faire avec l’interface. Vous pouvez trouver le questionnaire que nous avons utilisé ici. Il s’inspire du questionnaire des 5 secondes proposé par Carine Lallemand, dans l’ouvrage Méthodes de design UX : 30 méthodes fondamentales pour concevoir et évaluer les systèmes interactifs (Eyrolles, 2016).

Dans un second temps, nous avons proposé aux participants de revenir sur chacune des maquettes au cours d’un temps de discussion de type focus group. Cette fois-ci, l’animateur a présenté chaque maquette pour ensuite laisser la parole aux participants. Cette activité a permis d’approfondir les résultats du test des 5 secondes et de maquetter avec les utilisateurs chaque service. Dans l’ensemble, les utilisateurs ont validé nos services, qu’ils ont jugés nécessaires et utiles. Ils ont toutefois mis en avant des problèmes de conception, liés d’une part à la gestion des espaces et des blocs d’informations sur la page, et d’autre part à la terminologie employée.

Afin d’expliciter la manière dont nous avons analysé et exploité les retours obtenus pour chaque maquette et de souligner l’importance de ce type d’évaluation pour le développement d’une bibliothèque numérique, nous vous proposons de nous intéresser à deux services : la recherche simple et l’espace personnel.

Afin d’anonymiser les résultats, nous avons attribué à chaque participant un code, constitué d’une lettre (C pour chercheur, D pour doctorant, B pour bibliothécaire, I pour ingénieur et E pour étudiant) et d’un chiffre.

“Ça fait très publicité !” (D3) : Quand la recherche simple t’agresse

Pour Fonte Gaia, nous avons envisagé de mettre au point une recherche simple bilingue. Le principe est que lorsqu’un utilisateur recherche le mot « lettre », la bibliothèque lui retourne aussi bien des résultats en français qu’en italien. Cette recherche simple s’enrichit également d’une extension de requête : l’utilisateur peut sélectionner des synonymes pour enrichir sa requête et lui permettre d’établir des connexions avec d’autres thématiques auxquelles il n’aurait pas pensé. C’est cette fonctionnalité en particulier que nous avons présentée aux utilisateurs.

Lors du test des cinq secondes, les participants ont été très partagés face à cette interface. Certains ont identifié qu’il s’agissait d’une forme de recherche avancée (ou augmentée) qui étend leur requête à des synonymes, et ont manifesté leur enthousiasme, à l’exemple de B5 :

Je peux préciser ce que je recherche facilement, car l’interface me guide. C’est non seulement utile, mais potentiellement “rassurant” .

D’autres n’ont toutefois pas perçu les fonctionnalités qui leur étaient présentées, principalement en raison de la forme prise par le service, à l’exemple de B3 :

Je n’ai pas compris le rôle du pop-up et pourquoi l’information était présentée ainsi (Un message d’erreur).

Ce retour de B3 est particulièrement révélateur. Il souligne le rôle fondamental du design pour véhiculer un message aux utilisateurs, la forme étant au service du fond. Ici, la forme du pop-up a desservi le service et les fonctionnalités que nous souhaitions transmettre aux participants. Ces derniers lui ont alors attribué des interprétations différentes de celles que nous proposions (Message d’erreur, publicité, extension à d’autres types de contenus et non à des synonymes).

Lors de la phase de discussions autour des maquettes, les participants ont tous souligné que l’extension de requêtes apportait une vraie plus-value à la bibliothèque numérique, en permettant de mieux cibler sa requête. Ils se sont toutefois sentis agressés par la fenêtre pop-up, jugée « très publicité » (D3). Pour améliorer cette interface, les participants nous ont donc recommandé de supprimer cette fenêtre pour :

  • soit faire apparaître l’extension de requêtes lors de la recherche simple sous la forme d’un bandeau sous la barre de recherche ;
  • soit d’intégrer cette fonctionnalités à la liste des résultats, en s’inspirant des suggestions de requêtes proposées par Google.

Nous avons opté pour cette dernière option.

Désormais, lorsque l’utilisateur lancera une recherche, la liste des résultats lui proposera d’étendre sa requête à des synonymes, d’une manière plus fluide et mois offensive pour l’utilisateur.

Faire de la bibliothèque numérique un espace à soi : Le design de l’espace personnel

Lors de la première phase de notre étude utilisateur (questionnaire et entretiens), l’espace personnel était apparu comme un élément important dans l’expérience de navigation des utilisateurs sur une bibliothèque numérique. Cet espace était à la fois perçu comme un espace de lecture, où l’utilisateur constitue sa propre bibliothèque numérique avec ses favoris, mais également comme la mémoire de l’utilisateur, avec un accès à l’historique de toutes ses activités sur la bibliothèque (consultation, téléchargement, contributions). C’est ce que nous avons souhaité représenter avec cette maquette :

Au cours du test des 5 secondes, les participants ont tous identifié l’espace personnel et les fonctionnalités proposées. En ce qui concerne le design de l’interface, contrairement à la recherche simple où un consensus sur le mauvais usage de la fenêtre pop-up avait pu être mis en évidence, les deux groupes de participants ont cette fois été divisés sur l’espace personnel. Si le premier groupe a validé le design de cette interface qu’il a jugé particulièrement clair et agréable, le deuxième groupe a émis plusieurs objections : l’interface a été jugé trop blanche et manquant de contraste pour qu’elle soit agréable à utiliser. Nous avons donc retravaillé cette interface avec les participants, en accentuant les contrastes et en mettant plus en évidence le menu de navigation, afin d’obtenir ce nouveau design :

Alors que la recherche simple a fait l’objet d’une transformation en profondeur, l’espace personnel a subi quelques légères modifications. Dans l’ensemble, la majorité de nos maquettes ont été à l’image de l’espace personnel : quelques modifications ont été apportées. Celles-ci sont toutefois essentielles pour assurer à l’utilisateur une navigation fluide et claire. L’interface qui a subi le plus de transformations est la page d’accueil. Celle-ci a été complètement refondue pour répondre aux attentes des utilisateurs. Cependant, comme je suis un peu cachotière et que j’aime ménager du suspense, il faudra patienter encore un peu avant de la découvrir…

L’ensemble des évaluations que nous avons conduites, que ce soit avec les experts du projet ou avec des utilisateurs, ont été salutaires pour l’élaboration et le design de nos services. Le co-design s’est révélé comme un outil performant et dynamique, permettant avant même le développement de mettre en avant des problèmes de conception, ce qui s’avérera être une économie de temps pour le développement des services. Ce développement est par ailleurs en cours et les premiers services de Fonte Gaia seront accessibles à partir du mois de juin. Affaire à suivre donc !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.