Présentation de la Nouvelle Version de la Bibliothèque numérique

Retour sur la journée du 18 juin 2019 : présentation de la nouvelle version de Fonte Gaia

(version italienne traduite par Serena Crespi ci-dessous)

Welcome page of Fonte Gaia

En attendant que la nouvelle version de Fonte Gaia soit en ligne, je tenais à vous faire part de l’actualité des développements en cours. En charge du développement de la bibliothèque numérique, je travaille depuis le mois de novembre à la mise en place de cette nouvelle version au sein de l’équipe de Fonte Gaia de l’université de Grenoble. Cet article reprend la présentation de la nouvelle version qui a été faite à Grenoble le 18 juin 2019 par l’équipe de Grenoble qui travaille sur Fonte Gaia lors de la journée de présentation de la nouvelle version de la nouvelle version de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia. Voici donc l’occasion pour vous de découvrir la nouvelle identité graphique de la bibliothèque numérique ainsi que les fonctionnalités qui sont en train d’être développées. La journée d’étude a représenté une étape dans les développements de la bibliothèque, elle a été riche en discussion et nous a permis de recevoir des retours avant la mise en ligne de cette nouvelle version.

La nouvelle version de la bibliothèque numérique fait l’objet de nombreuses évolutions autant techniques que sur les contenus et le design de la plateforme par rapport à la version actuellement en ligne.  Elle n’utilise plus le même outil de gestion des contenus que la version actuellement en ligne. Nous sommes passé d’Omeka à Omeka S. Cet outil, dérivé de l’ancien, nous offre des fonctionnalités  supplémentaires par rapport à son prédécesseur mais est encore très récent et  n’a pas une communauté aussi importante et active qu’Omeka. Pour pallier ces difficultés, il a fallu prendre les précautions nécessaires et accepter la temporalité de l’outil : certains modules ne sont pas encore stables, ou n’ont pas encore été développés, alors qu’ils existaient dans Omeka.  Nous avons limité au maximum le développement d’outils en interne, dans la mesure où nous n’étions pas sûrs de pouvoir assurer un suivi sur le long terme, nous sommes donc à l’affût de tous les nouveaux développements et réalisons sans cesse des tests pour mettre en place de nouvelles fonctionnalités.

Nous avons ainsi abouti pour le moment au développement d’une bibliothèque numérique  solide, qui accueille déjà un certain nombre de fonctionnalités de bases et qui est prête à accueillir de nouvelles fonctionnalités plus innovantes, au fur et à mesure de l’avancée des projets. Le design de la bibliothèque numérique est basé sur le travail d’Elina Leblanc et les nombreuses séances qu’elle a mené avec des experts et des potentiels utilisateur·ices de la plateforme afin d’en faire une plateforme utile et utilisable par toutes et tous. Je vous invite à découvrir les résultats de ces études dans un article précédent. Le résultat est une bibliothèque épurée, dont le design tend vers plus de simplicité, alors que les fonctionnalités restent, elles, inchangées. Tout est fait pour faciliter la découverte et l’exploitation des ressources mises en ligne par la bibliothèque numérique.

Voici maintenant venu le temps de vous faire une petite visite guidée de la plateforme, au stade actuel de développement :

 

 

La page d’accueil est l’occasion de faire découvrir des documents remarquables de la bibliothèque numérique et d’offrir un aperçu des contenus aux internautes qui ne recherchent pas un document spécifique :

  •  La catégorie “Notre sélection” permet de mettre en valeur des documents particulièrement rares ou précieux, des manuscrits précieux ou des imprimés particulièrement rares.
  • Dans les “Actualités”, le but est de faire ressortir les documents récemment mis en ligne, mais aussi de nouveaux articles du blog ou un projet particulier comme une édition scientifique ou une exposition virtuelle.
  • Une rubrique “Participer” montrera à terme différentes façon de rejoindre le projet.

Cette page d’accueil montre en quelques images la diversité des contenus de Fonte Gaia et permet à l’internaute de se tenir au courant de l’actualité du projet. Pour accéder à un document particulier, je vous propose maintenant de découvrir la page de recherche. Celle-ci est accessible soit en tapant directement un mot-clé dans la barre de recherche, présente sur l’ensemble des pages, soit en se rendant directement sur la page “recherche” pour utiliser les différents filtres.

Il est ainsi possible de filtrer les résultats à l’aide de différents critères. Pour arriver à mettre en place cette recherche à facettes, un gros travail partenarial a été mené pour arriver à un accord sur la façon dont les documents devaient être décrits, afin que les différentes collections moissonnées par Fonte Gaia puissent être explorées de manière cohérente. Ce travail devait prendre en compte d’autres partenaire comme Gallica, afin de ne pas pénaliser une collection qui serait déjà moissonnée par la bibliothèque numérique de la BnF. Le travail commun a donné lieu à la rédaction d’une feuille de route utilisable par tous les futurs partenaires, ainsi qu’à un travail de reprise des métadonnées réalisé par les partenaires déjà impliqués : l’Université Grenoble Alpes et l’Université Paris 3.

Une fois le résultat choisi, il est temps de voir comment se présente la page d’un ouvrage présent sur Fonte Gaia. Les deux éléments principaux sont la visionneuse et le bloc des métadonnées. La visionneuse donne accès en ligne à la version numérisée d’un document tandis que le bloc des métadonnées permet d’avoir des informations bibliographiques.

 

La visionneuse a la particularité d’utiliser le protocole IIIF  qui permet de décrire l’image et ses métadonnées et nous permettra par la suite de gérer la recherche plein texte. Cela nous offre aussi la possibilité d’afficher dans notre bibliothèque numérique des images qui ne sont pas stockées sur les serveurs de notre site internet. Grace au protocole IIIF, chaque partenaire pourra conserver la main sur ses données, tandis que pour l’utilisateur·ice la découverte des ressources se fait sur une plateforme unique. L’URL IIIF apparait dans la métadonnée “A pour format”, cela permet d’afficher la ressource dans n’importe quelle autre visionneuse compatible avec la technologie IIIF. Cela peut être très utile pour afficher deux documents en parallèle et pouvoir se livrer à une comparaison en utilisant par exemple la visionneuse Mirador. D’autres services sont également mis en place pour permettre l’appropriation de l’ouvrage par l’utilisateur·ice : une icône de téléchargement permet de stocker l’ouvrage pour une utilisation personnelle, tandis que des icônes de partages permettent de parler d’un document autour de soi, par mail ou en utilisant différents réseaux sociaux.

Un des objectifs phares de Fonte Gaia est de permettre la collaboration entre l’équipe et des chercheur·euses en études italiennes. C’est déjà le cas avec l’édition scientifique de Serena Crespi, réalisée au cours de son année de Master 2. Cette édition, réalisée en TEI, est rendue accessible à la lecture grâce au logiciel EVT1. L’édition est stockée sur la plateforme et rendue accessible depuis la page de l’ouvrage concerné grâce à un lien. C’est la première édition accessible depuis Fonte Gaia, elle nous a permis de travailler avec Serena pour tester cette méthode de mise en ligne.

Cette petite visite guidée de la plateforme permet d’avoir un aperçu de ce qui est en train d’être développé. Pour la suite, de nombreux projets sont en cours, que nous espérons voir aboutir au plus vite. Si la mise en ligne dans de bonnes conditions est notre priorité, nous sommes également en train de travailler sur la mise en place du bilinguisme dans la bibliothèque numérique. C’est un aspect particulièrement important dans le cadre d’une bibliothèque multi-partenariale franco-italienne.


Presentazione della nuova versione della biblioteca digitale

Welcome page of Fonte Gaia

 

Nell’attesa del lancio della nuova versione di Fonte Gaia, ci tengo a rendervi partecipi degli sviluppi in corso. Incaricata dello sviluppo della biblioteca digitale mi occupo dallo scorso novembre, in quanto parte dell’equipe di Fonte Gaia dell’Università di Grenoble, alla strutturazione della nuova versione. Questo articolo riprende la presentazione della nuova versione tenutasi a Grenoble il 18 giugno 2019 dall’equipe di lavoro di Grenoble. Ecco, dunque, la perfetta occasione per permettervi di scoprire la nuova identità grafica della biblioteca digitale, insieme alle nuove funzionalità che stiamo sviluppando per voi. La giornata di presentazione ha, infatti, rappresentato una tappa fondamentale per lo sviluppo della biblioteca e ha permesso di aprire un ricco dibattito consentendoci di ricevere dei feedback prima dell’effettivo lancio della nuova versione.

La nuova versione della biblioteca digitale è stata oggetto di numerose evoluzioni tecniche, di contenuto, e sul design della piattaforma. La nuova versione passa a un nuovo software per la gestione del contenuto; abbiamo, infatti, sostituito Omeka con Omeka S. Questo software, che deriva dalla versione precedente, offre funzionalità aggiuntive rispetto al suo predecessore, ma, dal momento che Omeka S è di recente sviluppo e non gode di una comunità di utilizzatori vasta come per Omeka, per gestire alcune difficoltà di utilizzo è stato necessario prendere delle precauzioni di gestione, in particolare, in rapporto ad alcuni moduli in fase di sviluppo e ancora instabili. Abbiamo quindi deciso di limitare al massimo gli sviluppi interni del software, nella misura in cui non saremmo stati in grado di garantire una lunga durata di “utilizzabilità”, e per tale motivo restiamo sull’attenti per qualsiasi nuovo sviluppo e realizziamo molteplici test per potervi garantire le nuove funzionalità.

Per il momento siamo giunti allo sviluppo di una solida biblioteca digitale, che già accoglie una serie di funzionalità di base ed è pronta ad aprirsi, man mano che i progetti avanzano, a nuove e più innovative funzionalità. Il design della biblioteca digitale si basa sul lavoro di Elina Leblanc e sulle numerose sessioni di lavoro e di modellizzazione che ha condotto con esperti e potenziali utenti. La piattaforma è stata concepita in modo da essere intuitiva e utilizzabile da tutti. Vi invito a scoprire i risultati di questi studi in un articolo precedente. Il risultato è una libreria “pulita”, il cui design tende verso una maggiore semplicità, mentre le funzionalità rimangono invariate. Tutto è fatto per facilitare la scoperta e la consultazione delle risorse disponibili.

Ecco, dunque, l’occasione per fare una piccola visita guidata della piattaforma all’attuale stadio di sviluppo:

 

La homepage è il metodo per far scoprire documenti degni di interesse della biblioteca digitale e per offrire una panoramica dei contenuti agli internauti che non ricercano un documento specifico:

  • La categoria “La nostra selezione” permette di valorizzare documenti particolarmente rari o preziosi, manoscritti o stampati particolarmente rari.
  • Nelle news, emergono i documenti recentemente pubblicati online, ma anche nuovi articoli del blog o progetti particolari come una edizione scientifica digitale o una mostra virtuale.
  • Una rubrica “Partecipare” mostrerà i diversi modi di aderire al progetto..

Questa homepage mostra in poche immagini la diversità dei contenuti di Fonte Gaia e permette all’utente di tenersi aggiornato sulle attualità del progetto. Per accedere a un documento particolare, vi propongo ora di scoprire la pagina di ricerca. Questa è accessibile sia digitando direttamente una parola chiave nella barra di ricerca, presente in tutte le pagine, sia recandosi direttamente sulla pagina di ricerca che permette l’utilizzo di differenti filtri.

In tal modo risulta possibile filtrare i risultati in base a diversi criteri. Per riuscire a realizzare questa ricerca a più livelli, è stato condotto un lungo lavoro per giungere a un accordo sul modo in cui i documenti dovessero essere descritti, affinché le varie collezioni di diverse biblioteche, raccolte per fusione con Fonte Gaia, possano essere esplorate in modo coerente. Questo lavoro doveva prendere in considerazione altri partner come Gallica, per non penalizzare una collezione che fosse già raccolta dalla biblioteca digitale della BnF. Il lavoro comune ha dato luogo alla redazione di una “tabella di marcia” utilizzabile da tutti i futuri partner, nonché ad un lavoro di recupero dei metadati realizzato dai partner già coinvolti: come l’Università di Grenoble des Alpes e l’Università di Parigi 3.

Una volta scelto il risultato, è il momento di vedere come si presenta la pagina di un libro presente su Fonte Gaia. I due elementi principali sono il visore e il blocco dei metadati. Il visualizzatore dà accesso online alla versione digitalizzata di un documento, mentre il blocco dei metadati permette di avere informazioni bibliografiche.

Il visualizzatore ha la particolarità di utilizzare il protocollo IIIF che permette di descrivere l’immagine e i suoi metadati e ci permetterà in seguito di gestire la ricerca a testo intero. Questo ci offre anche la possibilità di visualizzare nella nostra biblioteca digitale immagini che non sono memorizzate sui server del nostro sito web. Grazie al protocollo IIIF, ogni partner potrà gestire i propri dati, mentre per l’utente la scoperta delle risorse avviene su una piattaforma unica. L’URL IIIF è visualizzato nel metadato “A per formato”, che consente di visualizzare la risorsa in qualsiasi altro visualizzatore compatibile con la tecnologia IIIF. Questo può essere molto utile per visualizzare due documenti in parallelo ed essere in grado di effettuare un confronto utilizzando il visualizzatore Mirador. Altri servizi sono stati impostati per consentire di salvare l’opera o i documenti all’utente: un’icona di download permette di memorizzare il lavoro per uso personale, mentre le icone di condivisione permettono di parlare di un documento intorno a sé, via e-mail o utilizzando diversi social network.

Uno degli obiettivi principali di Fonte Gaia è quello di permettere la collaborazione tra il team e i ricercatori italiani. È già il caso dell’edizione scientifica di Serena Crespi, realizzata durante il suo anno di Master 2. Questa edizione, realizzata in XML-TEI, è resa accessibile alla lettura grazie al software EVT1. L’edizione è memorizzata sulla piattaforma e resa accessibile dalla pagina del libro in questione attraverso un link. Questa è la prima edizione accessibile da Fonte Gaia, ci ha permesso di lavorare con Serena per testare questo metodo di messa in linea.


Questa piccola visita guidata della piattaforma permette di avere una visione d’insieme di ciò che si sta sviluppando. Per il futuro sono in corso numerosi progetti, che speriamo vengano portati a termine quanto prima. Nonostante la nostra priorità sia la creazione di buone condizioni di operatività online, stiamo anche lavorando all’introduzione del bilinguismo nella biblioteca digitale. Si tratta, infatti, di un aspetto particolarmente importante per noi nel quadro di una biblioteca multi-partenariale franco-italiana.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.