Retour sur le Hackathon Fonte Gaia #1 : La genèse du hackathon

Du 10 au 12 avril 2019, Fonte Gaia a organisé son premier hackathon dans le cadre de l’appel à projet CollEx-Persée, qui encourage et finance des projets valorisant la collaboration entre chercheurs et bibliothécaires. Dédié à la question de la participation des utilisateurs dans un contexte patrimonial, cet événement s’est composé d’une journée d’étude pour réfléchir à la participation sous un angle bibliothécaire et archivistiques, et du hackathon en lui-même, centré sur l’indexation participative et multilingue.

Quelques mois plus tard, je vous propose de revenir sur cet événement qui a constitué un temps fort dans la vie de Fonte Gaia, à travers une série de billets de blog. Pour inaugurer cette série, ce premier billet revient sur la genèse du hackathon et réfléchit aux raisons qui ont conduit le projet Fonte Gaia à l’organiser.

Une démarche participative dans l’ADN de Fonte Gaia

Un hackathon réunit des groupes de volontaires (le plus souvent des développeurs) autour d’un ou plusieurs défis, auxquels ils apportent des solutions dans un temps limité (de 24h à 48h). L’objectif est de générer le plus d’idées possibles avec des participants variés, de confronter les points de vue et les disciplines, afin d’explorer diverses solutions et d’en sélectionner une qui sera implémentée par l’institution organisatrice.

Cet aspect participatif qui anime un hackathon fait écho aux objectifs et à la démarche de Fonte Gaia depuis ses débuts. Fonte Gaia peut en effet être qualifié de projet participatif à deux niveaux : d’une part en raison de sa démarche centrée utilisateur, qui implique la participation des utilisateurs à la conception même des services de la bibliothèque numérique (voir ici et ) ; d’autre part, dans sa volonté de permettre aux utilisateurs de participer à l’enrichissement de la bibliothèque numérique, à travers la création de nouveaux contenus.

Le hackathon rencontre donc pleinement les intérêts de Fonte Gaia. L’organisation d’un tel événement revêt alors un caractère exploratoire, en poursuivant une démarche de design participatif, au cours de laquelle des groupes de participants (hétérogènes et externes au projet) modélisent et préfigurent un service précis. Il s’agit à travers cette méthode de favoriser une démarche participative, innovante et créative propre à Fonte Gaia, mais également d’expérimenter diverses solutions techniques pour un même service. Le hackathon permet de créer un véritable vivier de réflexions et d’obtenir les perceptions d’acteurs variés aussi bien sur la participation des utilisateurs dans un contexte patrimonial que sur l’indexation, le service que nous avons choisi pour être au cœur de notre hackathon.

Aux origines du défi : Le choix de l’indexation

Pour ce premier hackathon Fonte Gaia, nos participants ont réfléchi à la préfiguration d’un outil d’indexation participative et multilingue. Nous désignons par cette expression la possibilité offerte aux utilisateurs d’une bibliothèque numérique d’ajouter des mots-clés à un ouvrage, en plusieurs langues et à partir de référentiels préexistants (RAMEAU, Library of Congress Subject Headings, Nuovo Soggettario). Pourquoi un tel choix ?

L’indexation participative, sous la forme du taggage, a déjà été expérimentée par quelques institutions patrimoniales (Trove, Steve Museum). Le taggage prend la forme de l’ajout de mots-clés, généralement en remplissant un champ de texte libre. Cette méthode a toutefois montré ses limites, en termes d’harmonisation des contributions (doublons, orthographes multiples, mots-clés personnels), d’outils et de présentation de ce service aux utilisateurs. Si le taggage tel qu’il est proposé actuellement permet de construire un savoir commun et parallèle à celui des bibliothécaires, il n’apporte toutefois aucun enrichissement à l’utilisateur, hormis la satisfaction personnelle de partager un savoir avec les autres. Le taggage semble alors être de la participation pour faire de la participation, comme n’ayant aucune autre finalité que celle de s’inscrire dans le Web 2.0.

Or, un outil d’indexation à partir de vocabulaires normés initierait les utilisateurs aux méthodes d’indexation en bibliothèque, en les plaçant dans une perspective bibliothéconomique et en diffusant de bonnes pratiques. Les utilisateurs retireraient d’un tel service des compétences en indexation scientifique d’ouvrages, ainsi qu’une meilleure compréhension du système de classification et de pensée des bibliothécaires. Ils amélioreraient ainsi leurs recherches sur la bibliothèque, mais aussi sur d’autres ressources qui utilisent les mêmes vocabulaires normés. Du côté des bibliothécaires, l’indexation participative à partir de référentiels aurait l’avantage d’harmoniser les mots-clés à travers la bibliothèque et ainsi d’unifier la recherche. Elle permettrait également d’expérimenter une autre solution de validation des contributions des utilisateurs, les vocabulaires normés assurant un contrôle indirect de la bibliothèque sur les contenus générés par ses usagers.

Ces différentes hypothèses ont constitué le fil rouge du hackathon. Toutefois, dans le cadre du projet Fonte Gaia, l’indexation participative se double d’enjeux en traitement automatique de la langue (TAL). Nous sommes en effet confrontés à trois vocabulaires normés respectivement en français, en italien et en anglais. Il s’agit donc d’envisager une solution pour gérer les liaisons entre ces différents vocabulaires et assurer une recherche multilingue harmonisée et efficace aux utilisateurs. Un défi autour de l’indexation participative rencontre ainsi des thématiques aussi bien liées au monde des bibliothèques qu’à l’informatique avec le TAL, ainsi qu’au design de services et d’interfaces, autant de thématique qui se trouve au cœur de Fonte Gaia et reflète son aspect pluridisciplinaire.

Le hackathon comme exemple de collaboration chercheurs-bibliothécaires

La pluridisciplinarité de Fonte Gaia en fait un projet hautement collaboratif, en s’appuyant sur une équipe composée de bibliothécaires, de chercheurs en humanités et d’ingénieurs. Le hackathon a alors bénéficié de cette pluridisplinarité, en étant co-organisé par la Bibliothèque Universitaire de Grenoble et une jeune chercheure (moi-même), étant à la fois membre du laboratoire d’italien LUHCIE et du Laboratoire d’Informatique de Grenoble (LIG).

La bibliothèque n’a été pas uniquement le lieu d’accueil de ce hackathon. Au contraire, elle a accompagné chaque étape du projet et a participé à toutes les prises de décision. Elle m’a fait bénéficier de son expertise en gestion de projet, en animation d’ateliers ou encore en gestion du droit d’auteur et du droit d’images.

Les aspects scientifiques du projet ont également fait l’objet de nombreux et fructueux échanges. Les questions de recherche portaient en effet aussi bien sur le contenu du hackathon (l’indexation sous une forme participative) que sur le hackathon lui-même, sur la forme à lui donner dans le cadre d’un projet scientifique et sur sa place dans une bibliothèque. Ce hackathon a rencontré ainsi à la fois mes intérêts de recherche sur les services participatifs en bibliothèque numérique et ceux de la bibliothèque, autour des services à la recherche et de l’ouverture de ses espaces à l’organisation d’événements participatifs, où l’usager prend part à la vie de la bibliothèque. De cette collaboration étroite, aussi bien logistique que scientifique, est ressorti un hackathon à l’image de Fonte Gaia, c’est-à-dire avec une dimension exploratoire, pédagogique et interactive, avec la participation de « hackateurs » (ou hackathoniens, choisissez celui qui vous plaît) d’horizons variés, que vous découvrirez dans la suite de cette série de billets !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.