Retour sur la Journée d’étude Fonte Gaia

Nous vous proposons de (re)vivre la présentation de la nouvelle version de la plateforme Fonte Gaia à travers la captation vidéos réalisée lors de la journée d’étude ainsi que les supports des différentes présentations de la journée.

La journée a été introduite par Frédéric Saby, directeur de la bibliothèque universitaire de Grenoble ainsi que Eric Saint-Aman, vice-président recherche de l’Université Grenoble-Alpes, puis par Silvia Contarini de l’université de Udine qui est en train de rejoindre le consortium Fonte Gaia et Elena Pierrazzo, coordinatrice du consortium qui a présenté les nouveaux partenaires du projet.

Introduction de Frédéric Saby et Eric Saint-Aman

Introduction de Silvia Contarini

Introduction d’Elena Pierrazo

La première intervention a permis de présenter la nouvelle version  de la bibliothèque numérique avec Elina Leblanc, Bélinda Missiroli et Fanny Mézard respectivement doctorante, ingénieure et bibliothécaire, de l’Université Grenoble Alpes.

Vidéo de la présentation

Support de présentation

Pour plus d’informations sur cette présentation, vous pouvez vous référer à l’article qui y a été  consacré.

La journée s’est poursuivie avec l’intervention de Huw Jones sur la bibliothèque numérique de l’université de Cambridge :

La Cambridge Digital Library est constituée d’une équipe nombreuse au sein de la bibliothèque de l’Université de Cambridge, très impliquée dans les Humanités Numériques. Cette équipe anime un dispositif important de formation et d’accompagnement des chercheurs. Sa mission de numérisation, de création et d’hébergement de données répond à la volonté de mettre à disposition du plus grand nombre les collections et recherches et de pérenniser ces contenus ainsi que leur accès.

Les partenariats sont nécessaires car il n’y a pas de financement dévolu aux projets, la collaboration avec les chercheurs est de ce fait obligée. Pour les partenaires institutionnels la Cambridge Digital Library est apparue dès sa création comme un partenaire de recherche.

Les techniques proposées sont un réel apport et ouvrent de nouvelles possibilités aux chercheurs. La Cambridge Digital Library utilise des technologies et standards développés pour les Humanités Numériques dont la TEI (Text Encoding Initiative), principal standard d’encodage des données et le protocole IIIF (International Image Interoperability Framework). IIIF propose un cadre d’interopérabilité pour la diffusion d’images haute résolution sur le Web et permet certains projets impossibles auparavant en utilisant par exemple le traitement des images ou la reconnaissance des couleurs. Grâce à IIIF des images provenant de différentes sources dans le monde sont disponibles au même endroit rendant ainsi possible la collaboration de chercheurs de toutes institutions et de tous pays.

Ces données sont immédiatement disponibles par GitHub ou autres plateformes, le téléchargement n’est plus indispensable.

Pour ses développements futurs la Cambridge Digital Library s’attache à rendre les ressources disponibles et réutilisables par les chercheurs afin de susciter d’autres projets.

À Cambridge le rôle de la bibliothèque dans la recherche a changé grâce aux Humanités Numériques, en 11 ans, la Cambridge Digital Library est passé de partenaire de recherche à leader.

Vidéo de la présentation

Support de présentation

Elina Leblanc a ensuite fait un retour d’expérience sur le hackaton organisé à la Bibliothèque Universitaire de Grenoble du 10 au 12 avril 2019 pour le projet Fonte Gaia sur l’indexation participative et multilingue. Pendant deux jours, les participants ont été invités à préfigurer un outil d’indexation participative à partir de trois vocabulaires contrôlés en français et italien (les langues privilégiées du projet), mais également en anglais pour le défi.

Précédée d’une journée d’étude sur la participation des utilisateurs en bibliothèques et archives numériques, le hackathon a été une occasion privilégiée de réfléchir à la conception de services participatifs et à la place des utilisateurs dans de tels projets. Cet événement a été pensé comme une expérience didactique et initiatrice aussi bien pour les participants que pour les organisateurs, en s’appuyant sur les principes de la médiation participative des savoirs.

Cette présentation revient, dans premier temps, sur les origines du hackathon et du défi proposé aux participants. Elle se concentre ensuite sur les résultats du hackathon, qui a abouti à la préfiguration de deux beaux projets, ayant chacun une perception différente de la participation des utilisateurs et de l’indexation.

Vidéo de la présentation

Support de présentation

L’intervention suivante présente le projet Digital Alfieri, piloté par Christian Del Vento (université Sorbonne Nouvelle / EA 3979 LECEMO) et Monica Zanardo (Institut des textes et manuscrits  modernes du CNRS/ENS, UMR 8132 ITEM). Digital Alfieri, labellisé « Année européenne du patrimoine culturel 2018 », a pour objectif l’édition numérique des archives littéraires et de la bibliothèque de l’écrivain italien Vittorio Alfieri (1749-1803), afin de réunir virtuellement des manuscrits et des livres éclatés entre France et Italie à travers un site web conçu comme un collecteur de matériaux, rassemblant des documents déjà numérisés et d’autres qui seront numérisés pour la première fois. Le soutien du programme CollEx Persée 2018 permettra notamment de poursuivre la numérisation des livres annotés ayant appartenu à la bibliothèque personnelle de l’auteur et conservés dans des établissements français, afin d’enrichir le dossier génétique des ouvrages de l’écrivain à travers la mise en relation de ses brouillons et des livres annotés. Une édition génétique numérique des archives d’Alfieri est en cours de réalisation à l’ITEM, sur une plateforme d’édition modélisée sur OMEKA, ce qui permettra une double diffusion aisée de ces matériaux à travers la plateforme EMAN et le portail du consortium franco-italien « Fonte Gaia », qui bénéficie d’une large visibilité en France et à l’étranger.

Vidéo de la présentation

Support de présentation

Laura Nay et Chiara Tavello, de l’université de Turin ont présentées leur projet portant sur Poète, critique littéraire, écrivain, auteur de théâtre et de textes pour la musique, journaliste, metteur en scène, acteur, et “lexicomane”. La carrière d’Edoardo Sanguineti est difficile à résumer sous une seule étiquette. Le projet Sanguineti’s Wunderkammer, né en 2016 à l’Université de Turin, avec le soutien de la Compagnia di San Paolo et la collaboration d’Utet, Archivio di Stato e RaiTeche, explore la nature interdisciplinaire de la production de cet intellectuel génois et se propose de rendre visible un riche ensemble patrimonial de documents inédits ou dispersés, à travers ce projet de recherche et de valorisation.

Vidéo de la présentation

Support de présentation

La journée s’est achevée par une table ronde rassemblant chercheur·euses, ingénieur·es et bibliothécaires afin de parler des possibilités de collaboration entre ces différents métiers dans le cadre de projets tels que Fonte Gaia.

Vidéo de présentation

Toute cette journée a permis d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion sur la collaboration entre chercheur·euses et bibliothécaires et de poursuivre la réflexion sur les directions à prendre pour la bibliothèque numérique de Fonte Gaia en rassemblant de nombreux partenaires du projet à Grenoble.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.