Archives de catégorie : Actualités de la recherche – Ricerca et attualità

Appel à contribution / Call for Papers

Le CESR (Centre d’études supérieures de la renaissance) de Tours (France) organise du 20 au 22 juin 2017 le colloque « The relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement ».

Télécharger en PDF le texte de l’appel à contribution: extended-deadline-call-for-papers-cesr-tours-france

June 2017 20-22: Conference in Tours (France), « The relationship with the more recent past in early modern Europe: between rejection and acknowledgement », organized by CESR (Centre d’études supérieures de la renaissance).

Download PDF of the Call For Papers: extended-deadline-call-for-papers-cesr-tours-france

« Avant l’écriture, à côté du texte ». La fonction des listes dans les manuscrits de l’époque moderne et contemporaine

AfficheJE–Avant l’écriture, à côté du texte.inddPourquoi les écrivains dressent-ils des listes en rédigeant leurs œuvres ? Quel est le statut de ces avant-textes ? Quel rapport entretiennent les listes préparatoires avec la rédaction d’un texte littéraire ? Ces listes sont-elles simplement des repères ? Ou peuvent-elles être le point de départ pour une réflexion sur le passage de la fluidité de l’imagination à la formalisation de l’écriture ? Pourquoi les écrivains utilisent-ils des listes pour témoigner de leurs propres choix littéraires ?

La journée d’étude Avant l’écriture, à côté du texte. La fonction des listes dans les manuscrits de l’époque moderne et contemporaine (Paris, 4 novembre 2016) se propose de répondre à ces questions – et à bien d’autres – par une approche génétique. Il s’agit, notamment, de réfléchir à deux types de listes : d’un côté, celles qui précèdent la rédaction d’un texte (plans, ou listes de mots, personnages, épisodes), de l’autre côté, la série très variée de listes d’appui, dont les brouillons d’écrivain sont souvent parsemés (listes de synonymes, d’événements historiques, de citations, et bien d’autres).

Continuer la lecture de « Avant l’écriture, à côté du texte ». La fonction des listes dans les manuscrits de l’époque moderne et contemporaine

Un nouveau projet de recherche : ECRISA

Porteur du projet : Chiara Lastraioli (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) – UMR 7323, Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire)

Site web : http://ecrisa.msh-vdl.fr/

Durée du projet : décembre 2015 – décembre 2017

La MSH Val de Loire a obtenu le financement pour un projet de recherche de 24 mois en réponse à l’appel à projets d’Initiative académique 2015 de la Région Centre-Val de Loire : le projet ECRISA – L’ECRIt/ure, ses Supports, ses Archives : une plateforme pour l’analyse et la gestion de l’écrit/ure et des archives – se propose d’étudier l’écrit et ses supports dans toutes leurs formes par le biais d’une collaboration étroite entre la MSH  Val de Loire et certains laboratoires SHS des Universités d’Orléans et de Tours :

– Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR – UMR7323)

– CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES – UMR7324)

– Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB – UMR5060)

– Laboratoire Ligérien de Linguistique (LLL – UMR7270)

Trois domaines d’étude sont privilégiés : 

1) Les supports de l’écrit/ure

Un premier champ d’intervention concerne les supports de l’écrit et les technologies qui, au fil des siècles, ont radicalement transformé la matière même de ces supports, ce qui a généré une modification radicale des pratiques d’écriture et de lecture. Outre l’étude des matières les plus courantes constituant les supports (parchemin, papier chiffon et de cellulose, encres diverses) et leurs formats (tablettes, codex, rouleaux, feuilles volantes, etc.), nous nous intéressons à tout objet patrimonial véhiculant un message écrit, qu’il s’agisse d’outils d’usage courant (tels que les vases, les monnaies, les instruments de mensuration, les objets décoratifs domestiques) ou bien des objets affichant des significations symboliques (sceaux, médailles, armoiries, marques typographiques, etc.), des contenus artistiques et politiques, des savoirs géographiques ou techniques (cartes, plans, emballages, herbiers, instruments chirurgicaux), etc.

2) L’écrit comme « produit dérivé » ou « secondaire »

Une portion non négligeable de la production écrite, présente et passée, se compose de textes qui se préfigurent en tant que « produits dérivés » d’une activité individuelle ou sociale préexistante sous une autre forme. C’est le cas, par exemple, de la production tachigraphique qui a donné lieu à des genres littéraires spécifiques (remontrances, plaintes, discours et autres allocutions publiques), mais aussi de l’écriture juridique qui fixe sur le papier un ensemble de normes et de coutumes. Il en va de même pour la notation musicale et pour la transcription de productions vidéo ou d’images en mouvement. Cette « écriture dérivée » peut accompagner d’autres formes de langages (la langue des signes par exemple), des productions orales en langue étrangère ou résulter de la transcription d’un alphabet ou d’un message codé. Dans tous ces cas, les rapports entre le système de production du contenu originel, sa transcription et sa lecture, apparaissent comme cruciaux, car toute translittération implique un contexte social et linguistique partagé.

3) Les archives de l’écrit et collections patrimoniales du Val de Loire à l’Europe

L’organisation des documents écrits en archives ou en collections pose aussi des questions liées au statut, gestion, analyse et fruition des contenus. Qu’il s’agisse de collections patrimoniales ou bien d’archives d’« écrits secondaires », à savoir ceux qui répertorient des personnes ou des objets dont le statut originel ne relève pas de l’écriture – dans les domaines de l’archéologie, par exemple, ou encore de la linguistique et des sciences juridiques –, il apparaît urgent de procéder à une profonde mise à jour des outils scientifiques et numériques permettant la gestion de ces corpora.

Voir le site ECRISA.

Appel à communications

logo_baseDeux collaborateurs du projet EDITEF, Renaud ADAM et Sandra TOFFOLO, participeront à la conférence 2016 de la Sixteenth Century Society (Bruges, 18-20 août 2016) et lancent un appel à communications pour participer à leur panel qui aura pour thématique ‘Cultural networks in the Renaissance: methodological challenges’.

Réponses attendues avant le 31 janvier 2016.

Télécharger l’appel à communications en format PDF.

Voici le texte de l’appel :

This session focuses on the study of cultural networks in the Renaissance and the methodological issues that accompany it. Rather than only focusing on the outcome of research on cultural networks in the Renaissance, this session aims (also) to address explicitly the methodological issues that historians deal with while conducting this type of research.
Presenters can choose either to focus on methodological questions concerning the analysis of cultural networks in the Renaissance in general, or present a specific case study (at any stage) concerning cultural networks in the Renaissance and use this in order to address also the main methodological issues that have been encountered. There are no geographical, chronological, or thematic restrictions on the type of cultural network. Some possible methodological issues to address include, but are not limited to: usefulness and limitations of digital humanities in network analysis; how to connect various networks to each other when different studies have different methods, technologies, and goals; advantages and disadvantages of visualization tools; small, closed circles vs. large, open networks; types of sources; definition of geographical and chronological range of the analysis.

Please send a title, an abstract (max. 250 words), and a short CV (max. 150 words) to Renaud Adam, Université de Liège (renaud.adam@ulg.ac.be) and Sandra Toffolo, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours (sandra.toffolo@univ-tours.fr). Please detail any A/V needs that you might have.

For more information about the Sixteenth Century Society and Conference, please see the conference website: http://www.sixteenthcentury.org/conference/

The deadline for submission is 31 January 2016.

Call for Papers – Digital Humanities. Metodologie, progetti, applicazioni (CSIS 2016)

Dopo una fruttuosa trasferta a Sorrento nel giugno scorso, nel 2016 la Canadian Society for Italian Studies organizzerà la sua conferenza annuale a Toronto, dal 13 al 16 maggio. Sarà come sempre l’occasione per fare il punto sulle ricerche in corso e sui nuovi progetti che sono stati avviati, oltre che per tirare le somme di quelli che si avviano a essere conclusi, in Europa e Oltreoceano. Nella prossima edizione della conferenza, ci sarà spazio anche per le Digital Humanities: in collaborazione con la Prof.ssa Sandra Parmegiani, presidentessa della CSIS, stiamo organizzando un panel per accogliere proposte di comunicazione inerenti gli Italian Studies nell’era digitale.

Continuer la lecture de Call for Papers – Digital Humanities. Metodologie, progetti, applicazioni (CSIS 2016)

LET US POP! (2) Il dopo Siena…

Come Alessandro Martini aveva già annunciato lo scorso maggio, dal 22 al 26 giugno un gruppo di appassionati al contempo di medioevo e di pop culture, si è riunito a Siena durante il Convegno organizzato dall’American Association of Teachers of Italian (AATI) per discutere di canone e riscritture medievali in chiave pop.

Cosa di meglio di un panorama evocante già l’atmosfera medievale esistente a Siena, grazie alla sua bellissima Piazza del Campo, le alte mura che circondano la città e le torri dei Monti Paschi, per riscoprire il Medioevo pop di oggi? Da mesi, dottorandi e professori provenienti dall’Università di Grenoble, Birmingham, Padova, Palermo, Lione e Montpellier, riflettono sul perché tanto è l’interesse per la cultura medievale che ritroviamo oggi rimaneggiata in arti già consolidate come il romanzo e la musica, e in arti più contemporanee come il fumetto, il cinema e, perché no, il videogioco… Per mesi si sono chiesti: esiste, forse, un nuovo canone letterario? Quali sono queste riscritture “pop”? Continuer la lecture de LET US POP! (2) Il dopo Siena…