Archives de catégorie : En coulisses – Dietro le quinte

Présentation de la Nouvelle Version de la Bibliothèque numérique

Retour sur la journée du 18 juin 2019 : présentation de la nouvelle version de Fonte Gaia

En attendant que la nouvelle version de Fonte Gaia soit en ligne, je tenais à vous faire part de l’actualité des développements en cours. En charge du développement de la bibliothèque numérique, je travaille depuis le mois de novembre à la mise en place de cette nouvelle version au sein de l’équipe de Fonte Gaia de l’université de Grenoble. Cet article reprend la présentation de la nouvelle version qui a été faite à Grenoble le 18 juin 2019 par l’équipe de Grenoble qui travaille sur Fonte Gaia lors de la journée de présentation de la nouvelle version de la nouvelle version de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia. Voici donc l’occasion pour vous de découvrir la nouvelle identité graphique de la bibliothèque numérique ainsi que les fonctionnalités qui sont en train d’être développées. La journée d’étude a représenté une étape dans les développements de la bibliothèque, elle a été riche en discussion et nous a permis de recevoir des retours avant la mise en ligne de cette nouvelle version.

La nouvelle version de la bibliothèque numérique fait l’objet de nombreuses évolutions autant techniques que sur les contenus et le design de la plateforme par rapport à la version actuellement en ligne.  Elle n’utilise plus le même outil de gestion des contenus que la version actuellement en ligne. Nous sommes passé d’Omeka à Omeka S. Cet outil, dérivé de l’ancien, nous offre des fonctionnalités  supplémentaires par rapport à son prédécesseur mais est encore très récent et  n’a pas une communauté aussi importante et active qu’Omeka. Pour pallier ces difficultés, il a fallu prendre les précautions nécessaires et accepter la temporalité de l’outil : certains modules ne sont pas encore stables, ou n’ont pas encore été développés, alors qu’ils existaient dans Omeka.  Nous avons limité au maximum le développement d’outils en interne, dans la mesure où nous n’étions pas sûrs de pouvoir assurer un suivi sur le long terme, nous sommes donc à l’affût de tous les nouveaux développements et réalisons sans cesse des tests pour mettre en place de nouvelles fonctionnalités.

Nous avons ainsi abouti pour le moment au développement d’une bibliothèque numérique  solide, qui accueille déjà un certain nombre de fonctionnalités de bases et qui est prête à accueillir de nouvelles fonctionnalités plus innovantes, au fur et à mesure de l’avancée des projets. Le design de la bibliothèque numérique est basé sur le travail d’Elina Leblanc et les nombreuses séances qu’elle a mené avec des experts et des potentiels utilisateur·ices de la plateforme afin d’en faire une plateforme utile et utilisable par toutes et tous. Je vous invite à découvrir les résultats de ces études dans un article précédent. Le résultat est une bibliothèque épurée, dont le design tend vers plus de simplicité, alors que les fonctionnalités restent, elles, inchangées. Tout est fait pour faciliter la découverte et l’exploitation des ressources mises en ligne par la bibliothèque numérique.

Voici maintenant venu le temps de vous faire une petite visite guidée de la plateforme, au stade actuel de développement :

 

 

La page d’accueil est l’occasion de faire découvrir des documents remarquables de la bibliothèque numérique et d’offrir un aperçu des contenus aux internautes qui ne recherchent pas un document spécifique :

  •  La catégorie “Notre sélection” permet de mettre en valeur des documents particulièrement rares ou précieux, des manuscrits précieux ou des imprimés particulièrement rares.
  • Dans les “Actualités”, le but est de faire ressortir les documents récemment mis en ligne, mais aussi de nouveaux articles du blog ou un projet particulier comme une édition scientifique ou une exposition virtuelle.
  • Une rubrique “Participer” montrera à terme différentes façon de rejoindre le projet.

Cette page d’accueil montre en quelques images la diversité des contenus de Fonte Gaia et permet à l’internaute de se tenir au courant de l’actualité du projet. Pour accéder à un document particulier, je vous propose maintenant de découvrir la page de recherche. Celle-ci est accessible soit en tapant directement un mot-clé dans la barre de recherche, présente sur l’ensemble des pages, soit en se rendant directement sur la page “recherche” pour utiliser les différents filtres.

Il est ainsi possible de filtrer les résultats à l’aide de différents critères. Pour arriver à mettre en place cette recherche à facettes, un gros travail partenarial a été mené pour arriver à un accord sur la façon dont les documents devaient être décrits, afin que les différentes collections moissonnées par Fonte Gaia puissent être explorées de manière cohérente. Ce travail devait prendre en compte d’autres partenaire comme Gallica, afin de ne pas pénaliser une collection qui serait déjà moissonnée par la bibliothèque numérique de la BnF. Le travail commun a donné lieu à la rédaction d’une feuille de route utilisable par tous les futurs partenaires, ainsi qu’à un travail de reprise des métadonnées réalisé par les partenaires déjà impliqués : l’Université Grenoble Alpes et l’Université Paris 3.

Une fois le résultat choisi, il est temps de voir comment se présente la page d’un ouvrage présent sur Fonte Gaia. Les deux éléments principaux sont la visionneuse et le bloc des métadonnées. La visionneuse donne accès en ligne à la version numérisée d’un document tandis que le bloc des métadonnées permet d’avoir des informations bibliographiques.

 

La visionneuse a la particularité d’utiliser le protocole IIIF  qui permet de décrire l’image et ses métadonnées et nous permettra par la suite de gérer la recherche plein texte. Cela nous offre aussi la possibilité d’afficher dans notre bibliothèque numérique des images qui ne sont pas stockées sur les serveurs de notre site internet. Grace au protocole IIIF, chaque partenaire pourra conserver la main sur ses données, tandis que pour l’utilisateur·ice la découverte des ressources se fait sur une plateforme unique. L’URL IIIF apparait dans la métadonnée “A pour format”, cela permet d’afficher la ressource dans n’importe quelle autre visionneuse compatible avec la technologie IIIF. Cela peut être très utile pour afficher deux documents en parallèle et pouvoir se livrer à une comparaison en utilisant par exemple la visionneuse Mirador. D’autres services sont également mis en place pour permettre l’appropriation de l’ouvrage par l’utilisateur·ice : une icône de téléchargement permet de stocker l’ouvrage pour une utilisation personnelle, tandis que des icônes de partages permettent de parler d’un document autour de soi, par mail ou en utilisant différents réseaux sociaux.

Un des objectifs phares de Fonte Gaia est de permettre la collaboration entre l’équipe et des chercheur·euses en études italiennes. C’est déjà le cas avec l’édition scientifique de Serena Crespi, réalisée au cours de son année de Master 2. Cette édition, réalisée en TEI, est rendue accessible à la lecture grâce au logiciel EVT1. L’édition est stockée sur la plateforme et rendue accessible depuis la page de l’ouvrage concerné grâce à un lien. C’est la première édition accessible depuis Fonte Gaia, elle nous a permis de travailler avec Serena pour tester cette méthode de mise en ligne.

Cette petite visite guidée de la plateforme permet d’avoir un aperçu de ce qui est en train d’être développé. Pour la suite, de nombreux projets sont en cours, que nous espérons voir aboutir au plus vite. Si la mise en ligne dans de bonnes conditions est notre priorité, nous sommes également en train de travailler sur la mise en place du bilinguisme dans la bibliothèque numérique. C’est un aspect particulièrement important dans le cadre d’une bibliothèque multi-partenariale franco-italienne.

Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Depuis ses débuts, Fonte Gaia a suivi une démarche centrée utilisateur pour élaborer sa bibliothèque numérique. Une première étude utilisateur a ainsi été conduite en 2016/2017, avec pour objectifs principaux l’exploration et l’analyse des pratiques, des besoins et des attentes des utilisateurs de bibliothèques numériques, en accordant une attention particulière à la question de la participation. Cette étude avait pris la forme d’un questionnaire (Mai 2016), adressé aux utilisateurs de bibliothèques en général, et d’une série d’entretiens (Février-mars 2017), centrée sur nos potentiels utilisateurs. Les résultats de ces deux enquêtes ont été publiés sur le blog ici, mais également (où vous trouverez un rapport complet et détaillé des résultats).

Cette étude nous a servi de fil conducteur lors de l’élaboration de Fonte Gaia. Nous avons défini un ensemble de services, correspondant à la fois aux besoins exprimés par nos potentiels utilisateurs, aux objectifs du projet et à la nature des contenus de la bibliothèque (des manuscrits et des monographies en italien et en français). Ces services ont été maquettés à l’aide des logiciels Pencil et InDesign. Toutefois, avant de nous lancer dans le développement de notre bibliothèque sous Omeka S, nous avons réalisé plusieurs évaluations conceptuelles de nos services, en présentant nos maquettes aux experts du projet et à de potentiels utilisateurs.

Pour Fonte Gaia, nous avons en effet envisagé deux types d’évaluation de services avec les utilisateurs : des évaluations conceptuelles (validation scientifique et esthétique) et des évaluations techniques (validation fonctionnelle). Nous appuyons ici sur les principes du design participatif, encore peu répandue dans le monde des humanités numériques, dont l’objectif est de faire participer de potentiels utilisateurs au maquettage et à la définition des services, à travers des échanges et des discussions. Nous nous inscrivons ici dans la lignée de projets tels que Infinite Ulysses, Digipal ou plus récemment L’Empreinte, la bibliothèque numérique des bibliothèques de Valence, projets qui se sont construits de pair avec leurs utilisateurs.

Dans le cadre de ce billet, nous allons nous concentrer sur les évaluations conceptuelles que nous avons réalisées en octobre/novembre 2018 avec des utilisateurs potentiels de notre bibliothèque numérique franco-italienne.

Continuer la lecture de Dans les coulisses de Fonte Gaia #3 : Design participatif des services de Fonte Gaia avec ses utilisateurs potentiels

Fonte Gaia à Poitiers

16 janvier 2019

Le projet Fonte Gaia était présent lors de la journée “Omeka Zotero, des outils pour les humanités numériques” à l’espace Mendès France à Poitiers, le 16 janvier 2019.

Cette journée rassemblait des utilisateurs de ces outils libres, qu’ils soient chercheurs, ingénieurs ou bibliothécaires. Une occasion unique de faire le point sur les avancées de ces outils grâce à la présence de Sean Takats, directeur de recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, George Mason University, mais aussi de mettre en commun des expériences variées.

Le projet Fonte Gaia et son utilisation d’Omeka S s’est fait connaître à travers un poster exposé tout au long de la journée ainsi qu’une présentation. Bélinda Missiroli (Université Grenoble Alpes) et Laurent Nabias (Université Paris 3) ont parlé ensemble de la bibliothèque numérique de Paris 3 ainsi que de Fonte Gaia. Cette présentation à deux voix a permis de présenter tout l’aspect partenarial du projet en parlant en parallèle des deux bibliothèques et de la construction du lien entre les différents partenaires. Une bonne occasion de faire connaître Fonte Gaia Bib et Fonte Gaia Blog à une large communauté d’humanistes numériques et d’annoncer l’arrivée du Hackaton du 10 au 12 avril 2019 à Grenoble.

Cette journée, riche en échanges, a été l’occasion pour l’équipe de développement de Fonte Gaia d’aller à la rencontre de la communauté Omeka. Cet outil est utilisé pour des projets très variés. Nous avons ainsi pu découvrir Ontostat qui vise à mettre en ligne des ressources pour l’enseignement des statistiques et la Bivup, bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers pour ne citer que deux exemples. Chaque projet, à sa manière, contribue à l’exploration des Humanités Numériques.

La très grande diversité des projets a été l’occasion de situer Fonte Gaia au sein de la communauté, mais aussi de faire de nombreuses rencontres qui pourront amener par la suite des réflexions communes notamment en ce qui concerne les aspects techniques. Au-delà des spécificités propres à chaque projet, des problématiques communes sont apparues comme la question du multilinguisme des sites ou celle de la mise à disposition d’éditions scientifiques encodées au format TEI. Ces points, soulevés durant la présentation de Fonte Gaia ont soulevé des réactions et des interrogations de la part de la salle. Le blog pourrait aussi profiter de cette journée car la présence d’Huma-Num nous a permis de découvrir l’existence d’un module Isidore à inclure dans un blog Hypothèses, permettant d’ajouter des suggestions de lectures et des liens vers la plateforme Isidore, directement à partir de nos pages.

Le pari est gagné pour l’équipe Fonte Gaia qui a pu présenter son projet et faire avancer la réflexion sur l’avenir. De nombreuses questions restent ouvertes et Fonte Gaia a vocation à continuer à explorer dans le domaine des Humanités Numériques.

Dans les coulisses de Fonte Gaia #2 : Bibliothèques numériques et commentaires des textes, un projet innovant.

Elena Bilancia a participé à Fonte Gaia en tant que stagiaire d’avril à juin 2018. Pendant cette période, elle a mis ses compétences scientifiques et techniques au service du projet, voici son retour d’expérience :

Une bibliothèque numérique innovante

“Lors du dernier semestre de mon Master 2 dans le cadre du parcours international Padoue-Grenoble, j’ai eu l’occasion de collaborer en tant que stagiaire avec la bibliothèque numérique du projet Fonte Gaia. Une des ambitions du projet est de réaliser une bibliothèque « 2.0 », qui, à travers le développement d’une interface avancée, puisse donner aux utilisateurs une expérience interactive avec les œuvres disponibles. Le projet prévoit la création d’un espace virtuel pour permettre l’insertion de commentaires concernant les livres numérisés. Il s’agit d’un objectif très innovant car, bien que les bibliothèques numériques soient désormais plutôt courantes dans le panorama culturel, le potentiel des outils numériques est encore à découvrir et à développer dans son intégralité. Les défis que pose cette innovation sont cependant nombreux, autant pour ce qui concerne l’aspect théorique et scientifique que les aspects informatiques et techniques.

 Encodage d’un commentaire de source

Le but de mon stage a donc été de créer un modèle pour les commentaires et de le structurer avec des catégories qui pourraient inclure différents types de descriptions et en même temps être valables pour tous les ouvrages numérisés par la bibliothèque (manuscrits, imprimées, œuvres critiques etc.). Cette expérience a été pour moi l’occasion de mettre en pratique les compétences acquises pendant les cours d’humanités numériques suivis durant les deux ans du Master. Ces connaissances m’ont également permis de réaliser le commentaire en langage XML-TEI pour l’édition bilingue du Cortegiano de Baldassarre Castiglione, numérisée pour la collection « France-Italie » de la bibliothèque. La réalisation du commentaire a été précédée d’un travail de recherche visant à l’obtention des informations nécessaires à sa structuration. Une des choses que j’ai le plus appréciée durant cette expérience de stage a été la possibilité de pouvoir observer et même toucher une impression du XVIe siècle : cela a représenté pour moi une expérience unique et passionnante. L’œuvre en question, datant de 1585 et intitulée Le parfait courtisan du compte Baltazar Castillonnois, est la traduction la plus riche et la plus utilisée à la Renaissance du célèbre dialogue de Castiglione, elle a été rédigée par Gabriel Chappuys en 1580. J’ai donc cherché toutes les informations relatives à l’édition numérisée : la biographie et la bibliographie du traducteur, le profil de l’éditeur et l’histoire des autres éditions, la source de laquelle la traduction avait été tirée ainsi que les aspects codicologiques et para-textuelles de l’impression (privilèges, dédicaces, table de matières).

A l’issue de ce travail de recherche j’ai procédé à l’encodage de mon commentaire, lequel a été réalisé en utilisant les balises du TEI-Header. J’ai distingué les informations spécifiques à l’édition numérisée de celles portants sur l’œuvre en général, et j’ai en outre fourni une liste des autres éditions de la traduction de Chappuys, qui a été aussi récemment rééditée avec une version modernisée du texte (Lebovici, 1987) et j’ai inséré une bibliographie générale et essentielle. Là où cela était possible, j’ai renvoyé à la numérisation d’autres éditions de la traduction, afin de permettre éventuellement une rapide consultation. J’ai également ajouté une brève description de la réception du Cortegiano en France, de la première traduction datant de 1537, jusqu’à celle de Chappuys, ainsi qu’une note sur l’édition des textes avec leur traduction en regard, qui pour l’époque était considérablement innovante, notamment pour des textes en langue vernaculaire.

Une participation des usagers à la bibliothèque numérique

A partir de mon commentaire et des catégories utilisées pour le structurer, j’ai réfléchi à comment réaliser un modèle qui puisse convenir aux nécessités de la bibliothèque numérique de Fonte Gaia et qui soit capable de s’adapter aux exigences d’une gamme de textes très différents entre eux. Je me suis tout d’abord interrogée sur les types de catégories qu’il fallait prévoir pour réaliser un modèle valable pour des œuvres aux caractéristiques variée, autant en ce qui concerne l’époque de production que d’autres aspects, comme le genre littéraire, le publique de destination, le langage utilisé ou les œuvres liées.

La section de la bibliothèque numérique dédiée aux commentaires ne sera pas destinée à être exploitée seulement par des experts ou des chercheurs. Un des objectifs du projet est de permettre également à des amateurs, ou à des professeurs du secondaire d’intervenir et de proposer leurs propres contributions. C’est pour cela que j’ai également prévu la possibilité de créer une catégorie pour des remarques d’ordre général et un espace pour proposer et réaliser des parcours de lecture intertextuelle, qui puissent renvoyer l’utilisateur à d’autres ouvrages, auteurs et périodes historiques associés. On peut affirmer en conclusion que le vrai enjeu du projet est représenté par la possibilité de permettre aux usagers de contribuer avec des types de commentaire même très différents, qui pourraient aller des analyses d’ordre linguistique, codicologique ou traductologique, jusqu’à des réflexions historiques ou herméneutiques et à des parcours interactifs, afin de valoriser et diffuser le patrimoine numérique de la bibliothèque du projet Fonte Gaia et avec l’espoir de créer un réseau d’utilisateurs diversifié mais actif et impliqué.”

Dans les coulisses de Fonte Gaia #1 : une nouvelle étape pour la bibliothèque numérique !

Elisa Nury a participé au développement de Fonte Gaia entre avril et septembre 2018. Découvrez celles et ceux qui oeuvrent au projet à travers cette nouvelle catégorie de billets “Dans les coulisses de Fonte Gaia” !

Portrait

Photo d'Elisa Nury

Après des études de Lettres à Lausanne, en latin et en informatique pour les sciences humaines, j’ai effectué une thèse de doctorat en Humanités Numériques à King’s College London. Sous la direction d’Elena Pierazzo, mon sujet de recherche portait sur les éditions critiques numériques et plus particulièrement sur les outils de collation automatisée qui permettent de comparer plusieurs versions d’un même texte.
En avril 2018, j’ai rejoint l’équipe de Fonte Gaia à l’université Grenoble-Alpes, en tant qu’ingénieure d’études. Pendant 5 mois j’ai participé aux activités liées à Fonte Gaia, comme apporter un soutien aux chercheurs qui préparent une édition numérique, ou bien enseigner durant l’école d’été EDEEN.
Cependant, ma mission principale a été le développement d’une nouvelle plateforme pour accueillir la bibliothèque numérique FGBib sur Omeka.


Plateforme Omeka


Il existe deux versions du logiciel : Omeka Classic et plus récemment Omeka Semantic. Fonte Gaia utilisait Omeka C jusqu’en avril 2018. Mais il y avait un obstacle majeur avec Omeka C : la gestion des manifestes IIIF (International Image Interoperability Framework) qui contiennent les informations relatives à chaque document : pagination, sens de lecture, etc.
IIIF était donc essentiel au travail sur Fonte Gaia, notamment pour moissonner les images numérisées de nos partenaires, pour l’annotation des contenus, la recherche plein texte et le traitement automatique de la langue. IIIF est également compatible avec la visionneuse Universal Viewer disponible sur Omeka. Afin de régler ce problème, nous avons décidé de passer à Omeka S.


Migration vers Omeka S


La migration vers Omeka S s’est faite en plusieurs étapes : tout d’abord, les contenus présents sur www.fontegaia.eu ont été rassemblés dans un fichier CSV grâce à l’outil omescrap.
Puis les métadonnées ont été vérifiées et nettoyées par les bibliothécaires de l’UGA. Finalement, les métadonnées ainsi que les images ont été réimportées dans la nouvelle interface.
Tout comme Omeka Classic, Omeka S est facilement personnalisable grâce à de nombreux modules. Voici un aperçu des nouveautés en préparation !


Nouveautés à venir sur FGBib

  1. Moissonnage
    Le moissonnage des bibliothèques de nos partenaires est un progrès important pour Fonte Gaia. Suites à des échanges étroits avec nos collègues de Paris Sorbonne-Nouvelle, nous avons pu importer leurs métadonnées avec le module OAI PMH Harvester.
    Le nombre de documents qui seront accessibles via FGBib a donc presque doublé, et nous espérons bientôt ajouter d’autres collections.
  2. Identifiants pérennes
    La migration d’une plateforme à l’autre a également soulevé la nécessité d’obtenir des identifiants uniques et pérennes. Nous allons nous tourner vers ARK, un système géré par la California Digital Library.
    Les identifiants ARK ont plusieurs avantages : non seulement ils sont gratuits, mais il existe également un module pour générer facilement ces identifiants pour tous les contenus d’Omeka.
  3. Moteur de recherche
    Afin d’améliorer les performances du moteur de recherche et la navigation dans les contenus, nous prévoyons d’installer les modules Solr et Search.
  4. Refonte du thème
    Finalement, l’aspect du site sera entièrement mis à jour, avec le développement d’un thème spécialement conçu pour Fonte Gaia. La figure ci-dessous donne un exemple de page de contenu.


Aperçu du nouveau thème Fonte Gaia.

Les développements continuent, à bientôt pour suivre les évolutions de Fonte Gaia !

Gli ebooks di Fonte Gaia

Parliamo oggi degli ebooks di Fonte Gaia, di cui mi sono in parte occupata durante il tirocinio svolto all’interno del progetto lo scorso anno. La pubblicazione degli ebooks costituisce uno degli obiettivi fondamentali del progetto stesso: rendere disponibili e scaricabili gratuitamente dal portale della biblioteca digitale di Fonte Gaia testi
di particolare interesse per la cultura italiana nelle sue diverse forme. Fonte Gaia mira a rendere accessibile questo patrimonio agli utenti, dando loro la possibilità di leggere e studiare liberamente i testi e, in prospettiva, invitandoli direttamente a fornire il loro contributo (in primo luogo, attraverso l’arricchimento delle informazioni sulle opere stesse: dalle referenze bibliografiche alle notizie sul contesto della loro creazione e pubblicazione, ecc.).

Ebook Decameron
“Il Decameron” di Boccaccio, disponibile sulla piattaforma FGBib.

 

Sono in linea al momento, sulla versione beta della FGbib (http://babel.upmf-grenoble.fr/omeka_fontegaia_ME/), 39 testi di poesia, teatro, prosa e critica: dalle traduzioni in francese dell’Orlando furioso ai testi poetici e teatrali di D’Annunzio, dal Decameron di Boccaccio ai contributi bibliografici sull’opera dantesca. La maggior parte di queste edizioni, conservate presso la Bibliothèque de droit-lettres dell’Université Grenoble Alpes, risale all’Ottocento e al primo Novecento, con incursioni fino al XVI secolo.

Continuer la lecture de Gli ebooks di Fonte Gaia