Archives de catégorie : Humanités et numérique – Informatica e scienze umane

BnF fr. 1430, f. 38v

Le Traitement automatique des langues médiévales

Interview des créateurs de la Medieval French Language Toolkit et de D(h)ante.

TAL, NLP : à quoi ces acronymes font-ils référence ? Le premier signifie Traitement Automatique de la Langue, et le second est son équivalent en anglais, Natural Language Processing. Dans ce billet et le suivant, nous nous intéresserons au TAL/NLP pour les langues médiévales, en particulier le français et l’italien.

Continuer la lecture de Le Traitement automatique des langues médiévales

Omeka et Scholarly Editions

Omeka est un gestionnaire de contenus (Content Management System ou CMS) open source développé depuis 2008 par le Roy Rozensweig Centre for History and New Media de la George Mason University (Virginie, USA), à destination des institutions culturelles et patrimoniales (bibliothèques, archives, musées, laboratoires de recherche…), qui souhaitent exposer leurs données sur le Web. Fort d’une communauté d’utilisateurs très active, Omeka est aujourd’hui devenu un outil incontournable dans le paysage numérique international.

En France, l’explosion du nombre de projets basés sur Omeka a fait de la constitution d’une communauté d’intérêts et d’entraide autour de ce CMS une nécessité. Cela se traduit par la prise en main de l’outil par la TGIR Huma-Num, qui aide les institutions culturelles dans leur passage au numérique, par la création d’une liste de diffusion et par l’organisation de journées d’étude telle que celle du 13 juin 2016, à Paris.  Continuer la lecture de Omeka et Scholarly Editions

BIBVIO, o una presentazione delle biblioteche statali italiane

Le 46 biblioteche statali italiane si presentano sul sito BIBVIO, Biblioteche virtuali online, attraverso immagini  della loro architettura esterna e interna.
BIBVIO è un progetto coordinato dall’Istituto Centrale per il Catalogo Unico delle biblioteche italiane e per le informazioni bibliografiche (ICCU), coofinanziato dalla Fondazione Telecom Italia e ulteriormente sviluppato nell’ambito di Athena plus.

Per saperne di più : Rossana Rummo, Direttore generale delle Biblioteche e degli Istituti culturali presenta la mostra virtuale. Continuer la lecture de BIBVIO, o una presentazione delle biblioteche statali italiane

Il progetto EpistolArt: per una edizione digitale dei carteggi degli artisti rinascimentali

Facciamo oggi conoscenza con il team di ricerca che lavora al progetto EpistolArt, basato all’Università di Liegi e volto alla digitalizzazione e alla pubblicazione on-line delle molte lettere scritte per mano degli artisti italiani rinascimentali tra i secoli XIV e XVI. Abbiamo avuto la possibilità di rivolgere alcune domande all’equipe perchè raccontasse a FonteGaia in cosa consiste l’ambizioso progetto: riportiamo dunque qui di seguito la piacevole chiacchierata con le risposte della Prof.ssa Paola Moreno, direttrice del progetto, per ascoltare dalla viva voce dei protagonisti idee, metodi e obiettivi che supportano il lavoro.

Continuer la lecture de Il progetto EpistolArt: per una edizione digitale dei carteggi degli artisti rinascimentali

Gli Effetti degli Investimenti sulle Tecnologie Digitali nelle Scuole del Mezzogiorno. Intervista con Simone Giusti

Vorrei segnalare una ricerca piuttosto recente sugli investimenti nel digitale nelle scuole del Sud Italia, in cui gli autori provano a capire  che cosa fanno le scuole  con le tecnologie di cui si sono dotate.  Essendo l’argomento di estrema rilevanza per molti,  ho chiesto a Simone Giusti, uno degli autori, di commentare insieme alcuni aspetti del suo studio.

Continuer la lecture de Gli Effetti degli Investimenti sulle Tecnologie Digitali nelle Scuole del Mezzogiorno. Intervista con Simone Giusti

Dans la famille DH, je voudrais… (en direct de la ESSHC 2016)

Tous les deux ans, l’European Social Science History Conference réunit des chercheurs ayant en commun le fait d’être des “scholars who explain historical phenomena using the methods of the social sciences”  (https://esshc.socialhistory.org). Il s’agit d’un rendez-vous aux proportions colossales: plus de 1500 interventions réparties sur quatre intenses journées (chacune étant divisée en quatre plages de 2h où prennent place jusqu’à 26 sections parallèles!).  Etant donnée la place occupée par les méthodes quantitatives en Histoire et en Sciences Sociales, l’intérêt de l’outil informatique (pour ses capacités de calcul en particulier) n’est plus à démontrer depuis longtemps. Or si l’informatique fut utilisée avant tout pour la constitution et l’analyse statistique de bases de données, à l’heure du “numérique”,  bien d’autres utilisations de cet outil se sont fait jour : analyse des réseaux sociaux, système d’information géographique,… Rien d’étonnant donc à ce que l’un des “Networks”  de la Conférence – c’est-à-dire l’un des centres d’intérêts structurants de l’événement – soit intitulé “Spatial and Digital History” et que douze sessions s’y rattachent, prévoyant en moyenne quatre interventions chacune (https://esshc.socialhistory.org/esshc-user/programme?network=370&textsearch=) . N’ayant pas le don d’ubiquité, je n’ai assisté qu’à deux de ces sessions, mais comme il y était question de fouille et d’analyse de données textuelles et du traitement archivistique de larges collections manuscrites – ce qui rejoint les préoccupations de ce Blog – je me suis proposée d’en faire un bref compte rendu,  qui a fini par prendre la forme d’une galerie de portraits (impressionnistes) tant les figures rencontrées m’ont paru archétypiques.

Continuer la lecture de Dans la famille DH, je voudrais… (en direct de la ESSHC 2016)